Publicis : un mois d'octobre radieux.... après un septembre terne

 |   |  534  mots
(Crédits : Bloomberg)
Après la pluie, le beau temps... Publicis est à l'affiche ce lundi alors que le groupe de communication a annoncé la veille que sa croissance organique avait rebondi en octobre avec une hausse de plus de 7% sur le mois précédent. Un rebond qui a su faire oublier un mois de septembre terne, sous l'effet de la dégradation de la conjoncture dans la zone euro.

Publicis a donc crée la surprise en ce début de semaine ! Le groupe piloté par Maurice Lévy a déclaré que sa croissance organique avait été tirée en octobre par le dynamisme de son activité aux Etats-Unis et dans les pays émergents, ainsi que par ses métiers numériques. En revanche, les activités analogiques et en Europe ont continué de « souffrir » ajoute le président du directoire.

Malgré le rebond de son activité le mois dernier, Maurice Lévy préfère rester prudent « quant à l'appréciation de ces chiffres ». Il s'interdit même d'entrevoir la moindre éclaircie tant « le quatrième trimestre présente toujours un caractère incertain, en particulier le mois de décembre », mois de l'année pendant lequel les annonceurs passent au peigne fin leurs budgets pour l'année prochaine. « On ne peut donc, à ce stade, affirmer que la croissance ou la confiance sont de retour. », tempère Maurice Lévy.

Pas de fanfaronnade

Publicis ne souhaite pas fanfaronner après des chiffres du mois d'octobre qui ont montré un « redressement tout aussi spectaculaire », faisant suite à un mois de septembre déprimé. Le groupe de communication avait fait part d'une chute brutale et inattendue des dépenses de ses clients en septembre. Le revenu organique du groupe s'était contracté de 1,6%, largement en dessous d'une hausse de 6,6% anticipée par le groupe. L'activité de Publicis avait souffert des coupes dans les budgets des annonceurs européens dans l'automobile, les services financiers et la distribution. Au total, le revenu du groupe a augmenté de 15% lors du trimestre écoulé, à 1,63 milliard d'euros, dopé par les acquisitions récentes et un effet de change positif. Maurice Lévy avait également indiqué ne pas s'attendre à une amélioration en Europe avant l'automne 2013, même si globalement le marché publicitaire devrait connaître une croissance plus importante en 2013 que cette année.

Solides fondamentaux

Malgré cette mauvaise surprise sur le troisième trimestre, la société de l'avenue des Champs Elysées jouit de solides fondamentaux. Le groupe souhaite rester profitable avec son objectif de stabilité de la marge opérationnelle courante annuelle maintenu à 16 %, grâce à un contrôle strict des coûts. Le groupe entend poursuivre avec détermination sa stratégie axées sur les deux piliers de croissance que sont le numérique et les marchés à forte croissance. Une stratégique qui peut s'avérer pertinente alors que les revenus proviennent pour plus de 50% des pays émergents ou de la communication numérique. Sur le terrain boursier, le titre est en hausse de près de 19% depuis le début de l'année et tutoyait même ses plus hauts de 12 ans au mois de septembre dernier. Mais cette belle dynamique a été freinée par l'annonce, le mois dernier un léger ralentissement de sa croissance organique au 3ème trimestre. A ces cours, les ratios restent loin d'être tendus avec un PER de 12,30 pour 2012 et 11,64 estimé pour 2013. Une valorisation qui demeure raisonnable alors que le rachat de Dentsu par Aegis s'est fait à un prix représentant 20 fois le bénéfice par action attendu pour cette année.

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2012 à 9:29 :
Bon résutats, bon bonus ! Levy va-t-il mettre a éxécution sa velléité de payer volontairement plus d'impôts?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :