Safran se distingue à la baisse, plombé par une note de JP Morgan

 |   |  485  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le groupe aéronautique Safran se distingue à la baisse à la bourse de Paris, plombé par une note de JP Morgan qui déclasse le dossier à "sous-pondérer" contre « neutre » auparavant. Le titre recule de 2,02%, à 34,74 euros alors que le broker abaisse son objectif de cours de 37 à 32,5 euros.

La banque justifie la dégradation de son opinion par la crainte de voir « de nouvelles hausses des dépenses de recherche et développement (R&D) » qui selon elle sont sous estimées par les analystes.


En revanche, JP Morgan ne manque pas de souligner que « le groupe possède une activité d'aéronautique civile de qualité et que l'activité après-vente présente de très bonnes perspectives ». Mais pour le broker, ces perspectives optimistes « sont déjà intégrées dans les estimations du consensus ».


Quant à Safran, le spécialiste de l?aéronautique se dit « confiant dans ses perspectives de long terme » après avoir dévoilé une hausse soutenue de son chiffre d'affaires (+15,5% dont 8,6% en croissance organique) qui s?inscrivait à 13,56 milliards d'euros en 2012.
Le résultat net du groupe quant à lui a bondi de 55,1% à 999 millions d'euros, alors que le résultat opérationnel courant a progressé de +23,7% en 2012, grâce au dynamisme de ses activités de motoriste et d'équipementier aéronautique.

Safran est par ailleurs parvenu à dégager un flux de trésorerie disponible, ou free cash flow, de 564 millions d'euros. « Cela représente 38% du résultat opérationnel courant, une proportion supérieure à celle visée par le groupe, qui était d'un tiers », précise la société.

En guise de perspectives, le groupe se donne pour ambition de dégager un free cash flow représentant près de 40% de son résultat opérationnel courant cette année. Le géant industriel prévoit d?autre part une hausse de son chiffre d'affaires ajusté d'environ 5% et une progression de son résultat opérationnel courant ajusté proche de 15%.

Le carnet de commandes, indicateur clef du secteur, est de bonne facture, le groupe ayant annoncé qu?il avait engrangé pour 18,1 milliards d'euros de commandes l'année dernière ce qui porte le total à 48,5 milliards d'euros à la fin 2012, contre 43 milliards d'euros un an plus tôt.

Compte tenu des flux de trésorerie dégagés en 2012, Safran a par ailleurs annoncé qu?il allait verser cette année un dividende de 0,96 euro par action, en hausse de 55% par rapport à l'année précédente.

L?Avis de Mon financier :
Nous sommes à l?achat spéculatif sur le dossier avec un objectif à 37,80 euros, ce qui offre un potentiel de 8,9%.
Outre les qualités indéniables du dossier, la valorisation (SAF.FR) est légèrement inférieure (VE/Ebitda de 6,8) à la moyenne mondiale des fournisseurs du secteur aéronautique (8,8 fois), alors que le groupe a publié des résultats 2012 supérieurs au consensus, avec un bénéfice par action (BPA) de 2,41 euros, (contre seulement 1,99 euro attendu), ce qui lui permet d?augmenter son dividende de 55% par rapport à 2012 et de 63% par rapport à 2011. Achat spéculatif

>> Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com
>> Pour aller plus loin, découvrez notre plateforme bourse personnalisable

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :