Alors, qu'est qu' IL a dit

 |   |  338  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Sur son petit siège, dans la salle d'école, IL est descendu de l'Olympe et l'a joué plus cool, plus France profonde, plus Jean Pierre Pernaut. Un exercice de communication parfaitement huilé et assez efficace.

EN BREF
Les armes chimiques ont été utilisées en Syrie et il va falloir riposter, IL remercie les retraités pour leur effort de contribution aux efforts de la nation, un effort qu'ils n'avaient pas demandé de faire; IL ira jusqu'au bout de la réforme de la SNCF qu'IL jure de ne jamais privatiser; IL va appliquer les 80 km/h et IL n'est pas le président des riches mais le président de tous les Français. On est rassuré. Bon. Pas de scoop.

LE DÉFICIT AMÉRICAIN
L'impact de la politique de Trump commence à peser sur le déficit public américain. Le chiffre est passé assez inaperçu, surtout sur les marchés, et pourtant il est intéressant. Le déficit budgétaire américain sur le premier semestre fiscal de l'année, c'est-à-dire d'octobre à mars, s'est accru. De 14%. On commence à sentir les effets de la baisse des recettes liées à la baisse spectaculaire des impôts.
Et on a toujours des dépenses qui continuent à augmenter, par exemple dans le domaine de la défense. Résultat des courses : sur l'année fiscale 2018 on devrait avoir un déficit budgétaire de plus de 800 milliards de dollars, contre 665 milliards pour 2017. Une très forte progression. Et les prévisions pour l'avenir ne sont pas rassurantes : le déficit devrait dépasser les 1000 milliards de dollars dès 2019.

UNE DETTE AMÉRICAINE FARAMINEUSE
Mais l'effet relance économique ne devait pas compenser la baisse des impôts?
Non. Même dans un scénario économique optimiste et une croissance soutenue, les recettes supplémentaires générées ne compenseront pas le manque à gagner sur les impôts....
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2018 à 13:17 :
"UNE DETTE AMÉRICAINE FARAMINEUSE"

Et oui d'où l'avantage énorme d'avoir un pouvoir politique puissant, les banques s'écrasent et suivent. Alors qu'en UE nous autres citoyens européens sommes obligés de nous sacrifier pour les marchés financiers et leurs milliardaires alors que du temps des rois quand les spéculateurs abusaient jusqu'à menacer les finances publiques on leur coupait la tête en place publique et bizarrement les finances se portaient bien mieux après.

L'argent n'a pas à dire aux gens comment ils doivent vivre.

"La croissance des ventes de piscines a fortement ralenti en 2017"

Une bonne nouvelle.

"Les "saboteurs" présumés des lignes de TGV qu'on avait appelés le groupe de Tarnac ont été relaxés"

Oui c'était du temps de alliot marie qui avait monté un dossier contre des rêveurs baba cool en les accusant d'ultra gauche, du grand n'importe quoi validé par les pouvoirs publics de l'époque, un dossier construit de toute part.

En UE, tandis que l'extrême droite prend le pouvoir un peu partout on continue de s'acharner sur les rêveurs, le choix des marchés financiers est clair, le fascisme plutôt que se libérer de leur emprise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :