Bilan économique mensuel : Le Royaume-Uni

 |   |  712  mots
(Crédits : Forex)

La demande de livre sterling s'est affaiblie sur le marché des changes et cela, en raison du positionnement moins belliciste de la banque centrale d'Angleterre, de la publication de rapports moins optimistes qu'à l'accoutumée et d'une prévalence de l'aversion pour le risque sur les marchés européens. Analysons tout cela plus en détail.

Croissance
La lecture préliminaire du PIB du troisième trimestre 2015 montre une croissance de 0,5% sur une base de trimestre en trimestre, soit un rythme plus lent que les 0,7% du trimestre précédent. Sur une base annualisée, la progression est de 2,3% ce qui révèle un ralentissement de la croissance pour le deuxième trimestre consécutif.
Selon le rapport, le principal moteur de la croissance est le secteur des services qui enregistre une expansion de 0,7%. A l'inverse, celui qui pèse sur la croissance est le secteur de la construction qui s'est contracté de 2,2%.
La production industrielle a quant à elle progressé de 0,3%. La production manufacturière a perdu 0,3% mais le secteur reste dans le vert grâce à une hausse de 2,4% de la production minière.
Notez que ces chiffres constituent seulement une estimation préliminaire. Les résultats définitifs peuvent donc être différents.

Emploi
Le dernier rapport sur l'emploi au Royaume-Uni a été quelque peu mitigé. En effet, d'un côté le taux de chômage pour la période de juillet à septembre est passé de 5,4% à 5,3% soit son plus bas niveau depuis sept ans et le taux d'emploi a légèrement progressé et atteint désormais un record jamais enregistré depuis le début des relevés datant de 1971 et de l'autre, avec la nouvelle méthode de comptage mise en place en octobre, les personnes demandant les prestations de chômage ont doublé. En plus de cela, La croissance des salaires montre une progression de 3% alors qu'en réalité, si on retire l'augmentation de 15% des bonus, on arrive à une progression de seulement 2,5%, soit un chiffre inférieur au précédent.


Monde des affaires

La production industrielle était en baisse au mois de septembre. -0,2% sur une base de mois en mois. Sur une base d'année en année, elle recule également 1,1% contre 1,8% précédemment. Le plus grand moteur de cette croissance annualisée est le secteur minier. Le plus grand frein, le secteur manufacturier avec une chute de 13,7% de la fabrication de machines et équipements. Si le taux de production industrielle annualisée est en baisse, c'est à cause du secteur des industries extractives, leurs contributions ont, en effet, été bien moins importantes que précédemment (1,11% contre 2,22%).
Pour l'avenir, les choses devraient, cependant, s'éclaircir et cela grâce notamment à la bonne lecture de l'indice de fabrication PMI Markit.

Dépenses de consommation et sentiment des consommateurs
Le volume des ventes au détail du mois d'octobre s'est contracté de 0,6% de mois en mois. Sur une base d'année en année il augmente mais de façon beaucoup plus lente (3,8% contre 6,2%). Comme je vous en parlais dans mon guide de trading il y a quelques jours, les gains enregistrés grâce à la coupe du monde de rugby ne pouvaient pas se poursuivre indéfiniment. Les autres indicateurs pointent, en plus, également vers un possible ralentissement.
L'indice de confiance des consommateurs reste, cependant, encore en territoire positif Même s'il a coché inférieur d'un point.

Inflation
L'inflation globale annualisée au Royaume-Uni a diminué de 0,1% en octobre. En cause, la contribution négative du secteur des aliments et des boissons non alcoolisées. Cette annonce n'a pas surpris les traders du forex dans la mesure où la BoE avaient averti que l'inflation serait susceptible de rester proche de 0 à court terme. Notez que la lecture de mois en mois a tout de même progressé de 0,1%.

Résumé et conclusion
Globalement, l'économie britannique se porte encore relativement bien par rapport à la plupart des autres économies avancées, inflation mis à part, bien sûr. Néanmoins, sa performance actuelle ne fait que conforter les responsables de la BoE de ne pas toucher aux taux d'intérêt pour le moment et cela devrait continuer de peser sur la livre sterling.

Retrouvez toute l'actualité du Forex sur Forex.fr

Pour aller plus loin, retrouvez toutes les données sur les devises

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :