Bonne année blanche !

 |   |  332  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Je m'adresse à ceux qui ont compris qu'ils ne paieraient pas d'impôts sur leurs revenus habituels de 2018 car j'ai renoncé à expliquer aux autres. Le feuilleton affligeant du prélèvement à la source a donc pris fin hier soir. Le prélèvement est maintenu. Et vous allez donc travailler cette année, pour la première fois et probablement la seule fois de votre vie, sans payer d'impôts sur ces revenus.

UN PETIT CONSEIL
Ne dépensez pas tout de suite ce cadeau fiscal. Mettez de côté tout ou partie de l'impôt que vous économisez sur les revenus de 2018. Vous ne le regretterez pas. Privilégiez toujours l'assurance vie, sans frais d'entrée. Demandez une information détaillée sur le contrat sans frais d'entrée MonFinancier Retraite Vie.

COMME DISAIT CHIRAC
"Les emmerdes ça vole toujours en escadrilles". Emmanuel Macron doit méditer cette phrase tous les jours depuis la rentrée.
Entre Benalla, Hulot, hier Laura Flessel et ses ennuis fiscaux, le prélèvement à la source, les retraités, le Gaulois réfractaire, il est gâté. Et pour couronner le tout hier, l'effondrement de sa cote de popularité.
10 points de baisse. Et le plus humiliant, c'est qu'il fait pire qu'Hollande à la même période.
Espérons quand même qu'il pourra continuer à mener les réformes nécessaires.

ET DE DEUX.
Après Apple le mois dernier, c'est au tour d'Amazon de passer la barre des 1,000 milliards de dollars de capitalisation. 1,000 milliards. J'ai beau me répéter le chiffre, je n'arrive pas à réaliser. C'est tout simplement inimaginable. Au delà de l'illustration de la puissance de ces deux groupes, c'est également l'expression du fait que les investisseurs se précipitent tous pour acheter les mêmes valeurs.

UN EFFET D'ENTRAINEMENT
Quel gérant au monde de valeurs internationales peut aujourd'hui ne pas avoir Apple et Amazon...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2018 à 19:27 :
"Ne dépensez pas tout de suite votre cadeau fiscal.."
L'auteur donne à penser qu'il y aurait en 2019 une année "sans impôts" ce
qui n'est absolument pas le cas.
Ceux qui ont payé des impôts en 2018 sur les revenus de 2017 en paieront
également en 2019, la seule différence étant qu'au lieu d'être imputés sur 2018 ils
le seront sur 2019.
Si l'exécutif a abondamment parlé de ceux qui voient leurs revenus diminuer
il semble s'être bien gardé de dire que par contre, ceux qui voient leurs
revenus augmenter verront leurs impôts augmentés par rapport à ce qu'ils
auraient payé avec l'ancien système.
Il y aura bien une année sans impôts mais échelonnée en fait sur l'ensemble
de la vie de la personne, les dindons de la farce étant ceux qui commenceront
d'avoir des revenus en 2019 et qui n'en bénéficieront pas, créant une rupture
manifeste d''égalité devant l'impôt.
Réponse de le 08/09/2018 à 20:00 :
"Ceux qui ont payé des impôts en 2018 sur les revenus de 2017 en paieront également en 2019"
vous payez les impôts sur les revenus 2017 avec les revenus de 2017 que vous avez mis de côté, les ayant encaissés.
Sur 2018 vous ne payerez rien, mais le revenu 2019 sera amputé de l'IRPP/12 chaque mois.
Si vous payez en dynamique l'impôt du passé avec l'argent du jour, sûr que vous n'économiserez rien. Ensuite ça évitera les ennuis à ne plus avoir de quoi payer (dont passage à la retraite, trou de trésorerie) car déjà pris. :-)
a écrit le 05/09/2018 à 22:39 :
Ceux dont la situation n'a pas changé pourront boucher le trou 2019 sur leur feuille de paie avec l'argent pas versé sur les revenus 2018 en IRPP, mais ça ne fonctionnera qu'une fois, en 2020, le trou IRPP sera là. 2019 = salaire complet net, ça booste le pouvoir d'achat, ça. Sauf que souvent il est déjà dépensé, l'IRPP étant payé par le salaire courant, actuel.
a écrit le 05/09/2018 à 12:51 :
Très amusant comme les journalistes se vautrent dans le "moins populaire que Hollande à la même époque que son mandat"...peut-être, mais je ferai deux observations: la première, c'est que vous ne dites rien de la cause de cette impopularité. Hollande était impopulaire car il ne faisait RIEN, alors que Macron est impopulaire car il fait des réformes nécessaires mais pas forcément agréables à court terme.
La deuxième, c'est que la popularité n'est réellement importante que vers la fin d'un mandat, pas au début. Et celui qui était à 13% et qui n'a jamais pu se re-présenter, c'est Hollande. Rien ne dit pour l'instant que Macron subisse le même destin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :