Chômage : l'exception française

 |   |  343  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Nous sommes le seul pays développé dans lequel le chômage ne baisse pas.

C'est une exception dont on se serait bien passé.

Hier les chiffres trimestriels de Pôle Emploi étaient mauvais.

Globalement mauvais.

LE CHÔMAGE PROGRESSE
Les chômeurs toutes catégories sont en hausse: 5.96 millions.
Les chômeurs sans aucune activité, de catégorie A, sont en hausse. De 0.5%.
Les chômeurs longue durée sont en hausse. Ils représentent désormais 46.7% des demandeurs d'emplois contre 32.6% il y a 10 ans.

POURQUOI LE CHÔMAGE NE BAISSE-T-IL PAS?
Il y a des explications mais cette résistance du chômage reste étonnante et spécifique à la France.
On cite le ralentissement de l'économie française au premier semestre de l'année. Mais cela devrait redémarrer au deuxième semestre de l'année.
On cite évidemment l'inadéquation entre les offres d'emploi et les demandes d'emploi, d'où l'importance de la formation.
Finalement, il n'est pas aussi simple que de traverser la rue pour trouver un emploi.
Rappelons que le gouvernement avait décidé de passer de publications mensuelles de Pôle Emploi à des publications trimestrielles pour ne pas qu'on parle chômage tout au long de l'année.

JE NE CHANGERAI PAS
Draghi a été ferme hier.
Après la réunion de la Banque centrale européenne, il a fait une déclaration sans équivoque.
Malgré la crise italienne, malgré le début de ralentissement de l'économie européenne, malgré la guerre commerciale, la Banque centrale européenne ne changera pas de cap : elle va continuer à diminuer ses injections de liquidité dans l'économie.
Mais rassurez-vous, elle continuera à garder des taux proches de zéro encore très longtemps.

AMAZON: OUCH
Amazon a annoncé après la clôture des marchés ses résultats trimestriels.
Et ils sont excellents.
2.8 milliards de dollars de bénéfices.
Seulement voilà...
Le chiffre d'affaires était en dessous des prévisions...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 12:34 :
"Les chômeurs longue durée sont en hausse. Ils représentent désormais 46.7% des demandeurs d'emplois contre 32.6% il y a 10 ans."

Dire qu'il y a de ça quelques éditos vous nous parliez d'un mouvement qui faisait revenir les vieux dans l'activité économique... Ben pas en france en tout cas.

"Rappelons que le gouvernement avait décidé de passer de publications mensuelles de Pôle Emploi à des publications trimestrielles pour ne pas qu'on parle chômage tout au long de l'année."

Voilà, déjà on voyait bien que c'était pas leur préoccupation principale. A se demander même s'ils y pensent, eux ont du boulot, bien payés en plus c'est ça le principal !

"JE NE CHANGERAI PAS"

En UERSS on n'évolue pas, jamais, on meure au nom du dogme.

La finance ne fait pas de cadeaux aux GAFA ce qui pourrait nous les faire aimer du coup, adorer même mais attention quand même...

"LA LIGUE INTERNATIONALE DES LEADERS POPULISTES"

Oui enfin il y a boire et à manger chez tout ceux que vous citez, il serait temps de sortir de la pensée binaire pour se pencher au cas par cas non ?

"La Belgique. Elle va acheter 34 F-35 Américains de Lockheed Martin. Et pas de Rafale. C'est pas gentil ça."

On les comprend difficile de parier même un euro sur l'europe...

"Alibaba va lancer une station spatiale miniature pour fêter le dixième anniversaire de sa super journée de promotion,"

Mégalomanie quand tu nous tiens.
a écrit le 26/10/2018 à 12:00 :
Rien sur la suppression des 200 000 emplois aidés, M.Fiorentino ? L'explication numéro un à la stagnation actuelle du chômage est pourtant là. C'est donc un bonne nouvelle de n'avoir "que" 15 000 chômeurs en plus sur un trimestre, alors qu'en parallèle on supprime autant d'emplois aidés. Cela montre que le secteur privé est dynamique, et parvient progressivement à prendre le relais de ces emplois aidés. Cela montre aussi que c'était le moment de s'y attaquer, car la même baisse drastique pendant une phase cyclique moins favorable aurait fait bcp plus de dégâts sur le front du chômage !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :