Déficit : le recul

 |   |  335  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Le gouvernement a révisé à la baisse ses prévisions de déficit pour 2019. De 2.3% à 2.8%. On reste certes en dessous de la barre fatidique des 3% mais c'est clairement un mauvais signal. La raison invoquée est le ralentissement de la croissance.

LA DÉCEPTION
2.8% au lieu de 2.3%.
L'excuse invoquée : le ralentissement de la croissance.
Ce recul met en lumière le problème majeur de nos finances publiques : l'absence de plans de réduction des dépenses publiques.
Tout repose sur les rentrées fiscales avec un taux de prélèvement le plus élevé d'Europe et un des plus élevés au monde : quand la croissance ralentit, les rentrées fiscales baissent et le déficit public dérape.

CONSÉQUENCES
Cette révision à la baisse a deux conséquences majeures.
Tout d'abord, un accroissement accéléré de notre dette. Une dette qui dépasse déjà les 100% du PIB. Une dette que nous finançons à des taux historiquement bas heureusement. Pour l'instant.
L'autre conséquence, c'est la perte de confiance de notre partenaire allemand dans notre capacité à redresser nos finances publiques, ce qui va entraîner une réticence de sa part pour toute initiative de relance européenne.

PENDANT CE TEMPS EN ALLEMAGNE
On se querelle.
Du fait d'une situation inverse de la France.
Du fait de l'accroissement du surplus budgétaire.
Chaque parti a ses idées sur les façons d'utiliser cette cagnotte pléthorique mais personne n'a la même idée.
Même au sein de la coalition gouvernementale.
Décidément, en Allemagne, le consensus a du plomb dans l'aile. Mais pas les finances publiques.

LE WARNING DU JOUR
Christine Lagarde.
La patronne du FMI lance un avertissement.
Une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine provoquera un choc mondial.
Et déstabilisera particulièrement les pays émergents qui sont déjà en situation d'extrême fragilité....
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :