L'aveuglement face à la Grèce

 |   |  412  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Les semaines se suivent et se ressemblent. Rupture des négociations, puis rumeur d'accord imminent puis rupture des négociations...La Grèce est venue à bout de la patience des négociateurs du FMI et de l'Europe. Mais ce qui est le plus surprenant c'est l'emballement des marchés à la moindre rumeur de deal alors qu'un deal serait le plus mauvais des scénarios à moyen terme.

ENCORE UN ULTIMATUM

Le FMI a décidé de se retirer de la table des négociations avec la Grèce.

Cette histoire n'en finit pas. On avait déjà eu un ultimatum vendredi dernier. Puis cette semaine, des signaux d'accord imminent. Et hier à nouveau une rupture des négociations. Ce qu'on entend et qu'on lit, c'est que les négociateurs du FMI et de l'Europe sont à bout de nerfs tant Tsipras joue le blocage pour ne rien céder. Résultat: on est repartis pour un ultimatum avec un deal à prendre ou à laisser. N-ième jour J, jeudi prochain avec la réunion des ministres des Finances de la zone et la volonté affichée de Merkel de parvenir à un accord.

LES MARCHéS PRIENT POUR UN ACCORD

Et les marchés fluctuent au gré des nouvelles sur la Grèce.

Mais quand on voit le niveau de l'euro ce matin et la hausse des indices boursiers cette semaine on s'aperçoit que les marchés croient encore à un deal imminent. Et je vous avoue que ce qui me surprend le plus, c'est la vision à court terme des investisseurs. Ils sont prêts à s'emballer pour la signature d'un accord avec la Grèce. Et pourtant de quoi parle-t-on ? D'un accord où nous serions amenés avec le FMI à reprêter de l'argent à la Grèce, probablement une dizaine de milliards pour lui permettre de faire les fins de mois avec un engagement a minima de réformes que le gouvernement n'a aucune volonté ni aucune possibilité d'appliquer.

UN DEAL DE DUPES

Un accord serait-il quand même une meilleure nouvelle qu'un défaut de la dette ou un Grexit ?

A court terme peut-être. Mais à long terme, non. La Grèce est en défaut. C'est une réalité. Elle a une dette colossale qu'elle sera incapable de rembourser. D'autre part, les mois qui viennent d'être perdus en palabres, ont accéléré l'effondrement des dépenses...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2015 à 10:27 :
Il faudrait une restructuration globale des dettes des pays de l'UE. Ni la France avec
2000 milliards de dettes ni le Portugal, ni l'Italie, l'Espagne ou les Grecs , aucun de ces pays
ne pourra rembourser. Traîner le boulet de la dette va condamner les pays de la zone à vivoter pendant longtemps. Le signal de la fin de la partie, sera donné lorsque les taux vont
remonter.
a écrit le 21/06/2015 à 15:08 :
Analyse lucide de la situation. Un accord ne serait qu'un report, avec du temps et des milliards supplémentaires.perdus pour rien. Lorsque le problème est sans solution, il faut savoir tirer un trait.
a écrit le 20/06/2015 à 11:01 :
La GRÉCE se joue de l'EUROPE elle tire les ficelles ,bravo a elle ,dommage pour nous la RUSSIE a signé son contrat gaz , ils nous le vendront a leur prix .
Les baisers contez-vous , ainsi que les quarante 40 M qu'ils nous doivent .
a écrit le 19/06/2015 à 11:57 :
Si la Grèce a une dette "colossale", que devrait-on dire des Etats-Unis, du Japon et d'autres pays en Europe ? Et pourtant on leur fout la paix, bien qu'on sache qu'ils ne rembourseront jamais ! Tout cela est prétexte à niveler vers le bas les acquis sociaux d'un pays qui respecte ses habitants, ce qu'on ne peut pas dire de certains par ici...
Réponse de le 21/06/2015 à 18:17 :
Je suis d'accord avec vous. Inquiétante cette UE qui trouve le moyen de mettre dans la misère des populations alors que les vrais responsables, banquiers et politiques corrompus (les grecs précédents), ne sont toujours pas inculpés ? Il faut aider ce gouvernement grec afin qu'il rétablisse l'Etat de droit ! Seule solution pour faire rentrer les impôts et remettre en place l'économie.
Sidérant de voir la demande des créanciers qui veulent carrément la misère pour les grecs (voir la question des retraites notamment) ! En quoi cela permet-il de relancer l'économie ? Il est temps aussi de virer tous ces politiques incapables de gérer la situation : Moscovici, Juncker, et aussi Merkel et Schauble ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :