L'heure du bilan

 |   |  402  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

A quelques jours de la fin d'année, les experts reviennent sur les temps forts qui auront marqué l'année 2015 : chute des matières premières, effondrement du pétrole, multiples records dans le domaine des fusions-acquisitions, relèvement des taux directeurs aux États-Unis... Tout y passe. Et comme d'habitude, après le bilan, vient l'heure des prévisions. On n'y coupera pas.

ANNÉE NOIRE POUR LES MATIÈRES PREMIÈRES

S'il y a un secteur qui a mordu la poussière en 2015, c'est bien celui des matières premières. Le secteur a subi une chute sans précédent depuis 2008. Une demande mondiale moins soutenue et des excès de production ont fait chuter les cours de 25% en moyenne. En queue de peloton on retrouve : le nickel et le minerai de fer (-43%), le pétrole (-35%) et le gaz naturel (-30%). Une année à oublier pour les professionnels du secteur.

L'ANNÉE DES RECORDS

Dans les fusions-acquisitions. Porté par les liquidités gratuites distribuées par les banques centrales, le secteur des fusions-acquisitions a connu une année exceptionnelle. Comme au bon vieux temps de la bulle internet. Les entreprises ont en effet investi 4.600 milliards de dollars pour racheter leurs concurrents. C'est 41% de plus qu'en 2014. Et c'est même supérieur à l'activité de 2007, une année restée dans les annales pour sa frénésie de «deals» juste avant que le château de cartes ne s'effondre avec la crise financière.

LA 'HAUSSE DU PÈRE NOËL'

Statistiquement le mois de décembre est le meilleur mois pour Wall Street. Une période que les analystes ont appelé « la hausse du Père Noël » alors que sur les 24 dernières années, le baromètre de Wall Street enregistre un gain net en décembre à 20 reprises, avec une progression dans 75% des cas dans la période entre Noël et le jour de l'an. Les marchés américains qui ont connu une année assez erratique pourraient donc reprendre de la hauteur.

ÉTAT D'URGENCE

Cette fois-ci ça sera la bonne. François Hollande s'est fixé comme principal défi, la baisse du chômage pour 2016. Il a conditionné une nouvelle candidature à l'Elysée en 2017 à l'inversion de la courbe du chômage. Mais il faudra plus que...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :