La machine à cash américaine

 |   |  381  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino

Ce qu'ont fait l'État et la justice américaine depuis la crise de 2008 est tout simplement fascinant: ils ont écumé le secteur bancaire après l'avoir aidé à se rétablir et ont engrangé des sommes faramineuses d'amendes. Moody's a publié le coût total pour les banques depuis 2008 de ces poursuites: 219 milliards de dollars! Un pragmatisme et une efficacité redoutables.

NOUVELLES POURSUITES CONTRE LES BANQUES

On a appris le même jour que Barclays allait payer encore 100 millions de dollars, en plus des 485 millions de dollars qu'elle a déjà payés pour la manipulation des changes, et que les juges américains voulaient à nouveau poursuivre JP Morgan et Royal Bank of Scotland pour une affaire de prêts hypothécaires d'avant crise. La Deutsche Bank serait à nouveau sous pression, toujours pour des infractions sur le marché des changes. Loin de se calmer, la machine judiciaire américaine continue sa traque avec une efficacité redoutable. Tenez-vous bien. Le chiffre est colossal. Et c'est Moody's qui l'a publié. Selon l'agence de notation, le coût pour les banques depuis 2008, qui inclut les amendes mais également les frais d'avocat et les frais de procédures, atteint la somme faramineuse de 219 milliards de dollars. 219 milliards de dollars ! Et en matière d'amendes, les États-Unis ne font pas de favoritisme national, puisqu'une écrasante majorité de ces coûts est supportée par les banques américaines. Et ce n'est pas fini.

EFFICACITÉ ET PRAGMATISME

Quels enseignements peut-on tirer de ce qui se passe depuis 2008 ? Le gouvernement a sauvé son système bancaire de la faillite en 2008 mais on a le sentiment que dès que le secteur s'est rétabli, il a fait payer chèrement aux banques leurs errances pendant la crise, sur l'immobilier, et depuis sur tous les autres marchés. L'État n'a pas seulement récupéré sa mise. Il a engrangé une source de revenus phénoménale. Les poursuites et les amendes sont une incroyable machine à cash et les banques se sont transformées en DAB auxquels le gouvernement vient régulièrement retirer de l'argent. Ce qui est aussi frappant c'est que beaucoup de ces scandales impliquent des marchés...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :