Le Dow Jones franchit les 20.000 points, du jamais-vu à Wall Street

 |   |  598  mots
Après avoir hésité à plusieurs reprises ces dernières semaines, l'indice phare de Wall Street a finalement passé cette barre symbolique moins d'une semaine après l'investiture de Donald Trump vendredi. (Photo : mercredi 25 janvier, au New York Stock Exchange, NYSE)
Après avoir hésité à plusieurs reprises ces dernières semaines, l'indice phare de Wall Street a finalement passé cette barre symbolique moins d'une semaine après l'investiture de Donald Trump vendredi. (Photo : mercredi 25 janvier, au New York Stock Exchange, NYSE) (Crédits : Statista*)
Ce bond est dû aux bons résultats d'entreprises, dont la saison bat son plein, et à la confiance dans la capacité de Donald Trump à relancer la croissance et l'inflation. Les secteurs qui ont bénéficié des assurances du nouveau président, à l'image de l'automobile, ont notamment contribué à la hausse.

Pour la première fois de son histoire, le Dow Jones a franchi mercredi, le cap des 20.000 points dès l'ouverture à Wall Street, grâce à un regain de confiance sur la politique économique de la présidence Trump.

Vers 14 heures 45, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 96,76 points, soit 0,49%, à 20.009,47 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, s'adjugeait 34,20 points, soit 0,61%, à 5.635,16 points. L'indice élargi S&P 500 montait de 10,30 points, ou 0,45% à 2.290,37 points.

Après avoir hésité à plusieurs reprises ces dernières semaines, l'indice phare de Wall Street a finalement passé cette barre symbolique moins d'une semaine après l'investiture de Donald Trump vendredi. Les courtiers de Charles Schwab ont résumé ainsi la situation dans une note :

"Les marchés mondiaux balayent leurs craintes politiques au milieu d'un flot de décisions du président américain, Donald Trump, pour sa première semaine au pouvoir afin d'appliquer les mesures promises au cours de sa campagne."

Quant au marché obligataire, traditionnelle valeur refuge, il baissait, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montant à 2,502%, contre 2,463% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,084%, contre 3,048% précédemment.

A peine arrivé, Trump multiplie les gestes en faveur d'une relance de l'activité

Parmi les décisions remarquées par les marchés, le nouveau président a signé mardi les décrets relançant la construction de deux oléoducs controversés. Donald Trump a signé mardi deux nouvelles ordonnances présidentielles qui relancent les très contestés projets d'oléoducs Keystone XL et Dakota Access, stoppés sous Barack Obama.

"Ce décret n'a pas été une surprise, il est cohérent avec les discours de campagne, cependant, c'est un rappel, pour un marché apathique, des encouragements du gouvernement Trump en faveur d'une hausse de l'activité économique aux Etats-Unis", a indiqué Patrick O'Hare, de Briefing, dans une note.

Le président américain a également reçu les constructeurs automobiles et déclaré qu'il voulait voir de nouvelles usines automobiles aux Etats-Unis tout en confirmant son intention de réduire les impôts et d'alléger la réglementation.

     >Lire : Etats-Unis : le début de mandat très offensif de Trump

Et force est de constater que les secteurs rassurés par les premières décisions de Donald Trump étaient à la fête. Les groupes automobiles, tout d'abord. General Motors s'octroie 2,30%, bénéficiant des commentaires positifs de Morgan Stanley, qui a porté son objectif de cours de 40 à 42 dollars. Dans la foulée, Ford - qui a annulé la construction d'une usine au Mexique pour investir dans le Michigan - avance de 0,40% et Fiat Chrysler, qui publie ses résultats ce mercredi, gagne 1,47%. Dans l'énergie, ensuite, l'action d'Energy Transfer Partners, l'entreprise à l'origine du Dakota Access Pipeline, prend plus de 3% à 38,16 dollars

Parmi les autres valeurs, Boeing gagne 2,63%, plus forte hausse du Dow Jones. Le constructeur a dit qu'il pensait livrer de 760 à 765 avions de ligne cette année, soit plus que les 748 de l'an passé, même s'il veut réduire de 40% la production du B777.

Alcoa avance quant à lui de 2,16%. Le groupe de métaux, qui s'est scindé en deux en novembre, a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur au consensus, en raison notamment d'une hausse des prix de l'alumine. Cisco Systems, qui a annoncé le rachat de l'éditeur de logiciels d'entreprise AppDynamics pour environ 3,7 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros), prend 0,68%.. Seagate Technology grimpe de 20,75%. Le fabricant de disques durs a annoncé un bénéfice et un chiffre d'affaires meilleurs que prévu pour son deuxième trimestre.

(Avec AFP et Reuters)

*Graphique réalisé par Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2017 à 17:50 :
plus dure sera la chute
Réponse de le 27/01/2017 à 15:16 :
Avec la BCE, la BOJ, Et quasi toute les banques centrales pied au plancher sur la planche a billets aucune chance de voir des actifs se déprécier pour le moment. Mais déjà la FED à arrêté. Quid quand les autres lui emboiteront le pas? là oui la chute risque bien d'être largement pire que pour les supprimes US. D'autant i c'est le marché obligataire qui part en live = 2,5 fois le PIB mondial. On pourrait regretter la "mini crise" de 1929. Les sommes en jeux n'ayant plu rien a voir.
a écrit le 25/01/2017 à 17:38 :
Le CAC aussi devrait être sur un record. autour de 9800 point. Mais pour avoir le même rendement qu'avant la suppression de l'avoir fiscal et le délire récent de taxes, il faut acheter une action française deux fois moins chère. CQFD.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :