Ford annule la construction d'une usine au Mexique pour investir aux Etats-Unis

 |   |  367  mots
Le directeur général de Ford Mark Fields annonce un investissement de 700 millions de dollars au sein de l'usine de Flat Rock, le 3 janvier 2017.
Le directeur général de Ford Mark Fields annonce un investissement de 700 millions de dollars au sein de l'usine de Flat Rock, le 3 janvier 2017. (Crédits : REUTERS/Rebecca Cook)
Cible de Donald Trump pendant la campagne présidentielle, Ford a annoncé mardi son intention d'allouer la moitié de la somme prévue pour la construction d'une usine au Mexique à son site de Flat Rock, dans le Michigan.

Après l'opérateur Sprint, qui prévoit le rapatriement de 5.000 postes aux Etats-Unis, Ford. Le groupe automobile américain a annoncé mardi annuler la construction d'une nouvelle usine au Mexique afin d'investir dans une de ses installations dans le nord des Etats-Unis pour y fabriquer véhicules autonomes et électriques. Cette déclaration intervient au moment où le président élu américain Donald Trump accentue sa pression sur les grands groupes américains afin qu'ils rapatrient leurs usines aux Etats-Unis, prenant tout particulièrement pour cible leurs investissements au Mexique, notamment ceux du constructeur.

700 millions de dollars pour l'usine du Michigan

Deuxième groupe automobile américain, Ford semble avoir entendu le message en revenant sur sa décision annoncée en avril de construire une usine à San Luis Potosi, au centre du Mexique, où il devait créer 2.800 emplois directs et investir 1,6 milliard de dollars.

Lire aussi : Le patron de Foxconn tient à produire en Chine, malgré les promesses de Trump

Dans un communiqué, le groupe assure désormais qu'il utilisera près de la moitié de cette somme (700 millions de dollars) pour augmenter les capacités de son usine de Flat Rock située dans le Michigan, un Etat du Nord des Etats-Unis durement frappé par la désindustrialisation et où Donald Trump avait obtenu une victoire cruciale à la présidentielle.

Une décision prise en toute "indépendance", assure Ford

Il maintiendra cependant en partie son projet de transférer la production de ses petites voitures au Mexique en faisant fabriquer son modèle Focus dans son usine existante de Hermosillo au lieu de la nouvelle initialement prévue à San Luis Potosi. "Cela fera de la place pour deux nouveaux produits dans l'usine d'assemblage de Wayne, dans le Michigan, où la Focus est fabriquée aujourd'hui en préservant environ 3.500 emplois aux Etats-Unis", indique le communiqué de Ford.

Le directeur général de Ford a assuré avoir pris cette décision en toute "indépendance". "Nous n'avons pas conclu d'accord avec le président élu", a affirmé dans un entretien avec la chaîne CNN Mark Fields, reconnaissant toutefois en avoir discuté mardi avec le vice-président élu Mike Pence.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2017 à 10:51 :
Quel est le cadeau fiscal en contre partie ?
a écrit le 04/01/2017 à 9:40 :
C'est pas clinton qui aurait menacé les multinationales, alors je ne pense pas que trump leur aurait fait quoi que ce soit mais rien que d'aboyer, dans ce milieu de couards, à son petit effet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :