Le totem des 3%

 |   |  317  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

C'est fait. Le taux de l'emprunt américain à 10 ans a dépassé le seuil psychologique des 3% en séance, une première depuis janvier 2014. Wall Street a difficilement encaissé la nouvelle avec un net repli des indices majeurs. La combinaison magique croissance soutenue et taux bas vit peut-être ses dernières heures...

L'AIGUILLON DES MARCHÉS
Les marchés surveillaient le niveau des taux d'intérêt américains comme le lait sur le feu. Le seuil des 3% est donc tombé hier en séance. Le mouvement de hausse s'est accéléré ces dernières semaines face à la montée de l'inflation, elle-même soutenue par de bons indicateurs économiques aux États-Unis et la hausse des prix des matières premières. Pour rappel, ce taux évoluait aux alentours des 2,4% fin 2017. Les autres maturités suivent ce mouvement à l'image du 2 ans, dont le taux a atteint 2,5% pour la première fois depuis septembre 2008.

SANS SURPRISE
Cette poussée de fièvre du rendement phare américain n'a pas fait plaisir aux marchés actions. La Bourse de New York a terminé en nette baisse avec un Dow Jones en repli de 1,74% à 24.024 points, le S&P 500 qui plie de 1,34% à 2.634 points et le Nasdaq a rendu pour sa part 1,7% à 7.007 points. La tension qui prévaut sur les marchés obligataires a deux conséquences sur la valorisation des marchés actions : d'une part, la hausse des taux va peser sur le coût d'endettement des entreprises et donc sur leur profitabilité et d'autre part, les investisseurs vont arbitrer en faveur des obligations.

QUEL TAUX LIMITE ?
Les marchés commencent malgré tout à se faire à l'idée de taux d'intérêt plus élevés. La question à 100.000 dollars est maintenant la suivante : le 10 ans américain va-t-il se stabiliser autour de...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/04/2018 à 11:11 :
De toutes façons il est temps de quitter cette fausse croissance qui nous impose la pensée unique des médias de masse à la solde des néolibéraux à savoir tout va bien il faut continuer à donner toujours plus et plus vite aux riches. Un minimum de réalisme économique ne fait pas de mal et bizarrement il survient sous la politique de Trump, qui au final arrive parfaitement à dompter les marchés financiers, encore une fois bravo à lui. Que c'est beau de voir un véritable politicien gouverner !

"ALPHABET DÉPENSE TROP"

Non Alphabet investit, alors quand BAYER s'endette de 65 milliards pour acheter MONSANTO on parle d'investissement et quand Google investi dans la R et D on parle de dépenses ?

Au secours.

"Copie de luxe" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :