Et si l'originalité était la solution ?

 |   |  526  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Comment susciter la préférence quand on ne figure pas dans les classements ? Certaines structures, de par la nature de l'établissement ou du diplôme délivré, ne peuvent figurer dans les classements. Mais ce qui pourrait être vécu comme un handicap permet, au final, une plus grande liberté d'action...

Le titre d'ingénieur est considéré comme le diplôme de référence des formations scientifiques de niveau master en France. Pourtant, pour pouvoir être atypiques et répondre aux besoins des entreprises, certaines écoles ne demandent jamais cette reconnaissance pédagogique. Loin d'être subie, cette non-affiliation est vécue comme une marge de man?uvre leur permettant de laisser libre cours à leur créativité pédagogique. Epitech, par exemple, qui forme des experts en technologies de l'information, a adopté depuis sa création un positionnement inverse de ses concurrents. Alors que dans la plupart des écoles d'ingénieurs les étudiants reçoivent un socle de connaissances stables et durables, Epitech ne cherche jamais à leur inculquer des connaissances. Comme l'explique Nicolas Sadirac, son directeur général, « pendant cinq ans, nos étudiants vont se remettre en question perpétuellement. Notre pédagogie est structurée autour de la réalisation de projets. Or, pour résoudre ces cas, nous ne demandons jamais à nos étudiants d'endosser une posture de mimétisme dans laquelle ils appliquent des grilles de lecture et qui génère une réduction de l'esprit. Au contraire, en les confrontant à des problématiques sans leur donner les bases et les compétences pour les résoudre, nous leur permettons de se mettre en danger, de prendre des risques, de se tromper, de se retourner pour innover, etc. Ce système casse les certitudes des étudiants, mais à terme c'est très bénéfique. Quelles que soient les problématiques, ils se débrouillent toujours pour acquérir les compétences pour les résoudre.

Les IAE face aux écoles de commerce
Situation identique dans les Instituts d'administration des entreprises (IAE), qui proposent un modèle public original, souvent très sélectif, qui concurrence les écoles de commerce placées entre les dixième et trentième places dans les rankings.
Pour Fabrice Le Vigoureux, directeur de l'IAE de Caen, « il existe encore une certaine méconnaissance du statut des IAE en France. Pourtant, ils disposent sûrement du meilleur savoir-faire pour doter des profils très variés d'une double compétence en gestion/management ou offrir à des étudiants de formation initiale ou continue des spécialisations à un tarif défiant toute concurrence. Depuis quinze ans, l'IAE de Caen propose aussi des formations en e-learning. Ainsi, nous nous positionnons sur des programmes attractifs permettant à nos étudiants de compléter leur formation initiale ou de valoriser leur expérience professionnelle de manière souple et efficace. Notre modèle pédagogique est reconnu partout en Europe. En 2006, notre MAE (master d'administration des entreprises) a été retenu dans une sélection internationale des dix meilleurs MBA en ligne par le magazine Capital et une étude de la Commission européenne de 2007 a identifié l'IAE de Caen comme l'un des huit meilleurs établissements en e-learning. Nous bénéficions d'une sélectivité très forte et les atouts pour nos diplômés sont les mêmes que pour ceux sortant d'une très bonne école de commerce : les relations avec les entreprises, les salaires d'embauche et les taux d'insertion sont similaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :