Téléchargez
notre application
Ouvrir

Axa songe à vendre ses activités en Europe centrale

reuters.com  |   |  303  mots
Axa songe a vendre ses activites en europe centrale[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

par Anna Koper et Arno Schuetze

VARSOVIE/FRANCFORT (Reuters) - Axa envisage de vendre ses activités en Europe centrale dans le cadre d'une réorganisation destinée à quitter les marchés où l'assureur français ne dispose pas d'une taille critique, a-t-on appris de trois sources proches du dossier.

Comme l'ensemble du secteur de l'assurance, Axa souffre de l'environnement de taux bas.

Après l'acquisition l'an dernier du spécialiste de l'assurance dommages des entreprises XL Group pour 15,3 milliards de dollars et l'introduction en Bourse, également en 2018, d'Axa Equitable Holdings, ses activités d'assurance vie et de gestion d'actifs aux Etats-Unis, Axa a décidé de mettre l'accent sur l'Asie et la réduction de sa dette.

Il a déjà décidé de quitter l'Ukraine, via la cession de ses activités dans ce pays à Fairfax Financial Holdings, et l'Azerbaïdjan.

"Axa prévoit de vendre ses activités en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie", a dit l'une des sources à Reuters, selon laquelle des documents d'information ont été transmis à des acquéreurs potentiels.

Deux autres sources ont confirmé ce projet de cessions. L'une d'elles a dit que PZU, premier assureur de Pologne, l'italien Generali et l'allemand Allianz faisaient partie des entreprises ayant reçu ces documents.

Une source a dit que ces cessions pourraient se faire pour environ 400 millions d'euros alors qu'une autre source a évoqué un montant d'environ 800 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires d'Axa en Pologne a baissé de 6% au premier semestre 2019 à 288 millions d'euros, selon le rapport semestriel du groupe.

Axa, Allianz, Generali et PZU ont refusé de s'exprimer sur le sujet.

(Anna Koper à Varsovie et Arno Schütze à Francfort, avec Maya Nikolaeva à Paris, Tom Sims à Francfort, Marcin Goclowski à Varsovie et Stephen Jewkes à Milan; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)