Téléchargez
notre application
Ouvrir

Pour Guerini, Villani n'est plus membre de LaRem

reuters.com  |   |  400  mots
Pour guerini, villani n'est plus membre de larem[reuters.com]
(Crédits : Regis Duvignau)

PARIS (Reuters) - Le député Cédric Villani a quitté de facto les rangs de La République en marche en choisissant de maintenir sa candidature dissidente à la mairie de Paris face à Benjamin Griveaux, a déclaré lundi le délégué général du parti présidentiel.

Stanislas Guerini a fait savoir sur Radio Classique qu'il demanderait à son parti d'entériner mercredi ce départ lors d'une réunion du bureau exécutif.

Depuis l'investiture de Benjamin Griveaux en juillet 2019, les "Marcheurs" parisiens vivent une guerre fratricide entre le candidat officiel, ex-porte-parole du gouvernement et considéré comme proche d'Emmanuel Macron, et le mathématicien vedette, décidé à poursuivre sa campagne en dépit des pressions exercées par les plus hauts responsables de LaRem.

Ce nouveau venu en politique, qui fut en 2017 l'une des incarnations de renouvellement en profondeur de l'Assemblée nationale, a réaffirmé sa détermination à l'issue d'un entretien, dimanche, avec Emmanuel Macron.

"Entre l'appartenance à un appareil politique et l'engagement pour la ville qui m'a fait, je choisis de rester fidèle aux Parisiens", a tranché Cédric Villani après ce rendez-vous d'une heure à l'Elysée.

"Ces propos ne souffrent d'aucune ambiguïté", en a conclu Stanislas Guerini lundi. "Je fais le constat qu'il s'est mis en rupture avec le président de la République et avec le mouvement fondé par le président de la République."

"Je demanderai mercredi soir à mon bureau exécutif d'acter le fait que Cédric Villani n'est plus adhérent de la République en marche, il a indiqué les choses lui-même de façon suffisamment claire", a-t-il ajouté.

Benjamin Griveaux, invité de BFM TV, a pour sa part fait savoir qu'il appellerait son concurrent ce lundi après-midi "pour lui dire que, s'il changeait d'avis, (sa) porte resterait ouverte".

Les deux rivaux sont distancés dans les sondages tant par la maire socialiste sortante, Anne Hidalgo, que par la tête de liste des Républicains, Rachida Dati, alors même que LaRem avait viré en tête dans la capitale aux européennes de mai dernier.

Dans une enquête Odoxa pour le Figaro et CGI publiée lundi, Anne Hidalgo est créditée de 23% au premier tour, Rachida Dati de 20%, Benjamin Griveaux de 16%, l'écologiste David Belliard de 14,5% et Cédric Villani de 10%.

(Simon Carraud, édité par Bertrand Boucey)