Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Italie poursuit les laboratoires pour sécuriser les doses de vaccins

reuters.com  |   |  371  mots
L'italie poursuit les laboratoires pour securiser les doses de vaccins[reuters.com]
(Crédits : Yara Nardi)

MILAN (Reuters) - L'Italie poursuivra les laboratoires Pfizer Inc et AstraZeneca pour les retards de livraison des vaccins contre le COVID-19, dans l'idée de sécuriser les doses qui avaient été négociées plutôt que pour réclamer des dommages-intérêts, a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio.

"Nous faisons en sorte que notre programme de vaccination ne change pas", a dit Luigi Di Maio sur la chaîne publique RAI.

Samedi, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, avait déclaré que les retards dans la livraison de vaccins étaient inacceptables et constituaient de graves violations des accords contractuels. [L8N2JY0EM]

L'Italie devra repenser toute sa campagne de vaccination si jamais les problèmes de livraisons perduraient, selon un membre haut placé de l'administration sanitaire.

Interrogé sur les raisons des retards, Luigi Di Maio a dit croire que les laboratoires avaient été trop ambitieux au moment d'accepter les contrats.

"Nous activons tous les recours possibles pour que la Commission européenne fasse tout ce qu'elle peut pour forcer ces messieurs à respecter leurs engagements", a-t-il dit.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a confirmé dimanche que l'Union européenne utiliserait tous les moyens juridiques dont elle dispose pour faire respecter ces contrats.

Pfizer a annoncé la semaine dernière un ralentissement de sa production pour modifier le processus de fabrication du vaccin, de façon à l'accélérer ensuite.

Vendredi, le laboratoire Asztrazeneca, dont le vaccin est très attendu par les autorités car peu coûteux et facilement transportable, a prévenu l'Union européenne qu'il réduirait probablement ses livraisons d'environ 60% au premier trimestre en raison de problèmes de production, selon une source.

Ces perturbations retarderont la vaccination des plus de 80 ans de quatre semaines en Italie, et du reste de la population de six à huit semaines, a dit dimanche Pierpaolo Sileri, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé italien.

"Ces délais affectent toute l'Europe et une bonne partie du monde, mais je pense avec confiance que ce retard peut être rattrapé à moyen terme", a-t-il dit à la télévision.

(Stephen Jewkes, version française Caroline Pailliez)