Téléchargez
notre application
Ouvrir

Donald Trump reste provisoirement banni de Facebook et Instagram

reuters.com  |   |  642  mots
Trump reste banni de facebook pour l'instant[reuters.com]
(Crédits : Octavio Jones)

par Elizabeth Culliford

(Reuters) -Le comité de supervision de Facebook a maintenu mercredi la suspension d'utilisation du réseau social imposée à l'ex-président américain Donald Trump tout en jugeant que le groupe avait eu tort de l'imposer en lui donnant six mois pour déterminer "une réponse proportionnée".

Pour ce comité indépendant, Facebook a imposé une suspension d'une durée indéterminée sans se référer à des règles claires en la matière, ce qui nécessite un réexamen afin que la réponse donnée dans ce cas précis respecte les règles imposées à tous les autres utilisateurs.

Il appartient désormais à l'entreprise de déterminer si le compte de Donald Trump doit être débloqué, suspendu temporairement ou fermé définitivement.

"Facebook a maintenu la suspension d'une durée indéterminée et transmis l'ensemble du dossier au comité de supervision, en espérant apparemment que le comité ferait ce qu'il n'a pas fait", a dit Michael McConnell, co-président du comité, lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté que "les sanctions à durée indéterminée comme celle-ci ne répondent pas aux critères internationaux ou américains du point de vue de la clarté, de la cohérence et de la transparence".

Facebook avait bloqué l'accès de Donald Trump à ses comptes Facebook et Instagram en arguant du risque de nouvelles violences après l'assaut lancé le 6 janvier contre le Capitole à Washington par des partisans de l'ex-président.

Le PDG du groupe, Mark Zuckerberg, avait alors jugé que "les risques liés au fait de permettre au président de continuer à utiliser notre service pendant cette période sont tout simplement trop grands".

Mercredi, Nick Clegg, vice-président de l'entreprise en charge de la communication, a déclaré sur un blog que Facebook allait désormais s'employer à prendre une décision "claire et proportionnée".

"Dans l'intervalle les comptes de M. Trump restent suspendus", a-t-il précisé.

TRUMP DÉNONCE UN "DÉSHONNEUR"

L'ex-président a critiqué la décision du comité et son interdiction sur les réseaux sociaux. "Ce qu'ont fait Facebook, Twitter, Google, est un déshonneur total et une honte pour notre pays", a-t-il déclaré dans un communiqué en mettant en garde les entreprises concernées contre le prix politique à payer.

"Le président des Etats-Unis a été privé de sa Liberté d'Expression parce que les Fous de la Gauche Radicale ont peur de la vérité mais la vérité apparaîtra quand même, plus grande et plus forte que jamais auparavant."

Le comité de supervision de Facebook, créé peu de temps avant l'affaire, regroupe des universitaires, des juristes et des défenseurs des droits humains. Il est censé répondre aux critiques sur la gestion par Facebook des contenus controversés.

Le groupe lui a aussi demandé des recommandations sur la gestion des comptes des personnalités politiques après s'être vu reprocher successivement d'avoir eu une attitude trop permissive et d'avoir censuré Donald Trump.

L'ex-président est également banni définitivement de Twitter, où son compte affichait plus de 88 millions d'abonnés. Il publie régulièrement de brefs communiqués de presse et continue de faire circuler de fausses informations sur les élections de novembre dernier: lundi, il a ainsi affirmé que "l'Election Présidentielle Frauduleuse de 2020 sera, à partir de ce jour, appelée LE GRAND MENSONGE!".

Mardi, l'ex-occupant de la Maison blanche a lancé un nouveau site internet pour partager des messages que ses partisans peuvent ensuite rediffuser sur leur propre compte Facebook ou Twitter. Un de ses proches conseillers a déclaré que Donald Trump envisageait également de lancer son propre réseau social.

(Elizabeth Culliford à New York, version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot et Nicolas Delame)