Téléchargez
notre application
Ouvrir

Biden va mettre en garde Poutine sur les conséquences économiques d'une invasion de l'Ukraine

reuters.com  |   |  317  mots
Biden va mettre en garde poutine sur les consequences economiques d'une invasion de l'ukraine[reuters.com]
(Crédits : Kevin Lamarque)

WASHINGTON, (Reuters) - Le président américain Joe Biden va mettre en garde son homologue russe Vladimir Poutine contre les lourdes conséquences économiques qu'aurait pour la Russie une invasion de l'Ukraine, a déclaré lundi un représentant de l'administration américaine.

Les deux dirigeants vont s'entretenir mardi par visioconférence afin d'évoquer la crise ukrainienne alors que des regroupements de troupes russes près de la frontière avec l'Ukraine préoccupent cette dernière depuis plusieurs semaines, ainsi que les puissances occidentales.

Les Etats-Unis et leurs alliés européens ont travaillé sur la réponse à apporter en cas d'invasion et ils imposeront de lourdes sanctions économiques le cas échéant, a déclaré le représentant américain.

"Nous pensons qu'il existe un moyen d'envoyer un message clair à la Russie, à savoir qu'il y aura des coûts durables et significatifs" en cas d'invasion, a-t-il ajouté.

La Russie a rejeté les soupçons selon lesquels elle s'apprêterait à lancer une offensive contre l'Ukraine, accusant Washington d'essayer d'aggraver la situation en rejetant la faute sur Moscou.

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, doit s'entretenir lundi avec le président ukrainien Volodimir Zelenski. Joe Biden s'entretiendra lui aussi avec le chef d'Etat ukrainien dans les jours suivant son appel avec Vladimir Poutine, a indiqué le représentant.

La Russie dispose d'une porte de sortie diplomatique à travers l'accord de Minsk si elle le souhaite, a-t-il ajouté. "Nous encourageons la Russie à reprendre le dialogue par la voie diplomatique."

Le représentant s'est refusé à détailler les possibles sanctions économiques. CNN a rapporté qu'elles viseraient des proches de Vladimir Poutine et pourraient inclure le retrait de la Russie du système de paiement international SWIFT utilisé par les banques du monde entier.

La Maison blanche s'est refusée à tout commentaire.

(Reportage Steve Holland et Jeff Mason; version française Camille Raynaud, édité par Bertrand Boucey)