Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le président du Kazakhstan prend la tête du parti au pouvoir

reuters.com  |   |  352  mots
Le president du kazakhstan prend la tete du parti au pouvoir[reuters.com]
(Crédits : Sputnik)

ALMATY(Reuters) - Le parti au pouvoir au Kazakhstan, Nour Otan, a élu vendredi à sa tête le président Kassim-Jomart Tokaïev, qui parachève ainsi sa mainmise aux dépens de son prédécesseur Noursoultan Nazarbaïev.

Noursoultan Nazarbaïev, qui a démissionné en 2019, avait conservé des pouvoirs étendus jusqu'à récemment en tant que président du Conseil de sécurité et dirigeant de Nour Otan, majoritaire au Parlement.

Kassim-Jomart Tokaïev a pris la tête du Conseil de sécurité début janvier, au plus fort des violentes manifestations contestant l'influence de Noursoultan Nazarbaïev et son entourage.

Alors que de nombreuses rumeurs font état d'un désaccord entre les deux hommes politiques - un certain nombre de proches de Noursoultan Nazarbaïev ont démissionné ou ont été licenciés après les troubles, le président Kassim-Jomart Tokaïev a adopté vendredi un ton conciliant dans son discours au congrès du parti.

"Accordons le crédit nécessaire aux réalisations historiques du premier président, concentrons-nous sur ses succès et vertus indéniables, et considérons les éventuelles erreurs comme des leçons pour les futurs dirigeants de notre pays", a-t-il déclaré.

Noursoultan Nazarbaïev, qui a dirigé ce pays riche en pétrole pendant trois décennies, s'est brièvement exprimé lors du congrès qui s'est tenu par vidéoconférence, réitérant sa proposition d'élire Kassim-Jomart Tokaïev comme président.

Lors de ce même congrès, le parti a exclu de son conseil politique la fille aînée de Noursoultan Nazarbaïev, Dariga, qui est parlementaire, ainsi qu'un certain nombre d'autres membres.

Kassim-Jomart Tokaïev a déclaré qu'il avait l'intention de réformer le parti, mais qu'il pourrait se retirer de la présidence dès la fin de l'année, après avoir mis en oeuvre une série de réformes politiques qui obligeraient le président à maintenir un "statut équidistant" entre toutes les formations politiques.

(Reportage Olzhas Auyezov, version française Augustin Turpin, édité par Sophie Louet)

2 mn