Téhéran rejette l'enquête de l'Onu sur la répression des manifestations

reuters.com  |   |  228  mots
Le haut commissaire des nations unies, volker turk, lors d'une conference de presse au palais wilson a geneve[reuters.com]
(Crédits : Denis Balibouse)

par Elwely Elwelly

DUBAÏ (Reuters) - L'Iran compte rejeter l'enquête indépendante décidée par l'Onu sur la répression des manifestations antigouvernementales qui ne semblent pas faiblir dans le pays, a fait savoir lundi le ministère des Affaires étrangères.

"L'Iran ne coopèrera pas avec le comité politique mis sur pied par le Conseil des droits de l'homme de l'Onu", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, en référence à la mission d'enquête internationale indépendante dont la création a été décidée jeudi par cette instance onusienne.

Le Haut-Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, Volker Türk, avait dénoncé juste avant le vote l'usage "inutile et disproportionné" de la force par les autorités iraniennes à l'égard des manifestants.

Selon les chiffres relayés par l'Onu, plus de 300 morts - dont 40 enfants - ont été recensés depuis le début des manifestations mi-septembre dans le sillage de la mort en détention de Mahsa Amini, une Kurde de 22 ans arrêtée par la police des moeurs pour attitude inconvenante.

L'agence HRANA, proche de l'opposition, évoque quant à elle un bilan de plus de 450 morts et fait état de plus de 18.000 arrestations.

(Reportage Elwely Elwelly, rédigé par Michael Georgy ; version française Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)

tag.dispatch();