Téléchargez
notre application
Ouvrir

Yémen : Un site pétrolier saoudien visé par les Houthis

reuters.com  |   |  477  mots

DUBAI (Reuters) - Les rebelles chiites Houthis ont mené une attaque au drone contre des installations pétrolières de l'est de l'Arabie saoudite, loin de leurs bases opérationnelles, rapporte samedi leur chaîne de télévision, Al Massirah.

Une raffinerie et un site de stockage de la compagnie pétrolière Aramco à Chaïbah, dans l'est du royaume, près de la frontière avec les Emirats arabes unis, ont été visés, précise la chaîne. Elle ajoute que dix drones ont participé à cette opération baptisée "Equilibre de la dissuasion".

Un porte-parole de la milice a souligné que cette mission était "la plus grande attaque en profondeur" menée contre l'Arabie saoudite.

Chaïbah se trouve en effet à un millier de kilomètres du territoire sous le contrôle des Houthis, dans le nord-ouest du Yémen.

"Nous promettons au régime saoudien et aux puissances participant à l'agression des opérations de plus grande ampleur si l'agression continue", a ajouté le porte-parole.

A Ryad, le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, a réagi en soulignant que Chaïbah était une "installation vitale".

"La cible de cette attaque, c'est la sécurité de l'approvisionnement mondial en pétrole, pas simplement notre royaume; ceci constitue une menace contre l'économie mondiale", a-t-il ajouté, selon l'agence de presse officielle SPA.

La direction d'Aramco a déclaré que l'attaque n'avait pas de fait de victimes ni interrompu la production de brut. Un incendie limité s'est déclaré dans une usine de production de gaz naturel liquéfié. Il a été maîtrisé par les équipes d'intervention, ajoute la compagnie saoudienne.

Les séparatistes hostiles aux Houthis qui se sont emparés d'Aden la semaine dernière ont par ailleurs quitté plusieurs bâtiments administratifs, mais pas les bases militaires qui leur permettent de contrôler cette ville portuaire du Sud, où siège provisoirement le gouvernement légitime.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la coalition sous commandement saoudien formée pour combattre les Houthis et rétablir le président Abd Rabbo Mansour Hadi dans ses fonctions avait une nouvelle fois appelé les séparatistes à se retirer des sites qu'ils occupent. Des avions de la coalition y ont ensuite tiré des fusées éclairantes, selon des habitants.

La coalition prône le dialogue et ajoute que toutes les forces présentes dans le Sud doivent s'unir pour combattre les rebelles chiites pro-iraniens, qui tiennent Sanaa, la capitale, depuis septembre 2014, et une grande partie du nord-ouest du Yémen.

La prise d'Aden a révélé l'existence des failles au sein de la coalition à laquelle appartiennent aussi les Emirats arabes unis, qui financent et arment parallèlement les séparatistes sudistes.

(Maher Chmaytelli avec les correspondants de Reuters au Yémen et Lisa Barrington à Beyrouth; Henri-Pierre André pour le service français)