Bill Gates souhaite mieux utiliser l'aide au développement

 |   |  325  mots
Copyright Reuters
Face aux eurodéputés, le fondateur de Microsoft a plaidé pour rendre plus efficace l'aide, publique ou privée.

Bill Gates, le premier donateur privé du monde, était reçu mardi à Strasbourg par les représentants de l'Union européenne qui, elle, est la première donatrice publique mondiale, avec 50 milliards d'euros d'aide au développement par an. Les eurodéputés ont réservé un accueil des plus chaleureux au milliardaire américain qui a placé plus du tiers de sa fortune dans sa fondation, dotée de 34 milliards de dollars. « Ce qui est impressionnant avec Bill Gates, c'est que tout ce qu'il fait... il n'est pas obligé de le faire », a salué Michèle Striffler, vice-présidente de la commission parlementaire du Développement.

Système actuel complexe

Avec son nouvel habit de chevalier blanc, le fondateur de Microsoft a expliqué que « le fait de donner beaucoup d'argent à votre enfant n'est pas une faveur que vous lui faites même si, lui, ne l'entend pas de cette oreille ». Toutefois, « l'aide privée représente moins de 2 % de ce qui est fourni aux pays pauvres », et il est possible de faire davantage, considère celui qui donne l'exemple. Concernant l'aide publique, Bill Gates a regretté que les États-Unis « ne donnent qu'un tiers de ce qu'ils devraient donner », avec 0,2 % de leur revenu national brut. Certes, l'Europe fait mieux. Principalement « la Suède et les Pays-Bas qui respectent le budget de 0,7 % ». Mais encore faut-il « dépenser cet argent correctement », a martelé ce défenseur « d'une approche orientée sur le résultat » et non sur les moyens. Le système actuel est trop complexe et souffre terriblement de la corruption, déplore le fondateur de Microsoft. Bill Gates a été chargé lundi à Paris par Nicolas Sarkozy de préparer un rapport sur le financement du développement, en vue du prochain sommet du G20. L'idée de la présidence française est de voir ce héraut américain de l'aide au développement défendre l'instauration d'une taxe sur les transactions financières.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :