Départ de Macron : Bercy décroche la palme du turnover

 |   |  600  mots
Bercy a connu seize ministres depuis 1995.
Bercy a connu seize ministres depuis 1995. (Crédits : Reuters)
Avec la démission d'Emmanuel Macron, le ministère de l'Economie va connaître un nouveau changement à sa tête. Un phénomène fréquent ces vingt dernières années. Comment appliquer une politique économique durablement avec un tel turn-over ? La question reste entière.

L'annonce de la démission d'Emmanuel Macron était attendue depuis plusieurs jours. Après une série d'épisodes à rebondissement, le ministre de l'Economie a officialisé son départ. Cette démission pose la question de la stabilité des ministres de l'Economie au sein de leur ministère.

 Combien de ministres de l'Economie depuis 20 ans ?

Au regard des ministres qui ont pris part aux différents gouvernements depuis 1995 et l'élection de Jacques Chirac, il apparaît que le ministère de l'Economie est celui qui a connu le plus de ministres (16) devant celui de l'Environnement (14) et celui de l'Intérieur (14). La première place de Bercy dans ce classement pose la question des difficultés pour appliquer des politiques économiques cohérentes dans le temps. Entre le premier gouvernement d'Alain Juppé en 1995 et le dernier de Manuel Valls mis en place à la fin de l'été 2014, il y a eu en tout 14 gouvernements.

Le palmarès des mandats ministériels à l'Economie

Si le ministère de l'Economie a connu de nombreux ministres depuis 20 ans, ces derniers ne sont pas restés en poste sur une même durée. Au regard du palmarès qui figure ci-dessous, Christine Lagarde est la ministre de l'Economie qui est restée le plus longtemps en poste (près de 1200 jours), suivie de Dominique Strauss-Kahn  (881 jours) et Thierry Breton (809 jours). A l'inverse, Hervé Gaymard (88 jours), Alain Madelin (100 jours) et Arnaud Montebourg ont la palme des ministres qui ont fait les plus brefs passages à Bercy. En moyenne, les ministres de l'Economie sont restés 517 jours en poste. Ce qui semble faible au vue des responsabilités qu'ils peuvent avoir. La longueur des mandats ministériels dépend de plusieurs paramètres comme les remaniements qui interviennent au cours d'une législature, les démissions pour désaccord politique, les condamnations en justice. De 1995 à 1997, les ministres Gaymard et Madelin membres des gouvernements Juppé 1 et Juppé 2 sont arrivés en poste quelques mois avant la dissolution de l'Assemblée nationale et la mise en place de la cohabitation avec l'arrivée de Lionel Jospin au poste de Premier ministre. Le changement de majorité à l'Assemblée et le climat social relatif aux fortes grèves de 1995 ont eu des conséquences sur la durée leurs mandats. A contrario, la cohabitation peut favoriser la longévité des ministres comme l'explique un article de deux universitaires dans la Revue des idées. "La réticence des Premiers ministres à faire appel à un président hostile explique sans doute l'absence de remaniements officiels pendant les trois périodes de cohabitation."

Une 5e République beaucoup plus stable que la 4e

Si l'examen des données sur le graphique peut laisser penser qu'il existe une grande instabilité gouvernementale depuis le septennat de Jacques Chirac, il faut rappeler qu'il y a eu 24 gouvernements entre 1946 et 1958 sous la 4e République. A titre de comparaison, la 5e République a connu 38 gouvernements entre 1958 et aujourd'hui.

Cette instabilité ministérielle sous la 4e s'explique en partie par le poids du Parlement dans le système institutionnel. Il pouvait contrôlait le gouvernement en intervenant dans sa composition. Cette situation pouvait paralyser la vie politique pendant plusieurs mois et affaiblir ainsi le régime. A contrario, la Constitution de la 5e République a permis d'asseoir une stabilité ministérielle en rééquilibrant notamment l'équilibre des pouvoirs entre le gouvernement et le Parlement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2016 à 22:59 :
dans le même temps l'Allemagne entre 1989 et aujourd'hui n'a eu que cinq ministres fédéraux de l'économie et des finances malgré deux alternances et deux grandes coalitions. Et encore en comptant Lafontaine qui ne l'est resté qu'une bonne année. Pas étonnant que l'économie allemande tourne bien mieux...leurs ministres font de l'économie, pas de la politique à la petite semaine.
a écrit le 31/08/2016 à 20:04 :
Rééquilibrer l'équilibre est fondamental, vous avez raison.
a écrit le 31/08/2016 à 11:31 :
LA PLUS INPORTANTE REFORME DE CE GOUVERNEMENT A ETE LA REFORME DES IMPOTS J ESPERE QU IL VONT CONTINUE AVEC SAPIN ? EXONERE LES REVENUE LES PLUS FAIBLE POUR FAIRE PAYER UN PEUT PLUS CE QUI LE PEUVENT ET UNE EXELENTE INITIATIVES DE CE GOURVERNEMENT? ET IL Y A EN EU D AUTRE COMME DE FAIRE LA CHASSE AUX FRAUDEURS FISCAL?? IL Y A ENCORE DU PAIN SUR LA PLANCHE POUR UNE VRAIS EGALITE? MAIS IL FAUT FAIRE VITE LE TEMPT QUI RESTE EST COURT QUELQUE MOIS A PEINE???
Réponse de le 31/08/2016 à 17:34 :
Toujours plus d'impôts, c'est la seule chose que savent faire les socialistes!
Ils oublient seulement que la France n'est pas le seul pays au monde, et que ceux qui en ont assez, s'en vont.
Résultat: de moins en moins d'activité, de plus en plus de chômage et d'assistanat!
Réponse de le 31/08/2016 à 23:01 :
La vraie égalité ce serait un impôt à taux plat pour tous sur le modèle de la CSG sans aucune niche fiscale ni sociale de type quotient familial.
a écrit le 31/08/2016 à 9:31 :
Bon article merci, mais les politiciens n'étant plus que des baudruches au service des marchés financiers ça fait belle lurette que leurs incompétences pour les citoyens sont démontrées mais bravo de poser la question, rien que cela vous permet de vous distinguer

Amis journalistes, nous savons très bien que vos patrons vous empêchent de poser un regard objectif sur la politique mais à un moment il serait bon de prendre plus de recul afin d'informer le citoyen de la réalité de notre société.

Et c'est vraiment particulièrement laid.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :