5G : majorité et opposition valident le déploiement à Paris, les écologistes votent contre

 |  | 392 mots
Lecture 2 min.
La charte de téléphonie mobile adoptée à Paris doit encadrer le déploiement de la 5G dans la capitale et la création d'un Observatoire sur le sujet.
La charte de téléphonie mobile adoptée à Paris doit encadrer le déploiement de la 5G dans la capitale et la création d'un Observatoire sur le sujet. (Crédits : Rafael Marchante)
Le Conseil municipal de Paris a adopté la charte de téléphonie mobile encadrant le déploiement de la 5G dans la capitale et la création d'un Observatoire sur le sujet. La maire PS Anne Hidalgo a été soutenue par les élus LR de l'opposition mais pas par les écologistes, d'ordinaire ses alliés.

La délibération a été validée grâce aux voix des élus socialistes, communistes et du groupe d'opposition Changer Paris (LR). Ce dernier a retiré les 4 amendements qu'il avait déposés, estimant avoir été entendu par l'exécutif sur la plupart de ses revendications.

« Nous pourrions faire un coup politique » en faisant échouer le vote, « mais nous sommes des élus responsables », a souligné l'élu LR David Alphand. « Je vous remercie pour ce geste », lui a répondu la maire PS Anne Hidalgo, assumant une position « pragmatique » afin de « faire entendre la voix des Parisiennes et des Parisiens » aux opérateurs télécom.

Les Verts, qui réclamaient un moratoire et avaient regretté en février l'accord trouvé entre l'exécutif et les opérateurs pour le déploiement de la 5G dans les prochaines semaines, ont voté contre le projet de leurs alliés de la majorité. « Vous négociez dans notre dos une charte avec les opérateurs que nous avons découverte dans la presse », a reproché l'élu EELV Emile Meunier. Une charte selon lui « régressive par rapport à la charte actuelle ».

Lire aussi : Déploiement de la 5G : les opérateurs appuient sur le champignon

« Peu de place aux collectivités locales »

La nouvelle charte de la téléphonie mobile, censée donner « une meilleure information » sur les impacts de la 5G, et la création d'un Observatoire de la téléphonie mobile fait suite à la conférence citoyenne organisée par la ville fin décembre. « Ce travail se fait dans un cadre national qui ne donne que très peu de place aux collectivités locales », a rappelé l'adjoint au budget Paul Simondon, à l'origine de l'accord avec les opérateurs. En la matière, c'est l'État qui décide et les maires ne peuvent pas s'opposer juridiquement.

Plusieurs villes, au départ récalcitrantes, ont fini par laisser les opérateurs allumer leurs réseaux 5G, à l'image de Strasbourg, Lyon et Bordeaux.

Les opérateurs et les pouvoirs publics cherchent néanmoins à prendre en compte les réticences locales pour désamorcer un sujet devenu encore plus polémique depuis que la Convention citoyenne pour le climat a elle-même recommandé un moratoire cet été.

Lire aussi : La course au déploiement de la 5G est lancée

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2021 à 18:23 :
Ne manquez pas de lire "Oxymore" de Jean Tuan chez C.L.C. Edition (sortie 10 mars 2021). L'auteur observateur attentif de la Chine, le pays de son père, nous dévoile les desseins secrets de la Chine avec l'installation de la 5G en France. Un néo-polar épicurien et érudit dans lequel la fiction rejoint la réalité.
a écrit le 10/03/2021 à 22:04 :
Orange a infiltré la fédération française des télécoms avec un flatteur cupide à sa tête, et a obtenu pour Orange de polluer l’air et le paysage des parisiens, et leur imposer une techno ruineuse inutile et liberticide. Les habitants de paris ne disent pas merci
a écrit le 10/03/2021 à 19:05 :
Ouf, on l'a échappé belle. Il faudra que les EELV exposent le fond de leur vision de l'humanité avant de se faire élire. On est en droit de savoir.
Une personne célèbre dans la protection des animaux a récemment déclaré que le problème de l'humanité c'est qu'il y a les hommes.
Le repli sur soi au motif qu'on fait du mal à la nature et à la planète semble quand même assez présent derrière beaucoup de théories de la protection de la planète.
D'autant que c'est un monde où on n'a pas la modestie de reconnaître ses erreurs.
mais cela est un autre débat.
Bien entendu qu'on ne pouvait pas continuer comme au XX ème siècle, la planète et l'humanité ne peuvent pas.
a écrit le 10/03/2021 à 18:28 :
Les ancêtres de ces mêmes écolos votaient contre le chemin de fer de peur que les trains fassent tourner le lait des vaches. Ceux d'aujourd'hui n'ont pas changé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :