A Paris et en région, le tourisme redémarre mais le retour à la normale sera long

Le secteur du tourisme est en train de sortir "progressivement" de la catastrophe économique provoquée par le Covid-19, observe le comité régional du tourisme. Mais tous les indicateurs sont encore loin d'être revenus à leur niveau d'avant-crise.

4 mn

Dans le Grand Paris, ce sont au total plus de 313.000 personnes qui travaillent dans le secteur du tourisme, selon les chiffres de l'Office du tourisme de Paris.
Dans le Grand Paris, ce sont au total plus de 313.000 personnes qui travaillent dans le secteur du tourisme, selon les chiffres de l'Office du tourisme de Paris. (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Paris et la région Ile-de-France sont en train de se relever doucement de l'hécatombe provoquée par le Covid-19. Après une année touristique noire, "l'été (2021) vécu à Paris donne des signes d'une reprise progressive de l'activité", observe cette semaine le comité régional du tourisme.

La reprise se dessine en effet dès le début de l'été. La fréquentation estivale de juin à août a connu une progression de 47% par rapport à 2020. Aussi, à la fin août, les réservations hôtelières enregistrées pour les mois de septembre et octobre sont déjà deux fois supérieures à celles des mois comparables de l'an dernier, selon le comité régional du tourisme. Les perspectives d'ici la fin de l'année "sont encourageantes", souligne-t-il.

"Dès juin, avec la réouverture des sites touristiques, les touristes sont revenus", selon lui. La fréquentation hôtelière a connu une progression même si cela ne représente que 30% de la fréquentation de juin 2019.

De même, quelques clientèles lointaines ont toutefois fait leur retour comme les Américains pratiquement quatre fois plus nombreux qu'en 2020.

Du record, à l'annus horribilis

Il faut dire que le tourisme francilien revient de loin. En 2019, ils étaient 38 millions de visiteurs à être venus à Paris — un nouveau record —, permis par le retour des clientèles française et japonaise, et à la fidélité croissante des Américains, notait alors le site de l'Office du tourisme et des congrès parisiens. Or, en 2020, la destination Paris Ile-de-France a perdu 33 millions de touristes par rapport à 2019 impliquant un manque à gagner de 16 milliards d'euros pour les acteurs de la filière, selon le comité régional du tourisme Paris-Ile-de-France.

C'est aussi à l'image des chiffres de fréquentations de trois premiers sites culturels parisiens sur 2019-2020 qui révèlent l'hémorragie. Avec les restrictions de voyage et les confinements, le musée du Louvre a vu sa fréquentation chuter de 71,7%, idem pour la Tour Eiffel (-74,6%), et le Centre Pompidou (-72%), selon l'Office du tourisme et des congrès.

L'impact sur l'emploi francilien

A la clé, un impact économique pour la région particulièrement lourd. Par an, l'Ile-de-France accueille en effet 33 millions de visiteurs, rappelle le comité régional. Les retombées économiques concernent ainsi près de 600.000 emplois. A l'échelon plus local, dans le Grand Paris, ce sont au total plus de 313.000 personnes qui travaillent dans le secteur du tourisme, dont plus 68.100 emplois dans l'activité transports et près de 168.000 dans la restauration, selon les chiffres de l'Office du tourisme de Paris.

"Du fait de notre extrême dépendance aux clientèles internationales, la reprise aura lieu mais sera très progressive", a encore prévenu  le comité régional du tourisme.

Pass sanitaire et clientèles française et européenne

Plusieurs facteurs viennent expliquer le redémarrage. D'abord, selon le comité, la mise en place du pass sanitaire à partir du mois d'août mettant fin aux jauges a accéléré la fréquentation des musées et monuments.

Ensuite, malgré un premier semestre toujours fortement marqué par la crise sanitaire avec 78% de touristes en moins par rapport à 2019, les touristes français et européens ont soutenu la reprise. Entre janvier et juin, 5,2 millions de touristes, - essentiellement français et européens de proximité -, ont généré 2 milliards d'euros de retombées économiques. Un résultat toujours en baisse mais la chute a ralenti : c'est -46% par rapport à 2020 et -82% par rapport à 2019, note le comité régional.

Aussi, comme le rappelait le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, cet été parmi les Français partis en vacances, 85% sont restés sur le territoire contre 75% en 2019.

Mais pour que cette reprise se renforce, une autre donnée propre à l'Ile-de-France sera à surveiller de près dans les prochaines semaines. « 50% du tourisme vient du tourisme d'affaires. Nous voulons continuer à être la première destination des congrès », avait rappelé Frédéric Hocquard, adjoint (PS) d'Anne Hidalgo chargé du Tourisme et de la Vie nocturne.

(Avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.