Alain Juppé entend s'opposer aux "surenchères"

 |   |  730  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
L'ancien premier ministre prend le contrepied de Nicolas Sarkozy

Alain Juppé s'est posé samedi en candidat du "rassemblement" qui refuse "d'instrumentaliser les peurs", prenant clairement le contre-pied de Nicolas Sarkozy, son principal rival dans la course à l'investiture de la droite.

Lors de son premier meeting de campagne, l'ancien Premier ministre, qui caracole toujours en tête des sondages pour la primaire des 20 et 27 novembre, a toutefois exclu de faire campagne contre les autres candidats, assurant que ses seuls adversaires étaient le Front national et le Parti socialiste.

Ne pas instrumentaliser les peurs

"Je refuserai toujours d'instrumentaliser les peurs, de flatter les bas instincts", a déclaré Alain Juppé devant environ 1.500 militants rassemblés sur l'île des Impressionnistes, à Chatou, dans les Yvelines.

"Le chemin sur lequel je veux vous conduire (...) c'est d'abord celui du rassemblement. C'est, j'en suis convaincu, la bonne réponse aux inquiétudes des Français", a-t-il ajouté.

"Rassembler plutôt que chercher à cliver, rassembler plutôt que de vouloir exclure ou stigmatiser, rassembler plutôt que d'exciter les surenchères : c'est, depuis toujours, conforme à mes convictions et à mon tempérament", a-t-il poursuivi, promettant une campagne "de vérité, de sobriété, d'espérance".

"Je ne vais pas commencer à jouer un rôle

Nicolas Sarkozy, qui a officialisé sa candidature lundi, s'est de son côté engagé cette semaine à ne pas être le candidat "de l'eau tiède" et "des demi-solutions", plaçant la sécurité et l'identité au coeur de sa campagne. Dénonçant "la brutalité de ses propositions", le Premier ministre socialiste, Manuel Valls, a dit craindre qu'il "embarque" vers l'extrême droite le reste de la droite républicaine, "y compris Alain Juppé".

"Je ne vais pas commencer à jouer un rôle, je vais poursuivre la campagne que j'ai entamée il y a deux ans", a rétorqué samedi le favori des sondages à droite. "Ma campagne et pas celle d'un autre", a-t-il ajouté.

Et de revendiquer une fois de plus son objectif "d'identité heureuse", moqué par certains sarkozystes qui lui reprochent sa présumée naïveté.

"Ne vous laissez pas abattre par le défaitisme des prophètes de malheur", a-t-il ainsi lancé à l'adresse des jeunes. "Soyez les pionniers d'une France qui va, je persiste et je signe, retrouver le chemin d'une identité heureuse", a-t-il ajouté.

Malgré un contraste assumé avec la tonalité du discours de Nicolas Sarkozy, et plusieurs références à certaines de ses propositions qu'il désapprouve, Alain Juppé, assailli de questions sur son principal compétiteur, a assuré ne pas être en campagne contre l'ex-chef de l'Etat. Réaffirmant sa filiation gaulliste, l'ex-Premier ministre de 71 ans, qui promet de ne faire qu'un seul mandat, a décliné son programme pendant près d'une heure, en s'abstenant de prononcer le nom de Nicolas Sarkozy.

Accord solennel avec les musulmans

Entre autres mesures, Alain Juppé a proposé de conditionner le regroupement familial à l'exercice d'un emploi, et non de le suspendre comme le suggère Nicolas Sarkozy, ou encore d'instaurer des quotas d'immigration par pays et par compétences.

Sans jamais faire explicitement référence à la polémique sur le "burkini", ce vêtement de bain couvrant qui divise la classe politique, il a proposé un accord solennel entre la République et les représentants du culte musulman, avec l'adhésion à une charte de la laïcité reprenant notamment le principe de l'égalité hommes-femmes.

Avec qui l'Etat signera-t-il cet accord, alors que le Conseil français du culte musulman n'est pas toujours considéré comme représentatif? "C'est le défi que doivent relever les Français musulmans pratiquants", a-t-il dit. "Se doter d'une organisation qui leur permette de dialoguer valablement et collectivement avec les pouvoirs publics."

"Une certaine noblesse"

Dans l'assistance, les propos d'Alain Juppé ont trouvé un écho parmi des militants qui disaient apprécier son sérieux et sa rigueur. "C'est quelqu'un que j'estime, quelqu'un qui a une certaine noblesse, pas comme d'autres candidats", a dit à Reuters Robert Tondre, 66 ans.

"Nicolas Sarkozy a eu sa chance, il a fait beaucoup de promesses qu'il n'a pas tenues. Alain Juppé me paraît plus sérieux", a renchéri Sarah Odoul, 28 ans.

A trois mois de la primaire à droite, Alain Juppé, porté par des sondages favorables, veut croire en ses chances de gagner. "Il va falloir se remuer", a-t-il toutefois lancé à ses supporteurs. "Il faut désormais nous lancer à corps perdu dans la compétition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2016 à 17:37 :
Et aucun candidat pour proposer un arrêt définitif des financements publics des religions, et de toutes les religions bien entendu.

Étrange vous ne trouvez pas ?
a écrit le 29/08/2016 à 15:17 :
Il nous faudrait le programme de Juppé ou de Fillon avec l'énergie de Sarkozy.
Mais comme on a pas cela, j'ai bien peur qu'on soit dans la m...
a écrit le 29/08/2016 à 11:26 :
Juppe c est un chirac bis. c est sur qu il ne fera pas grand chose et laissera le pays couler , mais doucement. Avec Sarkozy on ira plus vite dans le mur . On l a deja vu helas a l oeuvre. Brasser du vent ne fait pas avancer quoique ce soit. Ces 2 la devraient se retirer DEFINITIVEMENT de la vie politique. Sarkozy comme ancien president pourrait rejoindre giscard a l academie francaise (c est sur qu il faudrait deja qu il achete un becherelle mais parait il qu il s est mit a la litterature, donc tous les espoirs sont permis ;-))
a écrit le 29/08/2016 à 10:01 :
Juppé, sur la question de l'Islam, tient là un discours impeccable de mon point de vue qui tranche dans un parti dont le moins qu'on puisse dire est qu'il manque de nuance et de modération sur la question. Quelque part, on doit lui en donner le crédit

Ceci ne saurait me faire oublier que son programme économique est ultra libéral, qu'il aura 83 ans en fin de mandat présidentiel alors qu'on attend de lui qu'il prépare le pays aux 30 années qui suivront, et surtout que son passé judiciaire devrait lui interdire même de travailler comme vigile dans un supermarché.

Bref, la façade est jolie mais l’édifice est vermoulu.
Réponse de le 29/08/2016 à 15:11 :
Non, seulement 75 (70 + 5).
De toute façon, il vaut mieux un vieux sage qu'un jeune con, ou qu'un quinqua incompétent comme Hollande.
Quant aux vigiles, je ne suis pas sûr qu'ils aient tous un casier judiciaire vierge.
a écrit le 28/08/2016 à 18:17 :
Juppé élu,c'est aussi un état bien plus économe(pas de coiffeur attitré a 9000 boules par mois)
Réponse de le 29/08/2016 à 10:07 :
@élu UMP: alors là, on ne sait pas, car entre la coupe Hollande à 9000 euros, les biscuits de Chriac à 4000 balles, Juppe pourrait bien nous facturer l'éponge pour se faire la raie à un prix exhorbitant :-) :-)
Réponse de le 29/08/2016 à 11:28 :
Vous parlez bien du repris de justice Juppe, celui qui se logeait pour pas cher a la mairie de paris (ainsi que toute sa famille) et qui n a jamais rien fait dans la vie a part de la politique (comme son mentor J Chirac) ?
Il est peut etre plus honnete que Balkany mais c est meme pas sur (Balkany lui n a pas ete condamne il me semble)
a écrit le 28/08/2016 à 17:52 :
"Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire". Coluche .Une formule qui colle bien aux politiciens, en particulier à ceux qui voulant plaire à tout le monde , finissent par ne plaire à personne. Nous avons Hollande depuis 4 ans et on peut penser que les français attendent
du futur président , autre chose qu'une soupe fadasse du genre "aimez vous les uns les autres". La France a des problèmes sérieux, une immigration galopante que l'école n'assimile plus. Une économie atone , des dettes exorbitantes etc..Il va falloir prendre des décisions, quelle Europe veut-t-on, une entité technocratique ou un vrai projet politique? Une France multiculturelle et la fin de la laïcité ou l'exigence répétée de nos valeurs républicaines? Veut-t-on revoir notre démocratie malade tant elle est accaparée
par des lobbies puissants, pléthore de politiques grenouillant dans l'argent. Revoir nos institutions, 577 députés pour quoi faire ?etc... Vaste sujet qu'aucun candidat ne saurait éluder.
Réponse de le 29/08/2016 à 10:35 :
Petite coquille : nous ne sommes pas en démocratie, et du coup les français n'attendent pas un autre président.
a écrit le 28/08/2016 à 12:34 :
M. Juppé et LR ne sont ni "gaullistes", ni patriotes, ni "capétiens", ni "Soldats de l'An II.
Ils en sont le contraire exact.
Ils s'inscrivent dans la très longue tradition historique du "parti de l'étranger", c'est-à-dire depuis ces prétendues "élites" qui ont régulièrement opté pour la fin de la France et la soumission à l'Empire.

Je renvoie à l' excellente analyse de François ASSELINEAU qui dessine parfaitement les contorsions politiques des néo libéraux d' aujourd' hui ..
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/histoire-de-france
Réponse de le 28/08/2016 à 16:12 :
Pour mémoire M. Asselineau était à une époque dans le staff de M. Sarkozy un chargé de mission un poste que l'on connaît bien en politique car il récompense en général un ami!! puis viré. M. Asselineau avant tout un haut fonctionnaire qui a écrémé un peu tous les ministères autant pour la droite que la gauche un touche à tout et comme on dit touche à tout touche à rien. Aucune référence managériale dans la compétition internationale, le vrai fonctionnaire de bureau du " ya qa fau con" Un énarque passé par la haute !!instance du ministère des finances on connaît la réussite de tous ces pompeux compétents!!!6 millions de chômeurs, 2050 milliards de dette. Son programme du FN au Front de Gauche en passant par le non moins inutile Debout la France bien représenté par celui qui emploie sa femme comme attachée parlementaire l'amour de l'argent public.
Réponse de le 28/08/2016 à 18:08 :
F. ASSELINEAU est l' archétype de l' homme politique à même de sauver ce pays, loin des contingences européïstes des candidats en course et des clivages droite/gauche entretenus pour se soustraire aux vraies analyses politiques ...

Un homme détonnant qui ne connait pas la langue de bois et dont la pertinence et la hauteur de vue redonnent une sens au mot politique, c' pour tout dire absolument unique.
Réponse de le 28/08/2016 à 19:19 :
Pourtant, quiconque y réfléchit deux secondes, sait bien que le duel Juppé-Sarkozy, qui risque de nous être servi à satiété par les grands médias jusqu’en novembre, est sans aucune importance.

Alain Juppé, comme Nicolas Sarkozy, sont tout aussi inoffensifs l’un que l’autre pour l’ordre euro-atlantiste établi.

Pour assouvir leur vanité personnelle, Juppé comme Sarkozy sont l’un et l’autre prêts à poursuivre inlassablement les politiques de destruction de la France, menées déjà par eux-mêmes depuis des années pour le plus grand profit de l’oligarchie.
Réponse de le 29/08/2016 à 14:17 :
très bien commenté "l'archétype homme politique" voir sa biblio, bien résumé le type archétype on en veut plus et surtout pas de l'arche.... énarque En fait le bon !!!haut fonctionnaire sans carte de visite intéressante dans la compétition internationale, ce monsieur est tout ce que l'on rejette arché.... de tout mais surtout de RIEN. Le futur allié de Mme Le Pen ou M. Mélenchon contre un petit poste médiocre à la cave d'un petit ministère, depuis le temps qu'il attend.
Réponse de le 29/08/2016 à 21:42 :
@@14.17 Bouh, vous avez raté un épisode, l' UPR refuse ses voix au fn mais ce dernier plagie ses analyses ..!

https://www.upr.fr/actualite/france/mme-pen-vient-sapproprier-facon-ehontee-dossier-lupr-france-2
Réponse de le 30/08/2016 à 0:48 :
il y avait longtemps qu' l'on ne vous avez pas vu ! votre constance a le mérite de tuer le ridicule.
a écrit le 28/08/2016 à 11:55 :
"Aain Juppé entend" Alain ?
Réponse de le 28/08/2016 à 18:29 :
@Capello: il voulait dire Caïn Juppé, le premier meurtrier de l'humanité :-)
a écrit le 28/08/2016 à 11:44 :
Juppé ... c'est la droite molle. Il va nous faire du président normal de droite ou du hollande de droite.. compromis, synthese et à la fin .... rien
Réponse de le 28/08/2016 à 16:07 :
Et pour Sarkozy? A part nous vider les caisses, nous détruire notre économie,.. En gros détruire notre pays que croyez vous qu'il fera?
a écrit le 28/08/2016 à 11:25 :
L'un est dans un discours apaisant ,de concorde, mais aussi réaliste et conscient de la situation actuelle. L'autre est dans la surenchère, l'agitation tous azimuts, la vindicte. La France a besoin d'un président fédérateur, autant que faire se peut, non d'un Torquémada,nouvelle version.
Réponse de le 28/08/2016 à 16:10 :
Vous oubliez aussi et surtout que 'l'autre" de par sa petitesse adore reprocher aux autres et les détruire (qu'ils soient de son parti ou non) juste pour se faire valoir en omettant à chaque fois que tous ce qu'il reproche il en est aussi responsable car entre 2007 et 2012 la plupart des réformes on été initiés par lui et lui seul... Mais bon
a écrit le 28/08/2016 à 11:14 :
Il ne faut pas être trop naïf monsieur Juppé, le monde est compliqué et la France doit se
réformer en profondeur. Dans le domaine fiscale ou est est championne des prélèvements, dans le domaine des institutions. Peut-on rester dans une république bananière ou la démocratie est en chute directe, confisquée par une pseudo élite.. 577 députés de la folie, la moitié suffirait, idem pour les sénateurs. Le conseil d'état vient d'invalider des décisions des maires. Mais ce conseil est-il représentatif alors qu'il n'est composé que de fonctionnaires non élus. Le droit est-t-il administratif? Pour l’immigration, la coupe est pleine et l'école n'assimile plus , il faut réagir. Pus une dette abyssale creusée depuis 30 ans et un etat qui n'équilibre plus son budget depuis 1974.
a écrit le 28/08/2016 à 10:35 :
Le principal adversaire de Juppé est d'abord le Front National. Voilà, tout est dit sur son programme ! On ne sait pas très bien si Juppé, en bon Fonctionnaire, est plutôt de centre gauche ou de centre droit. Il pourrait d'ailleurs aussi bien se présenter à la Primaire de la Gauche où il pourrait facilement devancer Hollande.
Réponse de le 28/08/2016 à 16:14 :
C'est faux le principal et seul adversaire de la droite et la gauche reste le premier tour... Celui qui le passera sera élu car le FN a déjà son billet assuré par la nullité de la droite et de la gauche... Quand aux Français il ne réfléchissent pas des masses et continu d'avoir peur du FN et éliront celui qui sera contre. Alors que si ils réfléchissaient un peu, ils voteraient aussi pour le quatrième histoire que ni le PS ni l'UMP passe...
a écrit le 28/08/2016 à 9:59 :
Il chasse sur les terres des socialistes, alors que Sarko tente de récupérer les voix du FN. Le fait est que 1) les promesses de Juppé (promet de ne faire qu'un seul mandat) ne valent pas plus que celles de Hollande, car certains se souviendront qu'il avait dit que s'il était condamné, il se retirerait. 2) il est mal placé en tant que condamné pour abus de biens sociaux, c'est-à-dire vol d'argent public, pour être à la tête du pays :-)
Réponse de le 29/08/2016 à 21:34 :
y' a du vrai là dedans !
a écrit le 28/08/2016 à 9:53 :
Après cinq ans d'eau froide , on attend autre chose que l'eau tiède , on va finir complètement gelé et engourdis .
a écrit le 28/08/2016 à 9:49 :
il est clair qu'il ne proposera pas un casier judiciaire vierge ou un non cumul de mandat pour les élus de la république et pourtant les français attendent des élus exemplaires et irréprochables
a écrit le 28/08/2016 à 9:11 :
Trait d'humour pour le titre: Tiens La Tribune a déjà coupé les ailes à Alain !!
a écrit le 28/08/2016 à 8:59 :
Juppé est un socialiste en peau de lapin comme dit Onfray. je ne voterai jamais pour lui c'est un homme que la justice a condamné. Je me demande ce qu'il fait au partie.
LR.
Avec ses copains BAYROU et les islamistes c'est au parti socialiste qu'il doit se presenter.
Il va se cracher comme une bete selon l'expression populaire et en plus entre Raffarin et Bussereau il va rentrer dans sa bonne ville de Bordeaux. VIVE LE PINARD CA DONNE LA PECHE La rigolade c'est de l'humour!!!
a écrit le 28/08/2016 à 7:36 :
Je lui accorde plus de crédit sur le thème du changement personnel. Parce qu en 1995 ( 21 ans la vache!) ben le rassemblement c était pas son truc. Le changement chez Sarko c est qu il a encore plus d aigreur et qu il donne le sentiment d être resté bloqué sur la claque de 2012. C est logique et c est bien pourquoi, lucidement, il avait dit qu il se retirerait de la vie politique. Son ego blessé et surdimensionné ( ou les dangers judiciaires?) vont précipiter la droite dans de grandes difficultés. Lors de sa nouvelle défaite acceptera t il de se retirer? J en doute, il arguera a nouveau qu il était pas loin, qu avec 15j de plus... ou que le mode de scutin le désavantageait, la faute au média.
a écrit le 28/08/2016 à 1:40 :
Très bon candidat de droite, bien meilleur que Sarkozy et le Pen.
Réponse de le 28/08/2016 à 5:39 :
bien d'accord,c'est un excellent candidat!pourvu qu'il tienne jusqu'au bout,la campagne est éprouvante,il devra se ménager des temps de repos vu son age!
Réponse de le 28/08/2016 à 11:10 :
@Jean: sauf que 1) Sarko n'a jamais été condamné pour abus de biens sociaux (vol d'argent public) et 2) on ne sait pas ce que vaut LePen puisqu'elle n'a jamais été ni ministre, ni présidente :-)
a écrit le 27/08/2016 à 22:38 :
Derrière les promesses se cachent les directives de Bruxelles qu'ils ne pourront ignorer sans devoir en sortir! Il faut en sortir avant!!
Réponse de le 28/08/2016 à 9:58 :
La commission propose les gouvernants disposent. La commission est mandatée elle n' a pas de pouvoir sans le politique. La France n'a plus son rang, économiquement et politiquement trop faible pas une ligne directrice constante et surtout FIABLE. La France est gouvernée depuis plus de 40 ans par des marionnettes de droite comme de gauche.
a écrit le 27/08/2016 à 22:06 :
S'il est compatible avec l'UE de Bruxelles, il a autant de chance que les autres! Mais rien ne changera! Il appliquera ce que l'on lui ordonnera de faire!
Réponse de le 28/08/2016 à 10:04 :
Vous êtes un adepte du grand menteur Boris Johnson qui racontait n'importe quoi sur l'UE pourvu que cela mousse. Autre point que vous ignorez peut-être les gouvernants de la zone Euro sont les seuls aux manettes. Ils mandatent la commission sur des sujets précis et ils approuvent ou non les propositions de la commission le parlement lui n' a pas son mot à dire dans l'Euro.
a écrit le 27/08/2016 à 21:08 :
Le candidat de toutes les gauches jusqu'à l'UMP a déjà suffisamment échoué, et même piteusement, quand il était au pouvoir. En plus, il ne comprend rien au peuple. Il devrait peut-être proposer de le dissoudre pour en réélire un autre, comme il a déjà voulu faire avec l'Assemblée Nationale et en se plantant...
Réponse de le 28/08/2016 à 7:44 :
Il n était pas à l origine de la dissolution, il était même contre, mais elle a finalement acté le désastre de ses 2 ans de PM. Ceci dit Sarko ne comprend pas grand-chose non plus, le peuple lui a mis un gros NEIN, il y a 4ans pourtant.
Réponse de le 28/08/2016 à 7:44 :
Il n était pas à l origine de la dissolution, il était même contre, mais elle a finalement acté le désastre de ses 2 ans de PM. Ceci dit Sarko ne comprend pas grand-chose non plus, le peuple lui a mis un gros NEIN, il y a 4ans pourtant.
Réponse de le 28/08/2016 à 11:30 :
@Nico : oui, Sarkozy fait beaucoup de marketing mais se fiche pas mal du peuple et nous a conduit au désastre actuel comme les autres. Il a d'ailleurs fallu le limoger au prix de l'élection d'un nouveau "Deschanel" ! Raison de plus pour ne pas remettre en selle ces médiocres politiciens imbus de leur autosuffisance.
a écrit le 27/08/2016 à 21:04 :
L'eau tiède sûr, ne brûle pas ! mais n'apporte rien aux nombreux problèmes que subissent les citoyens , on ne peut quand même faire semblant qu'il ne se passe rien. Il n'apporte rien dans le débat , c'est vraiment un programme copie collée de Hollande .
Réponse de le 28/08/2016 à 7:40 :
Pour résoudre un problème, il faut l'adhésion des gens qui ont le problème . Or , avoir 80% des gens qui ne veulent pas de Nico cela rend illusoire cette adhésion d'où passage en force ou ne rien faire : dans les 2 cas, échec assuré.
Réponse de le 28/08/2016 à 10:40 :
D'après Juppé, tout va bien, il perçoit régulièrement sa retraite de haut fonctionnaire. Il n'y a donc rien à changer. Il faut simplement occuper le Poste de Président pendant cinq ans. Mais la perception que les Français ont de la situation est sensiblement différente !
Réponse de le 28/08/2016 à 15:57 :
@PNL: n'oublies pas non plus les émoluments de sa fonction de maire de Bordeaux et ses autres cumuls. Juppé est un faisan pire que les autres :-)
a écrit le 27/08/2016 à 19:56 :
M.Juppé mérite le respect: c'est, de loin, le plus intelligent de tous les prétendants à la primaire.. mais un jeune e 20 ans ne peut se reconnaitre dans un homme de sa génération..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :