Affaire McKinsey : Après avoir "combattu l'évasion fiscale", le gouvernement n'a "pas de leçons à recevoir", selon Bruno Le Maire

L'incendie de l'affaire McKinsey, lancé par un rapport du Sénat, n'est pas encore éteint pour le candidat Macron. Après avoir révélé que les contrats de l'Etat avec ces cabinets avaient "plus que doublé" entre 2018 et 2021, atteignant un record de plus d'un milliard d'euros en 2021, le ministre de l'Economie est contraint de venir défendre le bilan du président sortant sur le sujet.
(Crédits : Reuters)

A deux semaines de l'élection présidentielle, voilà une affaire dont l'Elysée se serait bien passée. Depuis la publication mi-mars d'un rapport du Sénat dénonçant la présence "tentaculaire" des cabinets de conseil, le gouvernement tente de se dépêtrer de ce qui ressemble de plus en plus à une affaire d'Etat, suite aux révélations des émoluments dépensés par la puissance publique pour le cabinet de conseil McKinsey. Après avoir défendu une première fois sa position, dix jours plus tard, le ministre de l'Economie est contraint de remonter au créneau.

Le ton est cette fois-ci plus offensif : le gouvernement n'a "pas de leçons à recevoir en matière de lutte contre l'optimisation fiscale", a martelé Bruno Le Maire mercredi sur Europe 1, en réponse aux soupçons d'optimisation fiscale pesant sur des filiales françaises du cabinet engagé par le gouvernement.

Déjà il y a dix jours, Bruno Le Maire avait assuré que le cabinet "paiera ce qu'il doit aux contribuables et à l'État français." "Toutes les procédures sont déjà engagées par la direction générale des Finances publiques, McKinsey paiera", avait déclaré le ministre tout en assurant que cette vérification fiscale avait été lancée par Bercy "avant le rapport du Sénat". Ce dernier accuse les deux principales entités françaises du cabinet américain de n'avoir payé aucun impôt sur les sociétés en France entre 2011 et 2020.

La vérification porterait sur deux entités françaises du cabinet américain, McKinsey & Company INC. France et McKinsey & Company SAS, précisément les deux sociétés épinglées par le Sénat dans son rapport.

Contacté par l'AFP, le ministère n'a pas souhaité apporter davantage de précisions sur le calendrier de ce contrôle fiscal.

Selon un article publié mercredi dans La Lettre A, la Direction générale des Finances publiques aurait lancé ce contrôle en décembre 2021.

Mais l'argument n'avait pas réussi à calmer la fronde menée par l'opposition.

"Envoyer vos impôts au Delaware"

"Emmanuel Macron doit s'expliquer", a immédiatement exigé sur Twitter la candidate LR Valérie Pécresse: "comment pouvait-il ne pas le savoir ? Le Président sortant doit rendre des comptes", a-t-elle souhaité.

Et Xavier Bertrand, un de ses conseillers, d'interroger: "comment le gouvernement a pu confier une cinquantaine de missions à un cabinet qui ne paye pas d'impôts sur les sociétés depuis 10 ans ? Pourquoi n'a-t-il pas procédé à ces vérifications ? Pourquoi faut-il attendre que le Sénat s'en saisisse ?".

Le candidat écologiste Yannick Jadot a dénoncé devant la presse "une dérive totale de la place des cabinets de conseil, y compris américains, qui sont au cœur des politiques publiques françaises", et les liens d'Emmanuel Macron avec "les lobbies".

"La Macronie préfère envoyer vos impôts au Delaware", a résumé dans un tweet le député LFI François Ruffin.

Dans un document annexe au rapport consulté par l'AFP, les sénateurs écrivent que "le cabinet McKinsey est bien assujetti à l'impôt sur les sociétés (IS) en France mais ses versements s'établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans, alors que son chiffre d'affaires sur le territoire national atteint 329 millions d'euros en 2020, dont environ 5% dans le secteur public, et qu'il y emploie environ 600 salariés".

Les combats d'Emmanuel Macron

"On sait bien que de grandes entreprises internationales font des profits en France. Nous allons vérifier (...) McKinsey paiera tous les impôts qu'il doit à la France rubis sur l'ongle", a insisté Bruno Le Maire mercredi.

"On n'a pas de leçons à recevoir, de qui que ce soit, en matière de lutte contre l'optimisation fiscale", a-t-il poursuivi.

Emmanuel Macron "a pendant cinq ans combattu l'évasion fiscale, combattu l'optimisation fiscale, mis sur pied la taxation des géants du digital", a énuméré Bruno Le Maire. Le président a aussi "porté la taxation minimale sur les plus grandes entreprises, la taxation à 15%", a-t-il ajouté.

Mais le président-candidat avait du lui-même monter au front pour se défendre. "S'y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal", a lancé dimanche Emmanuel Macron.

"On a dit beaucoup de bêtises ces derniers jours", avait-il cinglé, avant d'appeler à ne "pas tout confondre".

La veille sur France 3, Emmanuel Macron s'était également agacé des questions sur le sujet.

"On a l'impression qu'il y a des combines, c'est faux", avait-il notamment déclaré. Pour lui, lorsque des ministères sont "jour et nuit au travail", "qu'ils demandent des prestataires extérieurs pour les aider ne me choque pas".

Le Sénat a révélé que les contrats de l'Etat avec ces cabinets avaient "plus que doublé" entre 2018 et 2021, atteignant un record de plus d'un milliard d'euros en 2021.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 01/04/2022 à 12:41
Signaler
Pourquoi ne diligente t-on pas une enquête aussi rapidement que celle mise en place pour l'affaire Fillon? On nous a prouvé que cela pouvait aller très vite. Alors allons y !

à écrit le 31/03/2022 à 18:34
Signaler
"La veille sur France 3, Emmanuel Macron s'était également agacé des questions sur le sujet. "On a l'impression qu'il y a des combines, c'est faux", avait-il notamment déclaré. Pour lui, lorsque des ministères sont "jour et nuit au travail", "qu'i...

à écrit le 31/03/2022 à 11:22
Signaler
On a tous besoin de conseils . Mais quand cela rentre dans le coeur de métier d'un ministre : on vire le ministre, budgétairement cela ne creusera pas plus l'abyssale dette francaise. Autre proposition : on remplace le gouverment par une armée de so...

à écrit le 31/03/2022 à 8:38
Signaler
Par donc !? Quels paradis fiscaux ont fermé ?

à écrit le 31/03/2022 à 2:46
Signaler
Autant reconnaitre le manque de compétence de nos hauts fonctionnaires et de nos ministres puisque on est obligé de faire appel à des cabinets privés. Notre Président est il mal entouré?

le 31/03/2022 à 9:03
Signaler
c(est la haine de m macron envers les francais et les haut fonctionnaire contre tous ceux qui refuse la mondialisation il suffit de voir patrimoine dont une partie et bien dans les paradis fiscaux il devance de ce coup un ancien ministre menteur

à écrit le 30/03/2022 à 21:55
Signaler
Étonnant que l’interdiction de soumissionner aux marchés publics soit passée sous silence. C’est pourtant la sanction de rigueur en cas de non acquittement des impôts !

à écrit le 30/03/2022 à 21:02
Signaler
A quoi servent tous ces hauts fonctionnaires qui nous coûtent une blinde? Si ils ne sont pas compétents pour faire les travaux confiés à des cabinets de conseils, il faut dégraisser les effectifs.

à écrit le 30/03/2022 à 20:41
Signaler
"S'y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal", a lancé dimanche Emmanuel Macron. Il est pénalement irresponsable, bien joué Manu

à écrit le 30/03/2022 à 20:28
Signaler
Les sénateurs et leurs extravagants avantages qui donnent la leçon ; Un rapport du Sénat de droite et de M. Larcher qui tombe à point avant les élections. Cela fait plus de quinze ans que l’État a recours aux cabinets de conseil. En 2014, un rapport...

à écrit le 30/03/2022 à 19:15
Signaler
Il me semble objectivement que énormément de fraudes fiscales ont été poursuivies ces 4 dernières années. Ne pas tomber dans le piège, gros comme un building, d'une fausse affaire qui n'est qu'un règlement de cpte politique. Ce sont tous des combi...

à écrit le 30/03/2022 à 18:59
Signaler
Vous allez nous faire pleurer Le Maire et Macronvobis !!!!

à écrit le 30/03/2022 à 18:08
Signaler
Ce pognon de dingue qu'on dépense pour le privé et les évadés fiscaux !!!! et pour quoi ? pour favoriser toujours plus le secteur privé et ronger l'Etat.

à écrit le 30/03/2022 à 18:01
Signaler
De vouloir récupérer l'argent des sociétés qui font tout pour éviter de payer des impôts c'est bien mais de faire des économies sur les impôts payés par les Français c'est mieux avant de monter sur leurs grands chevaux pour se justifier faudrait aus...

à écrit le 30/03/2022 à 17:18
Signaler
"Emmanuel Macron doit s'expliquer", a immédiatement exigé sur Twitter la candidate LR Valérie Pécresse: "comment pouvait-il ne pas le savoir ? Pourtant elle est bien entourée Valérie : Vice-présidente du conseil régional d’Île-de-France depuis...

à écrit le 30/03/2022 à 16:10
Signaler
Si l'administration est si nulle que ça , il en va de la responsabilité des politiques qui les emploient . Le cabinet Mackinsey a commencé à travailler pour M.Macron lors de sa première campagne élection , là il ne s'agissait pas de l'incompétence de...

à écrit le 30/03/2022 à 15:30
Signaler
Beaucoup de bruit pour pas grand chose... Et les troll du complotisme se ruent sur l'occasion, ils en ont tellement peu... SI chacun prenait le temps d'aller chercher les infos là où il faut (journalistes spécialisés indépendants entre autres...), et...

le 30/03/2022 à 16:34
Signaler
Vous êtes sûr de ne pas participer a l'hallali en essayant de défendre un soupçon?

à écrit le 30/03/2022 à 14:52
Signaler
La présence de ces groupes de conseil n’est que la conséquence de la médiocrité de nos administrations, et de son personnel, non managé, à qui on demande trop peu, et qui est installé dans ses prérogatives et avantages à vie. Si on ne peut améliorer ...

à écrit le 30/03/2022 à 12:30
Signaler
Que ce gouvernement n'ait pas de leçons à recevoir en matière d'optimisation fiscale n'est pas le sujet. Le sujet, c'est le recours intensif à des cabinets de conseil hors de prix alors que l'Administration regorge de hauts fonctionnaires qui ne sont...

à écrit le 30/03/2022 à 12:13
Signaler
C'est une des grandes habitudes de l'autre pendant cinq ans :"circulez il n'y a rien à voir".

à écrit le 30/03/2022 à 12:07
Signaler
L'Europe ne fait même plus semblant de paraître indépendante des USA. Et la France est la championne du lot dans la soumission. Bon après les français semblent prêts à continuer dans cette voie vu les sondages. Attention le prix à payer sera énorme :...

le 30/03/2022 à 14:58
Signaler
En effet, le plus gros problème ici c'est la souveraineté vs un "gouvernement qui vous veut du bien".

à écrit le 30/03/2022 à 11:48
Signaler
Comptenu de certaines investigations je crois la fraude fiscale ne constitue pas toute l'affaire , j'ai bien peur que cela débouche sur plein d'autre choses dont les médiats frileux comme d'habitude ont peur de s'emparer . Ce la me rappelle la révolt...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.