Affaire Tapie : décision le 3 juillet sur la liquidation

 |   |  197  mots
Le parquet de Paris demande la liquidation judiciaire des holdings GBT (Groupe Bernard Tapie) et FIBT (Financière Immobilière Bernard Tapie) afin que l'ancien patron de l'Olympique de Marseille puisse rembourser à l'Etat 404 millions reçus lors de l'arbitrage censé mettre un terme à son bras de fer avec le Crédit lyonnais sur la revente d'Adidas en 1994.
Le parquet de Paris demande la liquidation judiciaire des holdings GBT (Groupe Bernard Tapie) et FIBT (Financière Immobilière Bernard Tapie) afin que l'ancien patron de l'Olympique de Marseille puisse rembourser à l'Etat 404 millions reçus lors de l'arbitrage censé mettre un terme à son bras de fer avec le Crédit lyonnais sur la revente d'Adidas en 1994. (Crédits : Jean-Paul Pelissier)
Le tribunal de commerce de Paris a examiné lundi la demande du Parquet de mise en liquidation judiciaire des holdings de Bernard Tapie, condamné à rembourser les millions d'euros perçus en 2008 dans son litige avec le Crédit lyonnais.

Bernard Tapie sera fixé sur son sort le 3 juillet. Le tribunal de commerce de Paris a examiné lundi la demande de liquidation judiciaire des sociétés de l'homme d'affaires, condamné à rembourser les millions d'euros perçus en 2008 dans son litige avec le Crédit lyonnais et a fixé  la date de rendu de sa décision, selon les avocats cités par l'AFP. L'homme d'affaires de 75 ans, qui lutte contre un cancer de l'estomac, est venu défendre sa cause lors d'une audience à huis clos.

Le 3 décembre 2015, la cour d'appel de Paris, après avoir annulé cet arbitrage pour "fraude", avait condamné l'ancien ministre à restituer les sommes perçues. Mais, à la veille de cette décision, Bernard Tapie avait placé ses sociétés en procédure de sauvegarde, évitant ainsi toute saisie de ses biens.

Le parquet de Paris demande la liquidation judiciaire des holdings GBT (Groupe Bernard Tapie) et FIBT (Financière Immobilière Bernard Tapie) afin que l'ancien patron de l'Olympique de Marseille puisse rembourser à l'Etat 404 millions reçus lors de l'arbitrage censé mettre un terme à son bras de fer avec le Crédit lyonnais sur la revente d'Adidas en 1994.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2018 à 1:43 :
Ils vas passée des vacances tranquilles ast Tropez au panier à 🥗
a écrit le 15/05/2018 à 19:54 :
La justice belge le mouche le 23 juin, le 3 juillet le TC le colle en liquidation, l'été sera chaud pour la famille Tatap, fistons, mémé et compagnie
a écrit le 15/05/2018 à 16:15 :
C'est La Banque L.C.L et L'Etat les escrocs et voleurs ( Adidas ) Tapie est bouc émissaire victime innocente. Et les 400 M maigre compensation A LUI RESTITUER
a écrit le 15/05/2018 à 15:00 :
Tapie va être "liquidé" ?
a écrit le 15/05/2018 à 12:51 :
cette affaire est une honte des dirigeants du crédit lyonnais et des politiciens tous corrompus jusqu a la moelle. A sa place je ne rendrais pas un seul cent.......c'est incroyable cette affaire, mais c’en est une parmi tant d'autre, comme la ste générale.
nous avons plus de banksters et de voyou dans las hautes sphères de l'état que c'est devenu inquiètant. Et ce n'est pas Macron qui va changer la donne il est encore pire que les autres. Un vrai Erdogan ( je ne parle pas de religion ) mais il veut tout gouverner même ce qu'il ne connait pas. La première chose a faire c'est de supprimer l ENA .... et de supprimer la moitié du millefeuille de nos élus.
Réponse de le 15/05/2018 à 13:50 :
les élèves de l'ENA se plaignent régulièrement eux-mêmes de la piètre qualité de la formation qui leur y est dispensée...
a écrit le 15/05/2018 à 12:04 :
Dans ce dossier, il conviendrai d'appeler en cause les politicards complices et les administrateurs du Crédit Lyonnais pour qu'ils partagent solidairement les conséquences de cette affaires politicarde ...

les bâtiments du Crédit Lyonnais et ses archives mafieuses n'ont pas brulé par hasard !!!
a écrit le 15/05/2018 à 10:56 :
On aime ou on aime pas Tapis mais, dans cette affaire, l'état s'est comporté comme
un voyou. Un jour , c'est oui, un autre, c'est non. On ne peut pas revenir sans cesse sur ce qui a été jugé. Dans l'affaire Adidas, Tapis a bien été volé , ensuite, sa demande de préjudice était plutôt élevé, trop mais l'origine de cette affaire vient de la déconfiture du crédit Lyonnais qui par l'extravagance de ces dirigeants a été nationalisé, ce qui a obligé l'état à reprendre le contentieux avec Tapis.
Réponse de le 15/05/2018 à 11:55 :
Faux, Nanar a acheté ADIDAS sans bourse déliée et avec l'argent du CL de l'époque; aux agissements plus que sulfureux il est vrai( voire PINAULT et compagnie...) . Il n'a pas du tout été lésé comme il le prétend et s'en est tiré avec une opération blanche pressé qu'il était de rentrer au gouvernement. Il a voulu en croquer sur les deux tableaux il a perdu in fine sur les deux. La justice pour une fois fait bien son travail mais que de temps perdu hélas.
Réponse de le 15/05/2018 à 13:48 :
@gerardc27
La connaissance de l'histoire prouve qu'il y a eu autant de décisions de la justice de droit commun (je ne parle même pas de l'arbitrage) allant dans le sens de Tapie qu'allant à son encontre. Mieux, la plupart des décisions prises en 1è instance allaient très majoritairement dans son sens, et il n'y a eu que les appels du CDR voire la cassation qui ont pu inverser la vapeur.
Réponse de le 15/05/2018 à 15:02 :
Bernard Tapie ? un petit joueur !
Réponse de le 15/05/2018 à 21:07 :
Pas le CL mais la SDBO pour être exact. Tapis a obtenu un crédit de cette banque et acheté effectivement pour rien Adidas. Il n'en demeure pas moins que la banque a fait la culbute sur un contrat de vente et qu'elle a fait un bénéfice substantiel avec Dreyfus. De toute façon, vous avez raison , les protagonistes sont bien glauques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :