Airbnb : des professionnels du tourisme et de l'immobilier vont porter plainte

Des professionnels des secteurs de l'hôtellerie et de l'immobilier vont porter plainte pour que les plateformes de locations saisonnières, de type Airbnb, respectent le même cadre réglementaire.
Mathias Thépot
Le modèle Airbnb est attaqué par les lobbys immobiliers et hôteliers français.
Le modèle Airbnb est attaqué par les lobbys immobiliers et hôteliers français. (Crédits : © Yuya Shino / Reuters)

La bataille engagée entre les plateformes de l'économie dite « collaborative », dont l'une des plus connues est Airbnb, et les secteurs matures de l'économie, vit un nouvel épisode. Plusieurs lobbys hôteliers (AhTop, GNI-Synhorcat) et immobiliers (Fnaim, SNPI et Unis) vont déposer plainte au parquet de Paris, avec constitution de partie civile, rapporte le journal du dimanche (JDD). La plainte porte notamment sur la violation par des plateformes de type Airbnb ou Le Bon Coin de la loi Hoguet, qui structure l'activité immobilière, car elles jouent un rôle d'intermédiaire entre loueurs et locataires sans pour autant détenir de carte professionnelle, ni tenir un registre des transactions et de leurs mandats.

Distorsion de concurrence

Concernant l'activité hôtelière, la plainte vise l'absence d'immatriculation obligatoire sur ces plateformes, qui constitue une infraction au code du tourisme. Le JDD rapporte aussi que plusieurs plateformes violeraient les règles sur les services de paiement en collectant des fonds sans avoir obtenu un agrément auprès d'une autorité compétente. Enfin, les plateformes méconnaîtraient les règles applicables aux activités d'assurance car elles offrent des garanties aux loueurs.

« Le parquet a saisi le Service national d'enquête qui a réuni beaucoup de preuves. Aujourd'hui, nous allons (...) demander que soit nommé un juge d'instruction à même d'engager des poursuites », détaille au JDD Me Guillaume Navarro, du cabinet Gide Loyrette Niel. Bref, les fédérations de professionnels s'insurgent contre le fait que les plateformes et leurs utilisateurs s'improvisent professionnels de l'hôtellerie ou de l'immobilier, sans être soumis aux même réglementations sectorielles. Ce qui peut créer des distorsions de concurrence.

Un problème en matière d'accès au logement

Par ailleurs, au-delà des préoccupations des lobbys immobilier et hôtelier, l'activité exponentielle des plateformes de locations de courte durée pose un problème en matière d'accès au logement dans les centres urbains. En effet, pour un bailleur, louer sur une courte durée à des touristes peut être beaucoup plus rentable que de louer sur le long terme à un résident local. Dans les quartiers les plus prisés, le risque de voir des « villes musées » se former est grand. L'une des principales préoccupations des grandes villes internationales reste en effet la « colonisation » de leurs quartiers par Airbnb et ses concurrents. Les politiques tentent donc progressivement d'instaurer un cadre réglementaire pour éviter qu'Airbnb dissimule des activités professionnelles sur son site.

Enjeux majeurs en matière de tourisme

Après New-York, San Francisco, Berlin, Barcelone, Londres vient à son tour de négocier avec Airbnb pour qu'elle applique strictement, à partir du printemps 2017, une limite de 90 jours par an à la durée de location des logements par ses membres. De même, à Amsterdam, Airbnb va rendre impossible la location d'un appartement pendant plus de 60 jours par an. En France, la loi limite ce délai à 120 jours. On y est donc beaucoup moins coercitif qu'ailleurs. Mais il faut dire qu'en parallèle, les enjeux pour le secteur du tourisme, durement affecté par les attentats, sont majeurs. De 85 millions de visiteurs en 2015, l'objectif du gouvernement est d'atteindre 100 millions de touristes en 2020. Et il semble qu'il soit difficilement atteignable sans un coup de pouce des plateformes de locations saisonnières...

Mathias Thépot

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 27/01/2017 à 12:22
Signaler
Airbnb est plus malin que vous tous ! Vous n'êtes rien! Que des frustrés jaloux ! Vive Airbnb ✊🏼

à écrit le 25/01/2017 à 10:32
Signaler
Il y a mieux ! Regardez la solution que propose PalaceBNB !

à écrit le 16/01/2017 à 17:12
Signaler
On se doute bien que si on marche sur leurs plate-bandes, les gens vont défendre leur turf bec et ongles. Les monopoles sont un handicap pour l'économie. Il suffirait à mon avis d'oblger les Airbnb et consorts à se déclarer comme entreprise commercia...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.