Les revenus des utilisateurs Airbnb transmis au fisc en 2019

 |   |  179  mots
(Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
L'Assemblée a donné son feu vert mardi 20 décembre, en dernière lecture du projet de loi de finances rectificative 2016, à une déclaration automatique au fisc par les plateformes en ligne du type Airbnb des revenus de leurs utilisateurs.

Pour les plateformes françaises comme étrangères, la déclaration automatique, obligatoire à partir de 2019 (et non 2018 comme le souhaitait le Sénat), doit permettre à l'administration fiscale d'alimenter la déclaration préremplie des contribuables, et de calculer l'impôt dû en fonction des règles applicables à chaque catégorie de revenu.

Les plateformes en ligne (Airbnb, Le Bon Coin, etc...) mettent en relation des particuliers ou des professionnels en vue de la vente ou du partage d'un bien (une voiture, un logement, une perceuse etc.) ou de la fourniture d'un service (transport, comptabilité, cuisine, bricolage, etc.).

Déjà redevable de cotisations sociales

Les députés ont déjà voté dans le budget de la Sécurité sociale pour 2017 un article pour faire payer des cotisations sociales aux particuliers louant des biens via des plateformes collaboratives au-delà d'un certain seuil de revenus :

  • 7.720 euros pour les biens meubles comme les voitures ;
  • 23.000 euros pour l'immobilier.

L'Assemblée avait introduit cette disposition en première lecture à l'initiative de plusieurs députés mais le Sénat avait souhaité l'avancer à 2018.

(Avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2018 à 23:11 :
Un peu d'équité fiscale. Pourquoi seuls les revenus salariaux ou du travail seraient taxés ?
a écrit le 25/12/2016 à 5:24 :
Encore une mesure anti-airbnb : la France ne comprend rien à la nouvelle économie. Triste et archaïque.
a écrit le 22/12/2016 à 9:38 :
C'est encore une fois le paradigme de l'impôt qui tue l'impôt.
Ben oui, créer des emplois, c'est déjà réduire mécaniquement le déficit de la balance commerciale.
On estime que si notre déficit de 100 milliards retombait à zéro, on aurait 1 million d'emplois de créés.
Exporter c'est aussi importer des touristes (dans les années 50 déjà en déficit sur le plan marchandises c'est le tourisme qui faisait l'équilibre ~4%).
Cet argent de mal gagné retombera automatiquement dans les poches de l'état par le biais de la tva, si on s'y attaque les gens ne chercheront plus à le gagner et il sera perdu de la même façon que des amis à moi dans des postes-clé refusaient les heures sup puisque non rentables pour cause d'impôts.
La rapacité de Bercy lui bouche les yeux, dommage pour tout le monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :