Areva, EDF... ce que prévoit le budget de l'Etat actionnaire

 |   |  277  mots
Au cas où il devrait recapitalisé EDF, notamment, l'Etat a provisionné 5,4 milliards d'euros dans le budget 2017.
Au cas où il devrait recapitalisé EDF, notamment, l'Etat a provisionné 5,4 milliards d'euros dans le budget 2017. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Pour faire face à ses obligations d'Etat actionnaire, Bercy a provisionné 5,4 milliards d'euros en 2017.

Lors de la présentation ce mercredi du projet de loi de finances (PLF) 2017, Michel Sapin, le ministre de l'économie et des Finances, et Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget ont livré quelques informations sur le rôle que jouera bientôt l'Etat actionnaire.

Pressés de questions sur la variation brutale de la ligne "Solde des comptes spéciaux" du budget général de l'Etat, le tandem a consenti à quelques éclaircissements sur l'augmentation de 2,7 à 5,4 milliards d'euros entre 2016 et 2017 de cette ligne comptable. Une augmentation qui empêche Bercy d'afficher une baisse plus conséquente du solde général du budget de l'Etat. Celui-ci devrait s'élever à 69,3 milliards d'euros en 2017, soit 600 millions d'euros de moins qu'en 2016.

Des provisions pour la filière Energie

A mots couverts, les deux ministres ont indiqué que cette augmentation devait permettre de couvrir les besoins financiers de l'Etat en cas de recapitalisation d'entreprises. Dans le viseur de Bercy ? On croit comprendre qu'il s'agit des géants de la filière Energie que sont EDF et Areva. Selon les rumeurs, ce sont 4 milliards d'euros que l'Etat pourrait injecter dans le capital d'EDF et 5 milliards d'euros dans le capital d'Areva pour que ces deux entreprises puissent faire face à leurs projets industriels et/ou procéder à la restructuration de leurs activités.

Sans surprise, Michel Sapin et Christian Eckert n'ont pas voulu confirmer ces montants, les négociations avec des investisseurs privés susceptibles d'entrer dans le capital des deux groupes étant en cours. Les noms des chinois CGN, déjà actionnaire d'EDF à hauteur de 33,5 %, ainsi que CNNC ont été évoqués, en plus du japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2016 à 6:29 :
Les élites se font des cadeaux pour se protéger eux-mêmes car se sont les copains de promo qui occupent les postes clés des différentes entreprises concernées. Bon c'est le contribuable qui paiera les erreurs catastrophiques de la gouvernance à l'époque de Mme Lauvergeon. Tout va très bien .............
a écrit le 28/09/2016 à 21:51 :
bonjour,
Ecrire
"Les noms des chinois CGN, déjà actionnaire d'EDF à hauteur de 33,5 %, "
n'est pas cohérent.
Selon le site web EDF https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/espaces-dedies/espace-finance-fr/actionnaires/etre-actionnaire/edf_essentiel_actionnaires_mars_2016.pdf
, l'état Francais détient 84.9%
a écrit le 28/09/2016 à 19:06 :
L'énergie bon marché favorise le chomage. Une taxe sur l'énergie serait favorable, surtout si cette taxe permettait d'indemniser les chomeurs.
Réponse de le 28/09/2016 à 21:43 :
Tu as lu l'article ou t'es seulement la pour mettre quotidiennement ton message !!!

Si pour toi 9 milliards € c'est bon marché c'est que tu n'as pas tout compris au problème énergétique ...
a écrit le 28/09/2016 à 17:54 :
Hallucinant, on va donc injecter 9 M€ pour faire de l'acharnement thérapeuthique sur une filière moribonde, avec notre argent durement gagné, endettant les générations à venir de 9 M€, alors meme que ces 9 M€ investis dans les EnR seraient amplement suffisants pour nous assurer une électricité à cout inférieur au nuke et sans déchets à surveiller pendant quelque centaines de milliers d'années.
Et ca ne semble déranger personne, pas meme l'auteur de l'article ni le reste de la sphère journalistique. Dans les pays anglo-saxons, ca serait un scandale national.
Il y a une définition de cette attitude apathique : la décadence.
a écrit le 28/09/2016 à 17:53 :
Bonjour, ce message s'adresse à l'auteur de l'article.

Attention CGN n'est absolument pas actionnaire à 33,5% d'EDF comme vous le marquez.
CGN est actionnaire à 33,5% du projet HPC qui est conduit par EDF.

C'est 2 choses très différentes.
a écrit le 28/09/2016 à 17:30 :
Bonjour,

Merci de vérifier vos informations avant publication, CGN participe à hauteur de 33,5% au tour de table d'Hinkley Point, mais n'est pas actionnaire déclaré d'EDF, encore moins à 33,5%, qui représente plus du double du flottant de l'entreprise...
a écrit le 28/09/2016 à 17:28 :
56 réacteurs nucléaires en activité plus 8 autres arrêtés alors que le prix de l'énergie ne cesse de chuter. Bravo les visionnaires...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :