Areva cède son éolien offshore à Gamesa et Siemens

 |   |  626  mots
Des éoliennes offshore dans le parc d'Amrum Bank West en Allemagne.
Des éoliennes offshore dans le parc d'Amrum Bank West en Allemagne. (Crédits : Reuters)
Le groupe devrait entériner mercredi la cession à l'espagnol Gamesa de sa participation dans Adwen, leur co-entreprise créée il y a deux ans dans l'éolien en mer.

Selon une information du Figaro confirmée par l'AFP, c'est donc in fine à Gamesa qu'Areva va céder ses activités dans l'éolien offshore. L'espagnol était depuis deux ans son partenaire dans la co-entreprise Adwen positionnée sur cette technologie. Mais, dans un contexte de restructuration globale du groupe nucléaire, la prise de participation de 59% de Siemens au capital de Gamesa en juin dernier est venue compliquer la donne. Il ne faisait dès plus lors aucun doute qu'Areva allait se séparer de cette activité.

Gamesa et Siemens avaient immédiatement offert à Areva de reprendre ses parts dans Adwen, mais aux termes d'un avenant au pacte d'actionnaires signé avec Gamesa, le français disposait d'un délai de trois mois pour, soit céder sa participation dans Adwen à Gamesa, soit céder 100% des parts à un investisseur tiers qui remettrait une offre plus attractive durant cette période. Dans ce contexte, General Electric, qui a déjà repris les activités dans l'énergie et notamment l'éolien en mer d'Alstom, l'autre français positionné sur ce secteur, s'était montré très intéressé.

60 millions d'euros et des engagements

Finalement, c'est Gamesa, avec son offre à 60 millions d'euros, qui a remporté les faveurs d'Areva, notamment parce qu'il aurait accepté de reprendre les risques, tels que ceux concernant le parc de Wikinger, en mer Baltique allemande. Un engagement précieux pour un groupe qui avait passé en 2014 plus de 600 millions d'euros de provisions et dépréciations sur ses activités renouvelables.

Autre promesse de Siemens France : honorer celles faites par Areva en matière d'emplois, c'est-à-dire l'implantation de deux usines au Havre (pour lesquelles les emplacements ont été réservés de longue date), pour y fabriquer les pales et les nacelles destinées aux trois parcs opérés par Engie et Iberdrola au large du Tréport, des îles d'Yeu et Noirmoutier et de Saint-Brieuc, pour une puissance totale de 1.500 MW.

L'Etat mis devant ses responsabilités

A l'époque de l'attribution des appels d'offres, les territoires s'étaient livrés une concurrence acharnée pour attirer les implantations industrielles, et c'est à condition que ces usines voient le jour que l'Etat avait accordé des tarifs d'achat élevés de l'électricité produite en mer. Alstom s'était alors engagé à Saint-Nazaire, où il a ouvert deux usines en décembre 2014.

Sur fond de crise à l'usine Alstom de Belfort, Edouard Philippe, maire (LR) du Havre, a rappelé que « des engagements ont été pris par des groupes industriels [Areva, Engie...], ils doivent être respectés ». L'Etat (actionnaire d'Areva à 87 %) doit être « le garant » de ces engagements, a-t-il ajouté.

Pas sûr que les 186 éoliennes que représentent les trois parcs justifient à elles seules la construction de ces usines pour le désormais leader mondial du secteur, qui possède déjà des sites de fabrication en Allemagne et au Danemark, ainsi qu'une usine de production de pales à Tanger (Maroc).

Une filière industrielle française mort-née

Déjà en position dominante avec 60% du marché européen, Siemens va devoir attendre le feu vert de Bruxelles pour entériner l'opération. Si celle-ci donne naissance au plus gros fabriquant mondial, elle n'est que la dernière en date d'un mouvement consolidation qui a vu ces dernières années les mariages du danois Vestas avec le japonais Mitsubishi Heavy Industries puis de l'allemand Nordex avec l'espagnol Acciona, sans oublier le rachat d'Alstom par GE.

Au-delà de la turbine de 8 MW, concurrente d'un modèle développé par Siemens et qui restera donc dans les cartons d'Areva, c'est l'avenir d'une filière industrielle française digne de ce nom qui devrait disparaître mercredi si le Conseil d'administration d'Areva entérine comme prévu la cession.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2016 à 7:47 :
Jusqu'à quand nos gouvernants vont-ils dire que nous sommes les meilleurs du monde? En dehors d'annonce-bidon, que savent-ils faire? Quand on lit dans un autre article que nous avons les meilleures écoles de management au monde, de qui se moque-t-on? Nos politiques sont nuls, nos dirigeants d'entreprise (souvent les mêmes recasés ) font de mauvais choix, n'ont aucune vision de l'avenir, ou sont à la traîne. Depuis des lustres, on nous présente de soi disant réussites françaises qui ont été des bides commerciaux en raison de la non-adaptation au marché mondial. (produits trop élaborés, maintenance trop coûteuse, innovation trop tardive). Aujourd'hui, l'industrie n'est plus au goût du jour: nous préférons la société du service. Quelle en est la valeur ajoutée? aucune si ce n'est pour le créateur de ce marché qui ne recherche que le gain rapide.
a écrit le 12/09/2016 à 21:30 :
Encore un beau bide de Sœur Anne qui n'avait visiblement pas compris que pour se lancer dans une diversification, il fallait y mettre plutôt des moyens techniques (racheter quelqu'un qui savait faire par ex. ou embaucher des ingénieurs compétents) que des financiers pour faire des business plans foireux. On a vu aussi ce que ça a donné avec la Finlande où a été vendu un réacteur que personne ne savait construire en interne.
Quand elle avait les moyens en interne (pour la mine d'uranium), eh bien elle se débrouillait pour ne pas avoir à leur demander leur avis, compte tenu du mépris qu'elle avait pour la technique.
Quel gachis.
a écrit le 12/09/2016 à 18:49 :
A force d'avoir trop misé sur le nucléaire qui n'a cessé de faire du lobbying sans même avoir su s'adapter favorablement et n'avoir pas vu les changements fondamentaux dans les renouvelables et le stockage dans le monde on perd secteur sur secteur. Les réseaux hydrogène pour camions à partir de renouvelables arrivent aux Etats-Unis, les Electric energy independent vehicles (EIV) dont les véhicules électro-solaires arrivent commercialement en Australie, Chine, Allemagne (EVX Immortus, Hanergy Solar, Sonomotors...). On prend du retard dans les énergies renouvelables, le biogaz, les réseaux de chaleur, le solaire hybride dont thermique, on est toujours à la 3e génération nucléaire à bas rendement et des déchets de plus de 100.000 ans de durée que l'on aura déjà oublié dans 1 siècle mais qui eux n'oublieront pas nos descendants, nos vieilles centrales très coûteuses à démanteler comme notre vieux réseau à rénover etc. Si Hinkley Point est un échec ce ne sera que la suite logique d'une obstination aveugle non du gouvernement actuel mais bien du lobby nucléaire.
Réponse de le 12/09/2016 à 22:57 :
Ici, le problème d'Areva est justement de s'être diversifié dans les ENR, secteur dans lequel ils ont toujours perdu de l'argent.
Réponse de le 14/09/2016 à 1:09 :
@ Bachoubouzouc : la chute d'Areva n'est en aucun cas liée aux renouvelables, mais notamment au ralentissement du marché nucléaire depuis Fukushima, aux perturbations à la tête de l'entreprise avec, l'éviction d'Anne Lauvergeon en 2011 pour sa gestion controversée, le départ précipité pour cause de maladie de Luc Oursel et l'arrivée aux commandes du tandem Philippe Varin (ex-PSA) et Philippe Knoche. Mais surtout et principalement aux retards à répétition sur les chantiers EPR. Sur les énergies renouvelables il y a "seulement"' des provisions pour pertes de valeur ou risques de 570 Me qui sont négatives au bilan et notamment manque de compétitivité sur le thermique. Le virage en faveur des Enr n'a pas non plus été pris assez à temps et il y a eu quelques erreurs de choix. Donc la cause est entendue sur le nucléaire qui a le plus pesé et de loin dans ce bilan. On verra par ailleurs concernant Hinkley Point et EDF. Le marché des renouvelables est en hausse constante et pour de nombreuses années encore.
a écrit le 12/09/2016 à 18:06 :
Dé véritables visionnaires chez areva ya pas à dire...
a écrit le 12/09/2016 à 17:45 :
Encore un beau fiasco à la française. Je ne suis pas sûr que l'économie verte va créer autant d'emplois vert que prévu dans l'énergie, dans le transport vu les dossiers qui s'accumulent pour pas de bol président normal. Ces usines d'éoliennes vont-elles passer l'année 2017? Seront-elles encore en France en 2018 . A suivre.
Réponse de le 16/09/2016 à 16:37 :
C'est sûr que si SIEMENS se lance à fond dans les éoliennes, c'est parce que ce sont des imbéciles qui n'ont rien compris à tout l'intérêt du nucléaire.

Heureusement que Paul BISMUTH, le Président qui veut garantir l'indépendance de la justice, va faire comprendre aux ALLEMANDS qu'en matière de politique industrielle, ils n'y comprennent rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :