Au-delà de la victoire de Macron, le vote pour l'extrême droite étend ses territoires

La candidate du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, a remporté plus de 13,3 millions de suffrages (42%) au soir du second tour à la présidentielle. Elle a élargi son socle électoral de 25% en cinq ans avec 2,5 millions de voix supplémentaires par rapport à 2017.En face, le président sortant, Emmanuel Macron, a certes remporté un second mandat avec 58% des suffrages mais le président sortant a considérablement perdu du terrain avec l'extrême droite lors de ce second tour. Le paysage politique français pourrait être durablement modifié dans les années à venir.
Grégoire Normand

8 mn

(Crédits : DARRIN ZAMMIT LUPI)

Au lendemain de sa victoire, Emmanuel Macron sait qu'il devra faire face à des défis immenses. Et notamment celui de l'ascension spectaculaire des votes en faveur de la droite nationaliste. En 2017, le chef de l'Etat avait promis "de faire reculer les extrêmes". Cinq ans après, force est de constater qu'Emmanuel Macron est complètement passé à côté de sa promesse. La candidate du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen a amélioré son score de huit points pour s'établir à 42% contre 58% pour Emmanuel Macron. "Le front républicain s'est affaibli mais il persiste. Il ne s'impose plus dès le soir du premier tour mais l'idée fait désormais son chemin durant l'entre-deux tours. C'est pour certains devenu un vote barrage de dernière minute, sur fond d'inquiétude", explique Erwan Lestrohan, directeur conseil chez Odoxa interrogé par La Tribune.

Conscient de ce résultat, le chef de l'Etat à peine réélu a reconnu que "nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi non pour soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à celles de l'extrême droite", lors de son allocution au Champ-de-Mars, dimanche soir. Il a affirmé qu'il était "aussi le président de tous", tendant la main aux électeurs de Marine Le Pen, estimant que "la colère et les désaccords qui les ont conduits à voter pour ce projet doivent aussi trouver une réponse".

Emmanuel Macron perd du terrain face à Le Pen

Certes, Emmanuel Macron a pour la deuxième fois consécutive battu Marine Le Pen en creusant l'écart durant l'entre-deux-tours mais il a, au final, perdu du terrain face à Marine Le Pen par rapport à 2017.

En 2022, le président candidat à sa réélection a obtenu 18,7 millions de voix contre 13,3 millions pour Marine Le Pen, soit un écart de 5,4 millions de voix.

En 2017, l'ancien ministre de l'Economie sous François Hollande avait recueilli 20,7 millions de voix contre 10,6 millions pour Marine Le Pen, soit 10,1 millions de bulletins d'écart. Non seulement Emmanuel Macron a perdu des voix entre 2017 et 2022, surtout le fossé s'est considérablement réduit au moment du second tour.

Il faut également rappeler que l'abstention a atteint 28% au soir du 24 avril 2022 contre 25,4% en 2017. ll s'agit du plus haut niveau d'abstention sur un second tour de présidentielle depuis 1969, année où s'étaient affrontés deux candidats de droite Georges Pompidou et Alain Poher. Le contingent des votes blancs et nuls a atteint 6,5% (environ 3 millions), soit un niveau élevé mais moins important que le score inédit de 2017 (4 millions).

Lire aussi 6 mnPrésidentielle : l'abstention pourrait atteindre un niveau inédit depuis 1969

Une France coupée en deux

Marine Le Pen est arrivée sur la première marche du podium dans 27 départements en France métropolitaine sur 96, soit 28% des départements. À titre de comparaison, la candidate du Front national (le changement de nom a eu lieu en 2018) en 2017 avait remporté seulement deux départements au second tour : l'Aisne et le Pas-de-Calais. En 2022, elle confirme sa première place dans ces deux départements avec plus de 57% des suffrages exprimés. Et elle étend ses bons scores à la Somme, l'Oise, les Ardennes, la Meuse, la Haute-Marne, la Haute-Saône, l'Aube, l'Yonne ou encore la Nièvre. Sans vraiment de surprise, Marine Le Pen établit de bons scores dans certains départements frappés par des décennies de désindustrialisation et du recul des forces politiques de gauche.

Plus au Sud, la perdante du second tour confirme sa place dans le Var ou le Vaucluse. Et arrive également première dans le Lot-et-Garonne et le Tarn-et-Garonne. "Il y a clairement une France coupée en deux. La France de l'Ouest, traditionnellement de droite démocrate chrétienne, est favorable à Emmanuel Macron. Le président sortant est notamment arrivé largement en tête en Bretagne, en Normandie, en Nouvelle-Aquitaine, en Occitanie et dans les Pays de la Loire. A contrario, la partie Est du pays s'est montrée plus favorable à Marine Le Pen qui dépasse même 50% des suffrages exprimés dans les Hauts-de-France et en PACA", souligne Erwan Lestrohan.

Toujours sur le plan géographique, "le clivage entre communes rurales-petites villes pour Marine Le Pen d'un côté, et métropoles-agglomération parisienne pour Emmanuel Macron de l'autre, reste également un facteur explicatif important", ajoute-t-il.

Le Pen fait des scores historiques en Outre-mer

L'autre enseignement important de ce second tour est que Marine Le Pen a été plébiscité dans les territoires d'Outre-mer. L'ancienne députée européenne est arrivée en tête avec 35 points d'avance à 67,7% contre 32,2% pour Macron. En Guadeloupe, par exemple, la candidate du RN remporte 70% des suffrages exprimés. En Martinique, 60% des électeurs ont glissé un bulletin dans l'urne en faveur de la députée du Nord. Elle a réalisé un score comparable en Guyane, à la Réunion ou encore à Mayotte.

Le directeur du Cevipof (Sciences-Po) Martial Foucault explique ce résultat par "un vote sanction très clair. Marine Le Pen a rassemblé le vote Mélenchon sur le terrain des colères sanitaire et sociale en Guadeloupe et en Martinique [...] En Guyane, il y a eu un report massif du vote Mélenchon vers Marine Le Pen sur une base sociale et de cherté de la vie", explique-t-il sur Twitter.

Dans ces territoires, Emmanuel Macron a subi une lourde défaite au profit de l'extrême droite alors que le candidat de la République en Marche avait réalisé des scores largement favorables en 2017. "Sous conditions d'une abstention élevée, ce résultat illustre bien le clivage entre l'électorat de Marine Le Pen qui a le sentiment d'être abandonné et celui d'Emmanuel Macron", ajoute Erwan Lestrohan.

Le Pen convainc des électorats traditionnellement hermétiques à l'extrême droite

Un autre enseignement de ce second tour est d'ordre sociologique. Marine Le Pen a convaincu des électorats traditionnellement hermétiques. "Son électorat de base correspond à la France fragile face à la crise et à la mondialisation, qui a vu ses conditions d'existence se détériorer [...] C'est une population en attente d'amélioration sur le plan individuel, explique Erwan Lestrohan. Et au-delà de ce socle électoral, son audience s'est considérablement élargie. En comparaison à 2017, elle a par exemple gagné des électeurs dans des segments électoraux qui lui étaient plutôt hermétiques jusqu'alors comme les cadres, les actifs, les salariés du public et du privé mais aussi une partie des retraités et des plus de 65 ans", ajoute-t-il.

Cette percée montre que la stratégie de "dediabolisation" de Marine Le Pen entamée depuis 2011 lui a permis sans conteste d'attirer des électeurs bien au-delà des catégories traditionnelles du parti de son père Jean-Marie Le Pen, défenseur d'un nationalisme radical et xénophobe.

Cette percée montre que la stratégie de "dediabolisation" de Marine Le Pen entamée depuis 2011 lui a permis sans conteste d'attirer des électeurs bien au-delà des catégories traditionnelles. Dans cet électorat, "les propos d'Emmanuel Macron sur le ruissellement et l'idée de mettre les premiers de cordée au centre de sa pensée économique ont pu pousser une partie des catégories populaires vers Marine Le Pen", ajoute-t-il.

Un score inédit pour le Rassemblement national à l'Assemblée nationale ?

Le Rassemblement national n'a compté que six députés dans la législature qui s'achève mais ce score inédit à une présidentielle pourrait bien rebattre les cartes de la prochaine Assemblée nationale. Dès le soir du second tour, le candidat de Reconquête Eric Zemmour a mis la pression sur Marine Le Pen affirmant que "c'est la huitième fois que la défaite frappe le nom de Le Pen". "Le bloc national doit s'unir et se rassembler", a-t-il déclaré. L'objectif est de mobiliser un maximum d'électeurs pour former un groupe de quinze parlementaires à l'Assemblée nationale à l'issue des élections législatives les 12 et 15 juin prochains.

Il faut dire que la bataille est loin d'être gagnée pour La République en marche. "Dépassant 50% des suffrages exprimés dans plus de 150 circonscriptions législatives, le Rassemblement national pourrait faire des scores historiques aux élections législatives et se trouver en position de force si la gauche n'arrive pas à s'unir", signale Erwan Lestrohan.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon n'a pas attendu le second tour de la présidentielle pour prendre position. Profitant des 22% de bulletins obtenus au second tour, le leader de La France insoumise a déjà affirmé qu'il se voyait bien Premier ministre à l'issue des législatives. En attendant, les négociations promettent d'être houleuses entre les équipes de Mélenchon, Yannick Jadot (EELV), Fabien Roussel (PCF) et Philippe Poutou (NPA). Des clivages qui pourraient profiter à Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Grégoire Normand

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 11/05/2022 à 17:25
Signaler
C'est hélas la leçon principale de second tour. J'avais moi-même prévu ce résultat de 42/58% entre Le Pen et Macron. C'est accablant pour Macron et ses médias (95% des médias). Je pense hélas que Le Pen et RN vont friser les 250 élus à l'AN et deva...

à écrit le 26/04/2022 à 22:41
Signaler
en dehors de l'IDF, envahie par l'immigration LFI, dans toutes villes communistes ou anciennement communistes, les électeurs communistes ou anciennement communistes qui sont tombés massivement dans le piège du vote utile pour l'anticommuniste Mélench...

le 27/04/2022 à 13:47
Signaler
combien sont ceux qui ont vote pour le programme d'un candidat la majorite des votes sont des rejet de l'autre et pas des votes de conviction voila la democratie vu par m macron pour en sortir ce n'est pas des legislatives que viendra le serenité...

à écrit le 26/04/2022 à 21:39
Signaler
L'extrême droite 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂 Macron c'est donc l'ultra droite 😂😂😂😂 mdr, quelle rigolade ce terme. Lepen n'a jamais eu l'intention d'être élue, son job est de supprimer les candidats. Notre tyran est réélu, ouf quelle galère la démocratie 😅

à écrit le 26/04/2022 à 20:17
Signaler
Comme dans tout parti, il y a des purs et durs et les autres... si le Maire avait su entendre le ras le bol des français pour les taxes sur les carburants en offrant autre chose que ces malheureux 15 cents, mais une suspension provisoire de la tva à ...

le 27/04/2022 à 13:40
Signaler
à quoi ça tient, finalement, sauf pour ceux n'ayant pas de véhicule et qui sont indifférents à ces choses là... Les taxes sur les carburants, c'est quoi ? Y a la TICPE, figée pendant un an (elle était très éloignée pour le gazole vs l'essence mais a...

à écrit le 26/04/2022 à 20:17
Signaler
Comme dans tout parti, il y a des purs et durs et les autres... si le Maire avait su entendre le ras le bol des français pour les taxes sur les carburants en offrant autre chose que ces malheureux 15 cents, mais une suspension provisoire de la tva à ...

à écrit le 26/04/2022 à 13:24
Signaler
Pendant que la presse subventionnée discute des avantages comparatifs du "Gopéiste" en chef Macron, installé là pour gérer les intérêts de davos, de Bruxelles et des néo conservateurs us chapeautant l' ensemble et en particulier ic...

à écrit le 26/04/2022 à 10:50
Signaler
A force de voter pour le mal contre le pire le pire adviendra, c'est mathématiques et l'oligarchie ne peut l'ignorer même s'ils sont éteints ils payent des gens pour penser à leurs places et c'est bien là d'ailleurs qu'est tout le malheur du monde.

à écrit le 26/04/2022 à 10:47
Signaler
Parler toujours d"extrême droite": il y a nombre de gens de droite "classique" qui ne trouvant personne pour s'intéresser à eux, sont allés ailleurs, sans pour autant être des extrémistes

à écrit le 26/04/2022 à 10:04
Signaler
Bref! On constate l'efficacité d'un "exécutif" par son l'opposition! On a l'opposition que l'on mérite!

à écrit le 26/04/2022 à 9:54
Signaler
La faute n'est pas dut a "l'opposition", mais a celui qui a les moyens de résoudre le problème, mais dont ce genre de "conseil" n'intéresse pas!

à écrit le 26/04/2022 à 9:15
Signaler
Vu toutes les casseroles qu’elle a aux fesses elle va aller en prison ou sera inéligible pour un bon bout de temps Son parti sans elle implosera …… on peut espérer !!!

le 26/04/2022 à 9:22
Signaler
Parce que Macron et sa clique, ils dont nickel, eux ?

le 26/04/2022 à 10:16
Signaler
@Isobelle En effet, on se demande encore pourquoi Bayrou lui a fait la courte échelle au premier tour, une idée ?

à écrit le 26/04/2022 à 7:39
Signaler
Bof... Tant qu'il n'y aura pas d'accords électoraux, il n'y aura pas de victoire possible. Comme aux élections régionales. La droite la plus bête du monde est toujours à l'œuvre. Elle vient d'ailleurs de perdre deux élections présidentielles imperdab...

à écrit le 25/04/2022 à 21:56
Signaler
Soyons lucides. Il n’y aura aucun changement. Macron servira les mêmes intérêts avec le même logiciel. Les comptes à dormir debout « j’ai entendu le message » valent autant que je vous ai compris du général De Gaulle à Alger. L’ouverture se fait tou...

à écrit le 25/04/2022 à 20:49
Signaler
Ce qui est triste, c'est que les gens qui votent pour le FN,/RN seraient les premiers impactés par la politique de madame Le Pen. Ça me fait penser aux deux premières années avec Mitterrand et le programme commun avec les communistes. Retour à une po...

le 26/04/2022 à 8:43
Signaler
Lol, vous croyez vraiment que l’on ne sait pas lire? Les gens qui votent Macron le feraient pour se faire mal économiquement? Il faut vraiment arrêter avec cette ritournelle de prendre pour des imbéciles ceux qui ne partagent en rien les idées de que...

à écrit le 25/04/2022 à 19:55
Signaler
Bonjour, Avec 42% de suffrages exprimés, sa fait combien de parlementaire... Voilà la bonne question ? 4 ou 6 parlementaire, belle démocratie... D'ailleurs l'absence de proportionnelle est scandaleuse ... Mais ils partaient que nous sommes en d...

à écrit le 25/04/2022 à 19:31
Signaler
ce qu'il y a d'impressionnant : c'est qu'au bout de 5 ans de macronie, les candidatures d'extrème droite ont été multipliées par deux, alors avec 5 ans de plus ?

à écrit le 25/04/2022 à 18:53
Signaler
Tous ces électeurs n'ont pas encore compris que la petite PME LEPEN vit de la misère sociale, et des peurs. MLP est une incompétente (cf les 2 débats) incapable de produire un programme et une argumentation cohérente. Seule son nom de famille la légi...

le 25/04/2022 à 19:28
Signaler
parce-que Macron c'est un génie ? Avec ses 600 milliards de dette absurdes et sa répression croissante de toute divergence idéologique. Macron n'est que le dernier refuge de toute une bourgeoisie euro-atlantiste sur le déclin. Sans le matraquage médi...

le 25/04/2022 à 19:57
Signaler
@Roland de Roncevaux: c'est sûr que le quoi qu'il en coûte c'était une très mauvaise idée, ça a sauvé qui ? Et crée des dettes. Avec MLP elles seront prises à Moscou les décisions ? :-)

le 25/04/2022 à 20:28
Signaler
Hélas, les communistes d'hier sont les lepenistes d'aujourd'hui.

le 26/04/2022 à 12:47
Signaler
@Europeen "Hélas, les communistes d'hier sont les lepenistes d'aujourd'hui. " Faut savoir : Fabien Roussel à appeller à voter Macron

à écrit le 25/04/2022 à 18:40
Signaler
En fait de droite extrême, hé ho du bateau.. F Asselineau, LE MYSTÈRE DES VOIX LE PEN QUI DIMINUENT Beaucoup d'internautes ne comprennent pas pourquoi le nombre de voix de @MLP_officiel a évolué ainsi 14 432 396 en direct sur France2 ve...

le 25/04/2022 à 19:54
Signaler
"1 134 636 voix ont disparu ?." C'est ceux qui ont voté sans la carte nouvelle carte électorale avec un QR code ?

le 25/04/2022 à 20:44
Signaler
@la chose F Asselineau toujours, "Or le nombre de voix ne peut pas baisser puisque, selon France 2, il s'agissait du collationnement en temps réel du nombre de voix comptabilisées dans les bureaux de vote fermés à 18h. Le sujet est trop grave po...

le 25/04/2022 à 22:10
Signaler
Oui, à 21h10 exactement je viens de voir la vidéo ,le journaliste sur France 2 annonce d'ailleurs qu'il est connecté directement au ministre de l’intérieur et dès qu'un bureau de vote est validé ( le journaliste dit cela au lieu de dire bulletin de v...

à écrit le 25/04/2022 à 18:18
Signaler
Bein non, encore faux. Le Rn est à peine de droite et encore bien moins extrême. Quel KO analytique règne dans cette presse subventionnée par le club !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.