Baisse de 1% (- 36.300) du nombre des demandeurs d'emploi en avril

La courbe du nombre des demandeurs d'emploi continue de faire du "yoyo". Après la forte hausse de mars, la tendance est maintenant à la baisse. La nouvelle ministre du Travail, Muriel Penicaud, entend ouvrir le débat sur la pertinence d'une publication mensuelle du nombre des demandeurs d'emploi.
Jean-Christophe Chanut
Le nombre des demandeurs d'emploi (catégorie A) a baissé de 1% en avril, soit 36.300 en moins. Mais la nouvelle ministre du Travail, Muriel Penicaud, veut revoir les règles sur la publication des données sur le chômage pour les rendre plus pertinentes.
Le nombre des demandeurs d'emploi (catégorie "A") a baissé de 1% en avril, soit 36.300 en moins. Mais la nouvelle ministre du Travail, Muriel Penicaud, veut revoir les règles sur la publication des données sur le chômage pour les rendre plus pertinentes. (Crédits : Reuters)

En baisse de 1%... Le ministère du Travail a communiqué les données mensuelles pour le mois d'avril du nombre des demandeurs d'emploi.... Les « vrais » derniers chiffres du quinquennat Hollande. Et ils sont donc plutôt bons. Par rapport au mois de mars - où la hausse avait été forte avec 43.700 inscrits supplémentaires - il y a cette fois 36.300 demandeurs d'emploi en moins en catégorie « A » en France métropolitaine. Ils sont maintenant très exactement 3.471.800 (3.727.600 en comptant les DOM). Sur trois mois, ce nombre augmente de 0,1% (+3.900) et sur un an, il est en baisse de 1,3%.

On le voit donc, le chômage continue de faire du « yoyo » depuis plusieurs mois, au lieu de connaître une progression quasi linéaire comme c'était le cas jusqu'en 2015. Preuve que la reprise est là mais qu'elle est molle et pas assez affirmée pour réellement permettre une inversion durable du nombre des demandeurs d'emploi. Pour autant, la situation est stabilisée... même si ce fait ne saute pas automatiquement aux yeux.

Si, cette fois, on tient compte des catégories « B et C » (chômeurs ayant eu une activité plus ou moins réduite), le nombre des demandeurs total en catégories « A, B, C » progresse de 0,6% sur un mois (+ 31.200), de 0,9% sur trois mois (+48.600) et de 2,3% sur un an. Si l'on tient compte des DOM, les demandeurs d'emplois inscrits dans ces trois catégories atteignent le nombre de 6.589.600 (6.255.900 pour la seule France métropolitaine).

Des données très (trop) fluctuantes

On le voit donc, d'un mois à l'autre, la courbe du chômage fluctue à la hausse ou à la baisse mais il y a aussi de nombreux transferts entre les différentes catégories de demandeurs d'emploi. Il suffit par exemple qu'il y ait un peu plus de radiations administratives, de défauts de mise à jour des dossiers, de conclusions de CDD courts - qui jouent un rôle très important sur les fluctuation du chômage étant donnée la structure du marché du travail - pour que le nombre des demandeurs d'emploi baissent... Et il suffit aussi que des demandeurs d'emplois en nombre conséquent retrouvent "un petit boulot" pour que la catégorie "A" baisse et, à l'inverse, que la "B" augmente.

Le taux de chômage, paramètre le plus sérieux

C'est d'ailleurs pour cela que les données du ministère du Travail ne sont pas prises en compte dans les comparaisons internationales. Celles-ci ne s'intéressent qu'aux données fournies par l'Insee qui s'appuient sur une enquête trimestrielle auprès d'environ 110.000 personnes. Ainsi, sur la base des critères déterminés par le Bureau international du travail (BIT), l'Insee considère comme chômeur une personne de 15 ans et plus qui n'a pas travaillé au cours de la semaine de référence, est disponible pour travailler dans les deux semaines qui suivent et recherche activement du travail. Cette enquête permet de déterminer un taux de chômage qui constitue le paramètre le plus pertinent car il permet de gommer les effets démographiques

Ainsi, le taux de chômage a baissé de 0,4 point au premier trimestre 2017, pour atteindre 9,3% de la population active en métropole et 9,6% sur toute la France. Soit son plus bas niveau depuis le début en 2012 du mandat de François Hollande..

La nouvelle ministre veut revoir les règles de publication

Consciente du problème que pose la publication mensuelle des données du ministère du Travail sur le nombre des demandeurs d'emploi, la nouvelle ministre du Travail, Muriel Penicaud a décidé de ne pas commenter ces données. En revanche, dans un communiqué elle annonce vouloir engager un débat sur la façon de mieux éclairer le public sur ces données concernant le chômage:

"Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi, dans toutes les catégories, peut être affecté, chaque mois, par différents événements de nature administrative, entraînant une fluctuation des inscriptions qui ne reflète pas bien l'évolution du marché du travail. La périodicité mensuelle de cette donnée entraîne par ailleurs une volatilité structurelle de l'information qui brouille plus qu'elle n'éclaire les tendances de fond sur le niveau de chômage [...] En s'appuyant sur les rapports de grande qualité déjà existants sur cette question, la ministre saisira, dès les prochains jours, les autorités et organismes compétents de façon à réfléchir, avec eux, aux moyens de mieux éclairer le débat public à l'avenir, dans un double objectif de pertinence et de transparences accrues."

On ne peut en effet que souhaiter une évolution sur la publication des données concernant le nombre des demandeurs d'emploi. Peut-être que des données trimestrielles seraient suffisantes ? Sachant que les experts estiment qu'une période de trois mois permet de dégager une vraie tendance, ce qui n'est pas le cas avec des données mensuelles.

Jean-Christophe Chanut

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 26/05/2017 à 12:01
Signaler
Pour les chômeurs de plus de 55 ans c'est impossible de retrouver du travaille parcque trop vieux sur le marché du travail

à écrit le 26/05/2017 à 11:53
Signaler
Moin de chômage d'accord mais pas avec la croissance que l'on a en France il faut une meilleure croissance pour redonner de l' emploi'et aussi plus de création d'entreprise tant que l'on aura pas cela on ne s'en sortira pas

à écrit le 26/05/2017 à 10:44
Signaler
la France oscille entre 9 et 11% de chômeurs en catégorie A, depuis très longtemps. Ce taux agit comme un épouvantail contre les salariés, qui du coup acceptent de beaucoup travailler sans avoir trop d'exigences. Il en résulte que la France a la meil...

à écrit le 26/05/2017 à 9:12
Signaler
On ne peut que regretter la disparition voulue par les gouvernements du début des années 60 de l'apprentissage à 14 ans car l'impact sur le taux de chômage serait bien supérieur car il n'y a pas péréquation entre les demandeurs d'emploi et les emploi...

à écrit le 25/05/2017 à 8:01
Signaler
encore un mensonge d'état a savoir m hollande a par trois fois en cinq ans modifier les donnes des chomeurs et en deux le nombre de mise a la retraite a augmente au lieu de se contente de poucentage comme celui des élections ou les bulletins bl...

le 25/05/2017 à 10:52
Signaler
N'oubliez pas la on prise en compte dans les chiffres, pour les chomeurs entrés en formation + ou - bidon: ex Programmation Neuro Linguistique...

le 25/05/2017 à 11:37
Signaler
Ces chômeurs qui n'apparaissent pas dans les statistiques, l'Insee les a comptées, ils sont 1,5 million Il faut les ajouter aux 2,7 millions recensés tous les trois mois par l'Insee. Ce qui revient à 4,2 millions de chômeurs (source: France TV In...

le 25/05/2017 à 19:01
Signaler
Attention aux pseudo sciences, à la patapsychologie ( cf MIVILUDES / COUR des COMPTES) vendues par des charlatants dans le cadre de formations

le 26/05/2017 à 8:17
Signaler
Il n'y a aucun controle sur la formation déstinée aux chomeurs ni pas les DIRRECTE ni par Pole Emploi ( Cf le dernier rapport de la Cour des Comptes) Certaines formations sont de pures escroqueries, sans AUNCUNE base scientifique bienau contraire. ...

le 27/05/2017 à 7:56
Signaler
La PNL est une arnaque aussi bien présentée que celle de Madoff venue elle aussi des US....

à écrit le 25/05/2017 à 7:22
Signaler
L'indicateur qui serai réellement intéressant, ce serai plutôt celui de l'évolution du taux de CDI. Quelqu'un en CDD sort du taux de chômage alors qu'il va y revenir rapidement. Il faudrait y ajouter celui de création d'entreprise par des chômeurs. V...

le 26/05/2017 à 9:19
Signaler
Le seul signal intéressant est le nombre d'actifs en France qui n'a jamais cessé même en 2008 d'augmenter. Donc la notion de chômage est bidon, il s'agit simplement (mot tabou) de répartir les emplois et le nombre d'heures travaillées. 2 personnes...

à écrit le 25/05/2017 à 7:02
Signaler
Cela fait environ 30 ans que le taux varie de 8 à 10% et c'est aujourd'hui qu'on nous dis que ce n'est pas supportable. Pourquoi les entreprises voudraient-elles recruter des chômeurs que l'état à fait passer pour des fainéants au cours du dernier qu...

à écrit le 25/05/2017 à 6:06
Signaler
Il fait beau et le chômage baisse! C'est depuis que Hollande a décidé de ne plus se représenter aux élections présidentielles!

à écrit le 25/05/2017 à 4:40
Signaler
A lire la bouillie de cette ministre, on comprend mieux pourquoi elle a ete selectionnee. On ne comprend rien a sa loghorree et c'est le but recherche. Trafiquer les donnees mensuelles est une tradition dans cette monarchie republicaine.

à écrit le 25/05/2017 à 0:24
Signaler
Les européens ne sont-ils pas en procès pour destruction de l'existence au titre de retard de paiement des allocations? Lorsqu'on publie une politique d'offre, fait-on en réalité en réalité une inflation de mots, de normes et une répression du trava...

à écrit le 24/05/2017 à 23:40
Signaler
Si on entend vox populi vox dei, peut-on autoriser en démocratie une forme de totoisme administratif ou de cacaisme qui affirme que plus on écrit gros sur le papier plus on fait de croissance, mais plus on obtient une norme d'écrire gros et plus on r...

à écrit le 24/05/2017 à 22:51
Signaler
Les Européens sont-ils ébahis par l’imbécilité de leurs responsables si on publie que l’Europe aurait une masse monétaire de 4 fois celle des USA ? Lorsqu’on propose une saine gestion par l’offre, les citoyens ont-ils un retour sur investissement soc...

à écrit le 24/05/2017 à 22:34
Signaler
Si en Europe le chômage est publié comme étant supérieur aux USA, peut-on cautionner si on a des valeurs humaines qu'on publie que la masse monétaire y serait de 4 fois celle des USA sans qu'un chef de cantine qui fait du mauvais travail ne puisse êt...

à écrit le 24/05/2017 à 21:46
Signaler
La baisse du nombre de chômeurs est-ce un poisson d'Avril, comme si on publie que le pib serait une prestidigitation, n'est-ce pas très drole?

à écrit le 24/05/2017 à 21:38
Signaler
Si Walras est né en France, l’économie européenne est-elle le fait d’une conversation de palais déconnectée des faits ? Fait-on de l’inflation des prix pour frustrer les ménages dans leur consommation ? Ne devrait-on proposer en société civile un exa...

à écrit le 24/05/2017 à 19:15
Signaler
@ BONSOIR : Encore un mensonge .... Combien de chômeurs ont été tout simplement virés de la liste des demandeurs d'emploi par POOL EMPLOI ?

à écrit le 24/05/2017 à 18:55
Signaler
Vu (cassez au maximum au regard de la situation du chômeur), ça va pas être facile ( grimacez en détournant le regard). On peut rien pour vous. ( Soupirez fortement ). Vous pouvez essayer l'Allocation Adulte Handicapé. 850 € c'est mieux que le RSA. C...

le 25/05/2017 à 8:12
Signaler
C'est à peu près ça: ne nous demandez rien, on s'occupe de rien !

à écrit le 24/05/2017 à 18:42
Signaler
Et bien regardons sur les trois derniers mois et sur les 12 derniers mois pour les catégories A+B+C en France (y compris Drom), mon point de mesure depuis longtemps Source: http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/etudes-e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.