« Chez beaucoup de nos voisins, les jeunes bénéficient d'un revenu minimum », Louis Schweitzer

 |  | 1205 mots
Lecture 6 min.
Louis Schweitzer a été élu aux fonctions de président par intérim de la Fondation nationale des Sciences Politiques au mois de janvier.
Louis Schweitzer a été élu aux fonctions de président par intérim de la Fondation nationale des Sciences Politiques au mois de janvier. (Crédits : Reuters)
ENTRETIEN. Louis Schweitzer, actuel président du comité national d'évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, estime que "les mesures actuelles [du gouvernement pour freiner la pauvreté] devraient être complétées par d'autres dispositifs visant les plus vulnérables comme les jeunes". Ce groupe d'experts piloté par France Stratégie propose dans son dernier rapport de mettre en place un revenu de base pour les jeunes de 18 à 24 ans "les plus démunis".

LA TRIBUNE - Quels sont les grands enseignements du dernier rapport du comité d'évaluation ?

LOUIS SCHWEITZER - Le comité a d'abord regardé si les mesures adoptées dans la Stratégie de 2018 avaient été effectivement mises en œuvre. Il a constaté qu'elles avaient été inégalement appliquées. Certaines avaient complètement été mises en œuvre, la plupart ont commencé à être appliquées et certaines ont été tout simplement abandonnées comme le revenu universel d'activité (RUA).

> Lire aussi : Covid 19 : le comité de lutte contre la pauvreté tire la sonnette d'alarme

Quel est l'impact de la prime d'activité sur la pauvreté ?

La prime d'activité a eu un impact très important sur le nombre de personnes pauvres en 2019 selon des chiffres encore provisoires. Elle a réduit la proportion de personnes pauvres de 0,7 point. Le total de personnes pauvres est de 14,3% en France. Il faut néanmoins rappeler que la prime d'activité ne bénéficie qu'aux personnes ayant un salaire supérieur à 0,5 SMIC. Elle ne touche pas les plus pauvres.

La prime d'activité s'applique au profit d'actifs pauvres car elle peut toucher les actifs à temps partiel. C'est un dispositif bienvenu car beaucoup de personnes à temps partiel ont vu leur temps de travail diminué. La prime d'activité est tout à fait justifiée et pertinente. Le comité aurait souhaité qu'elle soit complétée par des mesures en faveur des plus pauvres. Dans ce domaine, il y a eu une subvention exceptionnelle de 100 millions d'euros pour les associations qui luttent contre la pauvreté. Cette somme est beaucoup plus faible que les charges supplémentaires assumées par ces associations. Il existe un autre problème majeur. Un tiers des personnes qui auraient le droit aux prestations destinées aux plus pauvres, notamment le RSA, n'en bénéficient pas.

Par ailleurs, les mécanismes de chômage partiel et de différé de l'assurance-chômage ont bénéficié d'abord aux personnes qui avaient une activité relativement bien rémunérée. Ceux qui vivaient de petits boulots à temps partiel n'ont pas bénéficié de mesures spécifiques pour compenser l'impact de la crise. Or ces personnes qui avaient des petits boulots souvent à temps partiel ont été particulièrement affectées par la crise.

Comment expliquez vous un tel niveau de non-recours de certaines prestations ?

Les démarches sont parfois compliquées pour ces personnes. Elles ne savent pas toujours que ces droits existent. La quantité de documents à remplir peut être décourageante. Un des objectifs majeurs de stratégie de lutte contre la pauvreté doit être que les personnes qui ont droit à des prestations puissent en bénéficier. L'une des mesures recommandée par le comité est de renforcer tous les moyens pour approcher le plus faible taux de non-recours. Tous ceux qui ont droit à des mesures d'aides contre la pauvreté doivent en bénéficier effectivement.

> Lire aussi : Le non-recours aux aides sociales, l'envers invisible de la fraude sociale

Les jeunes ont particulièrement souffert depuis le début de la pandémie. Êtes-vous favorable à une extension du RSA aux jeunes de moins de 25 ans ?

Dans le dernier rapport, le comité propose une mesure pour accorder un revenu minimal aux jeunes de 18 à 24 ans. Il suggère que ce régime soit rendu cohérent avec le régime des étudiants. Le dispositif doit s'appliquer autant aux étudiants, aux jeunes qui ne sont ni en emploi ni en formation (NEET) et les jeunes qui ont de très faibles ressources issues du travail. Il s'agit d'un système unique applicable aux jeunes. Ce système prendrait en compte le soutien familial quand celui-ci peut s'exercer. Il n'y a pas de raison de traiter différemment sur ce point une personne qui fait des études ou une personne qui a un petit boulot ou est au chômage. La proposition du comité est d'avoir un régime homogène, cohérent pour toutes les catégories des jeunes de 18 à 24 ans. Chez beaucoup de nos voisins, les jeunes de 18 à 24 ans bénéficient d'un revenu minimum. En revanche, ce n'est pas vraiment un RSA car cette proposition prend en compte la solidarité familiale. Beaucoup de jeunes de 18 à 24 ans n'ont pas de revenu propre mais ils bénéficient de fait de la solidarité familiale.

> Lire aussiPhilippe Aghion : « Macron doit absolument créer le revenu d'insertion pour les jeunes »

Quelles pourraient être les répercussions de la pandémie sur la pauvreté ?

Pour le moment, il n'existe aucune donnée chiffrée. Les dernières remontent à 2019. Cet été, les chiffres provisoires devraient sortir pour 2020 et des chiffres plus complets devraient sortir en 2022. C'est pourquoi nous allons à l'automne 2021 faire une note spéciale sur les conséquences de la pandémie. Les associations et réseaux associatifs ont noté dans leurs études ou leurs activités comme la distribution de repas gratuits qu'il y avait une hausse significative du nombre de personnes qui avaient recours à leurs services.

Il y a eu également une forte hausse du nombre de bénéficiaires du RSA. Cette hausse n'est pas tellement liée à de nouveaux arrivants dans le RSA. Les gens ont plus de mal à sortir de leur situation de pauvreté. Ces effets indiquent que la France devrait connaître une hausse de la pauvreté. Cet accroissement devrait se poursuivre en 2021. Les mesures spécifiques au chômage partiel vont disparaître alors que les effets de la crise vont se prolonger. La crise devrait toucher de nouvelles personnes en situation de pauvreté. Je pense notamment aux indépendants et aux patrons de petites entreprises. Beaucoup, parce que leur entreprise était déjà fragile avant la crise, n'ont pas pu profiter des prêts spéciaux accordés aux chefs d'entreprise dans le cadre de la lutte contre les conséquences de la pandémie.

> Lire aussiLa France comptait 9 millions de pauvres en 2019, le pire à venir ?

La stratégie adoptée par le gouvernement pour tenter de freiner la pauvreté depuis le début de la pandémie vous paraît-elle à la hauteur des enjeux ?

Il y a plusieurs phases. Dans les premières mesures annoncées en juin 2020, la situation des pauvres n'avait pas été prise en compte. A l'automne 2020, le gouvernement de Jean Castex a pris un certain nombre de mesures significatives orientées vers les personnes pauvres. Ces mesures pour l'essentiel ne touchaient pas les pauvres parmi les pauvres. Je pense que les mesures actuelles devraient être complétées par d'autres dispositifs visant les plus vulnérables comme les jeunes. Si en moyenne le taux de pauvreté est de 14,3%, il atteint plus de 20% chez les jeunes. Ces derniers qui démarrent dans la vie professionnelle sont touchés plus que d'autres par la pandémie.

Les familles monoparentales traversent également une période extrêmement difficile. 35% des familles monoparentales sont en situation de pauvreté. Dans ces familles, la pandémie a des conséquences graves. Lorsque les écoles ou les systèmes de garde sont fermés, les capacités de travailler diminuent encore pour les parents uniques. Il s'agit d'une situation spécifique de personne particulièrement affectée par la pauvreté.

Propos recueillis par Grégoire Normand

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2021 à 2:30 :
Chez nous en FRANCE beaucoup de jeunes ont un revenu plus que minimum intitulle des postes a pourvoir DEALER GUETTEUR pour point de deal
a écrit le 07/04/2021 à 15:43 :
"Chez beaucoup de nos voisins, les jeunes bénéficient d'un revenu minimum », Louis Schweitzer"
Chez beaucoup de nos voisins on paye moins d'impot.
Chez beaucoup de nos voisins, la taux de prélevement est inférieur.
Chez beaucoup de nos voisins,Il n'y a pas d' impot sur la fortune meme immobilière
Chez beaucoup de nos voisins, la TVA est plus basse;
Chez beaucoup de nos voisins, on ne paye pas de TVA sur les taxes
Chez beaucoup de nos voisins, il n'y a pas autant d'aide sociales.
Chez beaucoup de nos voisins, il n' y pas autant d' impots sur les sociétés.
de moi.....
etc etc,
trop facile comme argument appris à Sciences PO. Je généralise quand ça m arrange, je particularise quand ça m' arrange.
Réponse de le 08/04/2021 à 6:14 :
Chez beaucoup de nos voisins ces éminences grises n’auraient pas une parole publique relatée dans les medias
a écrit le 07/04/2021 à 13:54 :
Il arrive le revenu universel ... à grands pas !!! L'instrument du nouvel ordre mondial pour maintenir les populations dans la pauvreté et la précarité. D'abord chez les jeunes, ensuite chez tous les autres. Question : aura t on vraiment encore besoin d'une éducation nationale ?
Réponse de le 08/04/2021 à 14:19 :
Vous vouliez plutôt dire "a t'on encore" après tout nos enfant doivent seulement savoir compter jusqu'à la somme que la caf leur versera tout les mois, vu que notre pays veut pas de travailleur...
a écrit le 07/04/2021 à 13:53 :
France Stratégies, un machin de gauche juste bon à prendre l'argent des autres pour le redistribuer. Mais au-delà de discours orientés, ne produit rien de concret pour augmenter la richesse du pays
Réponse de le 07/04/2021 à 16:36 :
Les machins de droite font la même chose : ils prennent l'argent des pauvres pour ce l'approprier (via les subventions de leurs entreprises, les niches fiscales, le dumping...). La majeur partie de la richesse créée est investie à l'étranger, ou sert à engraisser une caste d'agents publics improductifs.
a écrit le 07/04/2021 à 13:22 :
c'est marrant, ce sont les mêmes potos de multinationales que l'on nomme pour parler des pauvres....

En ce sens, cela dit du capitalisme qu'il y a ici..... cynisme, impotence et captation du pouvoir symbolique.

Lorsque l'on sait que pendant 20 ans un cadre de renault est resté discriminé, disons que parler a la place des gens concernés est un métier!!! prochaine étape , l'assoc de l'abbé pierre lorsque l'on voit qui l'a repris, ce qu'il fait dans les hôpitaux bref, la fête au village.

Alors si l'on ajoute le fait que les grands perdants sont justement les pauvres qui eux n'ont pas été financés, comme citoyen (puisque ce sont les entreprises) cela montre bien que le monsieur et sa cliqua espère manger l'espace médiatique pour permettre a ses potes de se goinfrer plus !!!!

trop fort le cynisme made in france!
a écrit le 07/04/2021 à 10:47 :
on insere les gens par le TRAVAIL, pas par la distribution d'argent de poche
faut former les gens a avoir un travail, au lieu d'offrir le bac+8 a 145% de la population d'illetres et de former des specialistes des comportements des macaques en chine antique........
et la y a une solution c'est de l'apprentissage
ca tombe bien, les amis socialistes de schweitzer appliquent cyniquement les plans de lenine; suffit de voir ce qu'on fait belkhacem et montebourg; il faut interdire aux gens d'etre formes, et il faut leur interdire d'avoir un emploi, comme ca ils ont besoin de l'etat providence socialiste
Réponse de le 07/04/2021 à 12:02 :
Tu vas trop loin dans la désinformation là, l'argent de l'apprentissage et de la formation est d'abord et avant tout détourné par les entreprises, pour savoir comment faire tu as internet pout te l'expliquer en détail, rien de plus facile.

Par ailleurs former les gens à être encodeurs ou maçon parce que le marché l'exige c'est continuer de toujours plus dégouter les gens au travail et donc toujours plus accentuer ce rejet du travail.

Enfin si tu veux te former à un métier qui te plait, même si tu n'as rien tu n'auras pas droit à assez d'aide te le permettant, sauf si tu veux être encodeur ou maçon bien évidemment, t'obligeant à solliciter tes proches d'une façon ou d'une autre et si tu n'en as pas tu ne le peux pas.

Enfin tu oublie que avant cette criose, du fait du dumping social mondial et européen la france était déjà au stade du chomage de masse vu que la première des priorités den ous gouvernants n'est pas de lutter contre le chomage sur le terrain mais seulement dans les statistiques virant de ces dernières tant de personnes, le parcours pôle emploi t'y incitant fortement.

Tiens pôle emploi, encore une aberration totale sur laquelle il faudrait faire des enquêtes tellement eux aussi participe à la mort du travail... bref on est plus dans les années 80, réveilles toi, tu dis bien souvent des trucs interessants mais tu ne veux tellement pas te mouiller parfois que cela en est totalement indécent puisque l'apprentissage c'est tout ce dont nous parles depuis des décennies tous nos politiciens que tu conspues régulièrement. T'inquiètes tu ne rouilleras pas.
Réponse de le 07/04/2021 à 12:35 :
C'est plus ou moins ça...
J'ajouterai que dans un pays qui a le record de transferts sociaux quand on propose des nouvelles allocations il faudrait avoir la dignité de proposer des baisses pour d'autres allocations existantes au moins equivalentes. Sinon on continue de plonger dans l'enfer ultra-social français habité par des humains sans volonté et sans initiative.
Réponse de le 07/04/2021 à 13:03 :
"C'est plus ou moins ça..."

Te mouilles pas trop toi non plus hein surtout, on sait jamais... -_-

Les mecs plutôt que de prêcher une croyance informe exprimez réellement votre pensée svp, merci.
Réponse de le 07/04/2021 à 13:52 :
@churchill
le seul probleme c est que le travail en france est rare et surtaxé car il faut bien payer des cures et des retraites elevees aux boomers


C est sur que la solution c est pas l assistanat mais il faut commencer par le debut : mettre a la diete les vieux !
Le taux de pauvrete chez les jeunes est le triple de celui des retraités. Il n est pas normal que quelqu un qui travaille doive viovre dans sa voiture alors que quelqu un qui ne fait plus rien depuis 15 ans puisse se payer des croisieres a l autre bout du monde ...
Réponse de le 08/04/2021 à 13:46 :
La seule valeur qui compte est le travail. Plutot que de donner 500E a des jeunes en leur disant "tiens ! et maintenant ferme ta gueule", et dans le même temps dire aux entreprises "on te taxe de 500E de + pour financer qqun à rien faire", ce serait bien mieux de se casser les méninges pour rendre le pays attractif. Pourquoi ne pas diminuer les charges d'emplois de 500E pour la remise à l'emploi des jeunes ? Pourquoi ne pas protéger des secteurs d'activités pour rapatrier des emplois? Pourquoi ne pas arrêter de faire faire nos emplois par des immigrants et travailleurs détachés avec un dumping social? On creuse notre tombe avec ce type de raisonnement.
Réponse de le 08/04/2021 à 13:58 :
Simple exemple. Au Québec, pour travailler dans la construction il faut obligatoirement être membre du syndicat de la construction. Aucun étranger autorisé à faire de la construction sans être au standard social du Québec et affilié au syndicat (le terme étranger inclut un canadien qui ne soit pas du Québec, donc pas de travail détaché depuis autre province canadienne). Taux horaire d'un maçon actuellement : 41 $/h (env 6000$ brut par mois). Dans le même temps, le Québec subventionne les emplois de codeurs, avec l'objectif affiché d'attirer les emplois du secteur des jeux vidéos. Depuis, les entreprises françiases comme Gameloft et Ubisoft se sont massivement implantées à Montréal et y déplacent des emplois venant de France. Subventions de 37.5% du salaire. Le pire, c'est que selon le fisc québecois cela est rentable et permet un retour final de 10.6% de rentrées fiscales nettes puisque cela permet de créer de nouveaux emplois à haut salaire, et des nouvelles entreprises, générant de nouvelles rentrées fiscales. Bref, ils génèrent et protegent leurs emplois. Pendant que la France, dans le même temps, va taxer encore plus ses entreprises pour les voir partir ou faire faire le travail par des travailleurs détachés. Affligeant!
Réponse de le 08/04/2021 à 14:34 :
"Pourquoi ne pas diminuer les charges d'emplois de 500E pour la remise à l'emploi des jeunes ? Pourquoi ne pas protéger des secteurs d'activités pour rapatrier des emplois?"

C'"est ce que je n'arrête pas de dire mais en attendant cela ne se fait toujours pas, nos dirigeants politiques et économiques en sont même à l'opposé et on impose aux jeunes d'aller chercher un travail qui n'existe pas, or dans le doute on s'abstient on ne coure pas au massacre. L'humain est encore doté d'un cerveau, que de temps en temps il l'utilise semble logique.

Le dumping social étant une des mamelles de l'UE cette dernière n'a absolument rien à proposer aux actifs donc il n'y a aucune raison que nos jeunes partent à la boucherie en attendant que l'UE sorte enfin du déclin et quand cela arrivera on le verra c'est sûr et certain. Autant précipiter ce déclin que de l'alimenter en permanence. Le travail plaisir est une vérité, le travail salaire est un fléau.
a écrit le 07/04/2021 à 10:38 :
La réalisation du dernier rapport du comité d'évaluation est réalisé donc attendons le suivant..
a écrit le 07/04/2021 à 10:33 :
Avant notre appartenance a l'union on ne pouvait que nous envier, maintenant nous sommes le pays qui envie les autres!
a écrit le 07/04/2021 à 10:16 :
Le droit français impose aux parents une responsabilité d'assainie à leurs enfants fussent-ils majeurs.. Avons-nous autant d'orphelins que cela en France? Ne pourrions-nous pas aussi, ponctionner les successions des parents à égalité des montants qu'ils n'ont pas voulu engager pour leurs enfants? Les banques ne prêtent-elle pas aux jeunes méritants (les étudiants)? L'état au besoin pourrait prêter des sommes aux jeunes en attente de remboursement sur les premiers salaires -vous verriez les prétentions des demandeurs fortement diminuer s'il était question de rembourser..-. Je suis pour ma part très choqué de voir de façon sempiternelle l'assistance de l'état (c'est à dire de la Nation) recherchée, casser la valeur-travail et le sentiment d'urgence qui doit prévaloir pour quelqu'un qui doit s'insérer dans notre société.. Restera bien sûr, à gérer de façon digne les cas particuliers (tout le monde est d'accord pour que la Nation prête assistance aux cas douloureux, (pas de procès d'intention à raz les pâquerettes svp..).
Réponse de le 07/04/2021 à 15:01 :
L etat finance les cures et paient des retraites sans commune mesures avec les cotisations (pensez qu un retraité va vivre quaisment autant qu il a travaillé, les gens mourant aux alentour de 90 ans)

Donc oui, il est abehrrant d assister tous le monde mais comme on a choisit de sacrifier les jeunes pour assurer une vieillesse dorees aux boomers, il faut bien leur donner un os a ronger pour qu ils ne se revoltent pas
a écrit le 07/04/2021 à 9:53 :
Un revenu universel reposant sur la nécessité de consommer local ou au moins français permettrait de sortir les gens de la pauvreté tout en replaçant l'économie au sein d'une stratégie pérenne à long terme. Même s'il est évident qu'avec le peu que touchent les bénéficiaires des minimas sociaux leur marge de manoeuvre est étroite, donc il faut donner plus, vu que le travail est devenu une aberration totale ne se reposant plus que sur des cas particuliers, il faut être soit aveugle soit idiot pour ne pas le voir, mais imposer que cet argent serve aux entrepreneurs français et aux vrais pas aux très nombreux qui font semblant. A terme nous pourrions atteindre une économie nationale particulièrement épanouissante surtout que des usines coréennes par exemple qui produiraient en France en respectant les salariés et l'environement pourraient être totalement intégrés au principe. Mais c'est sûr les allemands ne seraient pas contents et plus largement tout ces mégas riches qui s'engraissent sur le dos du monde en ronflant.
Réponse de le 08/04/2021 à 14:15 :
Il y a d'autres moyens de sortir les gens de la pauvreté que de creuser le trou des dépenses publiques. Au Canada, chaque province à son propre syndicat du travail de la construction qui interdit à quiconque de travailler dans ce secteur sans y être membre, être au même niveau social, ce qui interdit le travail détaché entre les provinces. Le salaire d'un maçon au Québec est de 42$/h. Certaines activités agricoles (lait, oeuf, poulet...) sont sous le régime du contrôle de l'offre, ce qui oblige à produire localement à un prix préalablement garanti permettant d'assurer un salaire décent. Les activités de pêches sont réservés à des pêcheurs propriétaires, ce qui interdit les grandes compagnies de pêches possédant plusieurs bateaux, les quotas sont définis par le ministère et ses scientifiques, et le prix de vente est garanti par une entité regroupant industriels, pêcheurs et gouvernement (homard, crabes, coquillages). le transport de vrac a des tarifs définis, et est assuré à des associations de travailleurs devant être membres en règle (pas de travail détaché). Le recours à des travailleurs étrangers n'est autorisé qu'après une démonstration qu'aucun travailleur national n'est apte et disposé à faire le travail, sans quoi le permis de travail est refusé. Les travailleurs étrangers autorisés venant de l'extérieur doivent être au conditions sociales locales, logés par l'entreprise, et leur permis de séjour expire à la fin de leur mission et l'entreprise doit les rapatrier dans le pays d'origine à ses frais. Le gouvernement à une politique clairement favorable au developpement industriel, réduisant les nuisances pour les entreprises, favorisant l'attractivité des usines, et évitant les dépenses superflues qui imposeraient de rendre le pays moins attractif. Il faut dire que le Canada a été proche de la faillitte il y a quelques décennies, il fait des efforts pour ne pas y retourner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :