Chômage : les craintes des Français s'amplifient

 |  | 1019 mots
Lecture 5 min.
Selon cette étude réalisée par Elabe, 73% des personnes interrogées jugent ainsi que la situation de l'emploi se dégrade. Un chiffre qui bondit de 27 points par rapport à la première vague du baromètre réalisée avant le confinement et publiée en avril.
Selon cette étude réalisée par Elabe, 73% des personnes interrogées jugent ainsi que la situation de l'emploi se dégrade. Un chiffre qui bondit de 27 points par rapport à la première vague du baromètre réalisée avant le confinement et publiée en avril. (Crédits : Reuters)
La crise du Covid-19 a fortement accentué les craintes des Français pour l'emploi, plus de 7 Français sur dix estimant que la situation se dégrade, selon un baromètre Unédic de la perception du chômage publié ce jeudi.

Le spectre du chômage de masse prend de l'ampleur dans la tête des Français. Selon le dernier baromètre de l'Unédic réalisé par Elabe et publié ce jeudi 24 septembre, 73% des répondants estiment que le marché du travail s'est dégradé. Il s'agit d'une très forte hausse par rapport à la dernière enquête (+27 points). À l'opposé, 23% des personnes interrogées jugent que le marché du travail est resté le même (-16 points) et seulement 4% pensent qu'il s'est amélioré (-11 points).

La propagation du virus sur l'ensemble du territoire depuis le printemps a plongé l'économie française dans l'incertitude la plus totale. Des millions de salariés se sont retrouvés en chômage partiel en seulement quelques jours. Avec la mise sous cloche de secteurs entiers comme la restauration ou l'hôtellerie pour limiter la propagation du virus, l'activité tricolore a enregistré une chute brutale et violente pendant les huit semaines de confinement avant de pouvoir redémarrer progressivement. Depuis la rentrée et la résurgence du virus, les craintes se multiplient dans la population active.

> Lire aussi : La crainte d'une seconde vague menace la reprise économique

Un sentiment qui traverse toutes les catégories

Ce...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2020 à 19:44 :
pas d'angoisse, vous aurez le revenu universel, mais avec la reconnaissance faciale
attention ! cracher dans la rue -50e, traverser hors des clous -50e, laisser une crotte
de chien -50e etc.... vous verrez comme vous deviendrez docile....
Réponse de le 26/09/2020 à 18:19 :
2016 :
Le projet Aadhaar, porté par le gouvernement indien, a déjà numérisé les empreintes digitales, les iris et le visage de plus d’un milliard d’habitants. Objectif annoncé : intégrer l’ensemble des Indiens dans les registres de l’administration, ce qui faciliterait la redistribution d’aides sociales. Mais le système éveille les craintes d’une surveillance de masse destinée, un jour, à contrer toute contestation sociale ou politique. Dans le même temps, les acteurs de ce secteur en pleine expansion, comme l’entreprise française Safran qui a raflé le marché indien, exportent leurs systèmes de fichage biométrique sur tous les continents.
a écrit le 24/09/2020 à 17:20 :
Avec de tels résultats des sondages (3000 personnes interrogés parmi le public et 1500 qui sont à Pole Emploi, donc nombres assez représentatifs; référence site Elabe), il est difficile de comprendre pourquoi tout le monde est dans la rue lorsque les gouvernements successifs veulent réformer le code du travail et les règles de l'Unedic.
Cordialement
a écrit le 24/09/2020 à 17:18 :
Retraités en couple, économisez. Ce gouvernement avec la réforme des retraites va vous faire perdre beaucoup, beaucoup d'argent sur la pension de réversion. On le voit déjà comme il veut taxer arbitrairement et injustement les véhicules électriques non polluant en leur imposant maintenant une taxe au poids supérieur à 1400 kg.
a écrit le 24/09/2020 à 16:32 :
le chômage ne nous guette pas, il nous est promis.....
économisons, pas d'autre solution.... laissons les riches rentiers dépenser leur fric, ils sont à l'abri, pas les salariés ni les petits commerçants,artisans, indépendants......
a écrit le 24/09/2020 à 16:18 :
"Interdiction des licenciements"

Autant demander directement l'interdiction du capitalisme, ce serait bien plus intelligent efficace et productif à long terme permettant de changer un système à l'agonie, qui était intéressant mais qui a été rapidement pris en otage par les riches qui l'ont massacré du fait de leur exponentielle pathologie cupide.

Mais comment feriez vous vous autres syndicats sans le capitalisme !? Oh ben mince alors vous êtes 100% dépendant du "mal" que vous dénoncez tout le temps afin de vous faire gagner de l'argent.

Ensuite il est évident que si nos dirigeants politiques et économiques ne changent pas leur façon de penser ils nous mèneront forcément dans le mur. Mais pensent ils déjà ? Quelqu’un est il allé vérifier au moins ? Parce que nous attendons, nous attendons...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :