CICE, ISF, "flat tax"... Philippe étale les réformes sur deux ans, au moins

 |   |  1088  mots
Lors de sa déclaration de politique générale, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé le report d'un an (à 2019) de la transformation du CICE en baisse pérenne de cotisations patronales. Il en irait de même de la réforme de l 'ISF. Il s'est aussi montré très prudent sur le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation.
Lors de sa déclaration de politique générale, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé le report d'un an (à 2019) de la transformation du CICE en baisse pérenne de cotisations patronales. Il en irait de même de la réforme de l 'ISF. Il s'est aussi montré très prudent sur le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation. (Crédits : Reuters)
Dans son discours de politique générale, le premier ministre Edouard Philippe a précisé son calendrier fiscal. Le CICE ne sera transformé en baisse pérenne de cotisations patronales qu'en 2019. En revanche, la suppression des cotisations salariales chômage et maladie sera effective dès 2018.

Le parfait partage des tâches. Lundi 3 juillet, Emmanuel Macron a présenté devant le parlement réuni en congrès à Versailles sa vision du quinquennat avec un maître-mot : transformer la France.

Ce mardi 4 juillet, il revenait au Premier ministre Edouard Philippe, avec son discours de politique générale, de définir la feuille de route permettant de mener cette transformation du pays. L'ancien maire du Havre a voulu mettre ses pas dans ceux de deux de ces prédécesseurs, Jacques Chaban Delmas, le « père » de la « Nouvelle société », premier ministre de Georges Pompidou et Michel Rocard, le chantre de la "deuxième gauche", premier ministre de François Mitterrand. Il les a cités tous les deux en référence. Pour Edouard Philippe, les mots importants sont désormais le "retour de la confiance", le "courage" et "l'esprit de conquête".... Certes mais dans ces conditions, le discours d'Edouard Philippe, ne correspondait pas à ceux de Jacques Chaban-Delmas en 1969 et de Michel Rocard en 1988. On n'a pas retrouvé le souffle qui caractérisait les déclarations de politique générale de ces deux anciens premiers ministres.

L'allocution d'Edouard Philippe tenait davantage du catalogue des mesures qui seront mises en œuvre durant le quinquennat dans absolument tous les domaines : fiscalité, relations sociales, politique culturelle, transitions écologique et numérique, relance de l'Europe, etc.

Des mesures fiscales reportées d'un an, faute de marges budgétaires

A propos de la politique économique et fiscale, le Premier ministre a confirmé ce que le gouvernement laissait entendre depuis plusieurs jours. Faute de manœuvres budgétaires suffisantes, le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) ne sera finalement donc pas transformé en baisse pérenne de cotisations sociales patronales dès 2018. Il faudra patienter jusqu'en 2019. Il en va de même de la réforme de l'ISF - qui resterait redevable sur le seul patrimoine immobilier- et de l'instauration d'une « flat tax «  (au taux d'environ de 30% a indiqué le Premier ministre) sur les revenus financiers qui ne verront également le jour qu'en 2019.

En revanche, Edouard Philippe a assuré que la suppression des cotisations salariales chômage et maladie ainsi que la hausse parallèle de la CSG d'environ 1,7 point seront opérationnelles dès 2018. Ce qui permettra de « rendre 20 milliards d'euros aux Français, soit 250 euros pour un salarié au niveau du Smic ». Quant à l'impôt sur les sociétés, il sera ramené à 25% en 2022.

Maintenir le déficit sous la barre des 3% du PIB

Parallèlement, Edouard Philippe s'est engagé à respecter dès 2017 les engagements européens en ramenant le déficit public sous la barre des 3%. Un récent rapport de la Cour des comptes établissait qu'en 2017 la France était plutôt sur une trajectoire de 3,2%. Mais, en réalité, ce « dérapage » est traditionnel à ce moment-là de l'année dans l'exécution du budget. Les anciens ministres des Finances et Secrétaire d'Etat au Budget, Michel Sapin et Christian Eckert, avaient déjà prévu de geler ou d'annuler pour environ 7 milliards d'euros de crédits si cela était nécessaire pour revenir dans les clous. Le nouveau ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, devrait donc aisément trouver les marges suffisantes pour repasser sous la barre des 3%.

A plus long terme, Edouard Philippe s'est engagé, d'une part, à baisser la pression fiscale d'un point de PIB sur 5 ans et, d'autre part, à diminuer de trois points de PIB (soit environ 60 milliards d'euros) la dépense publique sur cinq ans. Pour ce faire, il compte actionner plusieurs leviers comme la modération salariale dans la fonction publique et la remise en cause de certaines missions dévolues à l'Etat. Il s'est aussi engagé à ce que son gouvernement présente une loi de programmation des finances publiques sur cinq ans à l'automne prochain.

Des lunettes pour tous...

Au chapitre de la protection sociale, le premier ministre a réitéré un engagement de campagne d'Emmanuel Macron en promettant que Le Régime social des Indépendants (RSI) serait supprimé en 2018 pour être adossé au régime général de la Sécurité sociale.

Il a confirmé que l'ensemble de vaccins préconisés pour la petite enfance seraient rendus obligatoires dès 2018 et il a indiqué vouloir aller vers un prix du paquet de cigarettes à 10euros. Autre promesse de campagne qui sera tenue, selon lui : tous les Français pourront accéder à des soins dentaires, au port de lunettes et aux prothèses auditives « sans reste à charge », d'ici la fin du quinquennat...

Sur les relations sociales, le Premier ministre n'a pas outre mesure insisté sur la réforme en cours du droit du travail, voulant laisser la concertation avancer. Il a rappelé que les ordonnances seraient prises « avant la fin de l'Été ». Il aussi confirmé que les chantiers des réformes de la formation professionnelle et de l'assurance chômage seraient ouverts dès l'automne et qu'une loi serait proposée au printemps 2018. Quant à la réforme annoncée des retraite instituant un régime unique par points, il faudra patienter jusqu'à la fin 2018.

Au chapitre des relations avec les collectivités locales, il a confirmé la tenue d'une première conférence nationale des territoires dès ce mois de juillet. En revanche, le Premier ministre s'est montré excessivement prudent sur le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des Français, annoncée par Emmanuel Macron, en se bornant à déclarer qu'elle serait entièrement effective à la fin du quinquennat "après concertation avec les collectivités".

Dans le domaine régalien, Edouard Philippe a repris et complété les propos présidentiels de la veille en confirmant qu'une loi quinquennale en faveur de la justice serait votée dès 2018, prévoyant notamment 15.000 nouvelles places de prison.

Edouard Philippe a continué d'égrener son catalogue de réformes et le calendrier qui va avec dans tous les domaines. Ainsi, il a rappelé qu'un grand plan d'investissement de 50 milliards d'euros serait lancé dans le domaine de la transition écologique, du développement des compétences, de la santés, des transports, etc. Il reviendra à l'économiste Jean Pisani Ferry d'élaborer ce vaste palan.

Un geste envers Nicolas Hulot

Enfin, petit clin d'œil à son ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot, le premier ministre a assuré que la « convergence disesel-essence serait atteinte avant la fin de la mandature". Il a aussi indiqué « vouloir arriver à la neutralité carbone d'ici 2050" et que plus "aucun permis d'exploration d'hydrocarbures ne sera accordé".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2017 à 15:18 :
la TRIBUNE JE LIS VOTRE CANARD DEPUIS 50 ANS EX BANQUE BOURSE DE PARIS ET AUTRES??IL SEMBLE QUE LE PETIT GROS POUR REJOINDRE JULIE SUR SA MEULE AIT OUBLIE LES 9 MILLIARDS DE PRIME ,LAISSES AU PETIT NOUVEAU???LES FRANCAIS ONT PRIS L'HABITUDE DES PASSATIONS DE POUVOIRS???JE PENSE QUE LE PERE MACRON ET SON EQUIPE DE CHOC...EN MARCHE ??NE DECEVRA PAS LES FRANCAIS???SINON LES FRANCAIS RISQUENT DE FAIRE DE LA //DEMARCHE///RETRAITE QUE SUIS-JE ??J'ATTENDS DE VOIR???MAIS MA PATIENCE A DES LIMITES..............
a écrit le 06/07/2017 à 10:50 :
Drôle d'esprit d'entreprise au gouvernement. Quand une entreprise enregistre une dérive de ses résultats elle commence par réduire ses dépenses, améliorer sa compétitivités prix et prestation et maintient ses projets stratégiques voir les accélère.
Ici c'est tout l'inverse: pas d'accélération des réductions de dépenses, lancement de dépenses nouvelles et report des projets stratégiques de rétablissement de la confiance et de la compétitivité fiscale du pays. Pour l'instant c'est le courage En Marche ARrière, EMAR!
a écrit le 06/07/2017 à 10:48 :
Les réformes sont comme la pâte, plus on l'étale, moins elle est épaisse, et plus les idiots utiles applaudissent. Ce gouvernement fera comme les autres: Rien. Il ne fera que ratisser l'argent qui reste, pour arroser ses sponsors, afin de financer sa prochaine campagne électorale, et de grandes gesticulations sociétales pour amuser la galerie pendant le hold-up sur le reste. Cela finira mal.
a écrit le 06/07/2017 à 9:55 :
J'aime bien ce "nouveau régime" digne de l'ancien : pour économiser entre 4 et 8 milliards d'euros pour être dans la barre des 3%: on en gèle 32 : ISF, CICE, T.H. etc...
Mais on n'oublie pas l'augmentation de la CSG, surtout pour les riches retraités disposant d'une pension de 1.600 euros bruts Mensuels (soit les 14.400 euros annuels de revenu fiscal de référence), ni l'augmentation des taxes carbone et une accélération de la convergence Essence/diésel, à la hausse évidemment.
Donc je repars après ce riche épisode électoral dans mon Algarve PORTUGAIS pour me mettre au "VERT" et en HIBERNATION FISCALE, au moins jusqu'en 2022.
Il est tellement bien ce MACRON que je ne doute pas que vous en serez satisfait, au moins pour.......l'image.
a écrit le 06/07/2017 à 8:00 :
Il faut laisser à ce Gouvernement le temps pour convenir aux orientations du Président Emmanuel macron.. ! Les gens pauvres et les "basses classes" doivent être ménagées et aidées par l'ensemble de la Nation..Attendons !!
Réponse de le 06/07/2017 à 11:02 :
Bien sur il ne faut pas toucher au statut des fonctions publiques al, etc.et des entreprises publiques EDF, RATP, régime des mineurs chez Total et leurs régimes de retraite spéciaux payés par le contribuable pour 60Mds par an (plus que la budget de l'Education Nationale)!
Macron était au gouvernement, a présenté un programme (bien soft!) en connaissance de cause, y compris le budget insincère. Qu'il fasse les transformations nécessaire s rapidement pour que l'enseignement apprennent les fondamentaux, que l'apprentissage, voie royale vers l'emploi, soit encouragé et développé, que plus d'équité entre public et privé soit instauré pour que les" basses classes" comme vous dites trouve un emploi et un projet de vie.
a écrit le 06/07/2017 à 6:40 :
Le catalogue des mesures, leur calendrier révèlent que ce gouvernement n'est pas prêt pour la réforme; on verra plus tard. S'il envisage bien une réforme indispensable du droit du travail et teste les syndicats, des questions se posent sur ce qui est le minimum souhaité par Macron en l'absence de débat avec la représentation nationale. Le gouvernement recule devant l'obstacle budgétaire 2017, tout au moins il avance masqué puisque les coupes sombres nécessaires en 2017 ne font l'objet d'aucune discussion avec la représentation nationale et seront décidées vraisemblablement entre technocrates.
a écrit le 05/07/2017 à 19:46 :
Il ne faut pas supprimer la taxe foncière par facilité. Mais il faut la recalculer en fonction de la date de construction. Je sais que cela va mettre à mal des propriétaires de belles maisons au Touquet et bien entendu ailleurs. Mais il faut la conserver pour la bonne gestion de nos communes.
a écrit le 05/07/2017 à 19:37 :
Je suis d'accord avec certains commentaires: le programme est très décourageant car le dégraissage du mammouth ne se fait pas et il y a de quoi faire dès maintenant en démantelant tous les comités Théodule en tous genres. Nous allons encore perdre beaucoup de temps.
Cordialement
a écrit le 05/07/2017 à 17:54 :
Si vous êtes retraité, aisé avec 1200 e par mois ,boum la CSG plein pot sur votre retraite,
fumeur boum le paquet à 10 e , propriétaire d'une voiture diesel boum le carburant à 1,40 le litre,bref le racket des vieux,des fumeurs et des automobilistes avec Mr Macron !
Réponse de le 06/07/2017 à 9:57 :
Merci et fort bien résumé.
a écrit le 05/07/2017 à 16:20 :
Il est très très regrettable que le CICE ne soit pas immédiatement remplacé par des baisses de charges qui pourraient bénéficier à toutes les entreprises patriotes,

le CICE ne profite qu'aux banques et aux multinationales qui défiscalisent à outrance tout en supprimant des emplois

Le 1er Ministre Philippe Edouard dispose de marges pour faire des économies ;

Par exemple, réduire de 75 % les effectifs de toutes les structures parapubliques inutiles contreproductives qui sont devenues obèses ces 20 dernières années

donc établir un régime ultra sec pour les CCI blas blas banquets qui portent les échecs de l'industrie et du Commerce durant ces 20 dernières années,

et vendre leurs biens immobiliers luxueux ruineux, reprendre leurs énormes sommes en cash dans les organismes de finance et d'assurance

donc établir un régime ultra sec pour les Agences blas blas banquets inutiles et contreproductives, agences Nationales, Régionales, Départementales, Agglomérationales, Métropolonationales... etc...

donc établir un régime ultra sec pour les faux centres de faux experts auto-proclammés bons à rien mauvais à tout

il faut dégraisser le mamouth des structures parapubliques qui ont engendré tous les échecs de la France
Réponse de le 06/07/2017 à 11:37 :
Comment laisser dire des choses pareilles !
Certes le CICE est un dispositif un peu sophistiqué. Mais ce sont TOUTES les entreprises qui en profitent. En même temps, savoir qu'en tant que PME, au printemps de l'année suivante, les impôts vous envoient 7% de votre masse salariale, déduction faite de l'Impôt sur les sociétés, ce n'est pas non plus le théorie de la relativité...
On retrouve dans ce message toutes les vieilles ficelles du populisme et autre démagogie.
D'ailleurs, pour info, l'actuel système du CICE est financièrement plus intéressant que le dispositif par lequel il devrait être remplacé en 2019.
Allez je reprends une activité normale.
a écrit le 05/07/2017 à 15:58 :
Je me méfie des barbus car ils ont souvent quelque chose à cacher, ici en l' occurrence une calvitie largement engagée, parole de coiffeur ...

Mais en l' occurrence ici pourquoi Philippe ne nous dit-il pas que c' est Juncker qui murmure à l' oreille de Macron via les GOPE et que sa présence au gouvernement est tout simplement redondante puisque le rôle du chef de l' état est déjà en réalité celui d' un premier ministre représentant la France à Bruxelles ..?

Évidemment il faut commencer par la confiance avant le choc, pour réaliser son fameux "choc de confiance" afin de réformer le code du travail. Quel travail, quel mise en scène, pour dire seulement "faite-moi confiance, ssssssss, je vous comprend, ssssssss, confiance, sssssss" ..

Je retiens un aveu d' impuissance car rien n' est analysé sur les causes réelles du chômage, cancer de l' Union européenne et celui intrinsèque de la maison France, rien.

Les grandes directions de Macron sont celles données par Juncker sauf à me démontrer le contraire ..

Il se passe précisément ce qu' avait annoncé l' UPR, il y a déjà l' effet Hollande, cad zéro changement en perspective pour les français sauf mettre un toujours peu plus la main au bassinet et accepter benoîtement le train des délocalisations ..
a écrit le 05/07/2017 à 15:00 :
M. le président je pense que vous avez rompu la confiance que j'avais mis en vous, la hausse de la csg contre la suppression de la taxe d'habitation. J'ai bien compris que seule la première sera bien appliquée et que la seconde passera aux oubliettes. Conclusion : une retraite sérieusement diminuée. Décidément vous êtes tous les mêmes, au fil du temps les belles promesses de votre campagne vont s'amenuiser.
a écrit le 05/07/2017 à 14:45 :
Les réformes utiles remises aux alendes grecques, les impôts et taxes pour maintenant. Rien ne change, si ce n'est qu'on est en marche immobile.
a écrit le 05/07/2017 à 12:10 :
un point de PIB sur 5 ans, TOUT EST DIT, celà fait 5 points pour 25 ans pour compenser 35 ans de dérive budgétaire, le compte y serait, mais avec la France il n'y sera sans doute jamais... peut être dans 50 ans ?
a écrit le 05/07/2017 à 11:02 :
20 milliards d'euros redonnés aux français , certainement pas. La CSG sera prélevée sur les salaires et les retraites. Les salariés vont avoir 2.4% d'assurance chômage en moins à payer mais dans la réalité , ils ne gagneront que 0.7% (2,4 -1,7). Mais le calcul n'est pas complet , cette CSG n'étant pas déductible de l'IR, les salariés paieront plus d'impôts.
En revanche , les dindons de la farce seront les retraités qui seront pénalisés dès que leurs pensions dépasseront 1200 e (une fortune), un prélèvement complètement injustifiable alors que les pensions sont gelées depuis 4 ans.
Réponse de le 05/07/2017 à 13:44 :
C'est tout fait justifiable et j'espère que les pensions, hormis le minimum vieillesse, seront bloquées encore pour longtemps. Ras le bol de voir mes taux de cotisation augmenter, sans réel espoir d'avoir une retraite à la fin. Le pays doit miser sur ses actifs et sa jeunesse pour construire son avenir.
Les retraités ont globalement du patrimoine et un niveau de vie plus élevé, ils peuvent se débrouiller.
N'oubliez pas qu'on attend aussi la mise en place d une nouvelle branche sécu pour la fin de vie (maisons de retraite, autonomie,..), si vous voulez qu'on mette au pot faut être solidaire, arrêtez donc de geindre.
a écrit le 05/07/2017 à 10:19 :
aucune réforme d'ampleur et d'urgence de l'administration et du sureffectif d'agents publics alors que le déficit est astronomique encore une bande de guignols qui gouverne la France...
a écrit le 05/07/2017 à 10:14 :
Dans son discours de politique générale, le premier énarque du gouvernement Edouard Philippe a précisé son calendrier light. La fonction publique ne sera transformé en baisse pérenne de cotisations patronales qu'en 2022. En revanche, la suppression des fonctionnaires et la réduction de la dépense publique et territoriale sera effective dès 2021. Comme ses prédécesseurs l'énarque Edouard Philippe n'a pas le courage de réformer les dossiers chauds que sont l'état et ses serviteurs ne faisant qu'un report "virtuel" et préservant son image de marque pour un éventuel deuxième mandat dans cinq ans. Un copier-coller des précédents gouvernements alors que la dette française arrive à 100%. Que du blabla, décourageant !
Réponse de le 05/07/2017 à 14:36 :
J'esperais aussi plu hard et courageux. On tombe dans l'eau tiède et c'est à la fois dommage et absurd.i
a écrit le 05/07/2017 à 10:12 :
Dans son discours de politique générale, le premier énarque du gouvernement Edouard Philippe a précisé son calendrier light. La fonction publique ne sera transformé en baisse pérenne de cotisations patronales qu'en 2022. En revanche, la suppression des fonctionnaires et la réduction de la dépense publique et territoriale sera effective dès 2021. Comme ses prédécesseurs l'énarque Edouard Philippe n'a pas le courage de réformer les dossiers chauds que sont l'état et ses serviteurs ne faisant qu'un report "virtuel" et préservant son image de marque pour un éventuel deuxième mandat dans cinq ans. Un copier-coller des précédents gouvernements alors que la dette française arrive à 100%. Que du blabla, décourageant !
a écrit le 05/07/2017 à 10:04 :
Les discours du 1er ministre du 4 juillet 2017 restera dans les anales, ce discours est marqué par des sujets confus, des idées en désordre, des explications alambiquées,

Il faut bien faire le constat de ce que le 1er Ministre Edouard Philippe et sonPrésident Emmanuel Macron sont dans la continuité de ce qu'a été le 1er Ministre Valls et son Président Hollande affublé de son bras droit Emmanuel Macron ;

le tout va donc se terminer par des désordres aggravés supplémentaires ;
Réponse de le 05/07/2017 à 11:30 :
Que voulez-vous que Macron ait comme initiative alors que les GOPE bruxellloises commandent l' Europe ....?


Tout le reste est pipeau marketté par la com du prince.

https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 05/07/2017 à 9:32 :
"le premier ministre a réitéré un engagement de campagne d'Emmanuel Macron en promettant que Le Régime social des Indépendants (RSI) serait supprimé en 2018";

Et il est ou Renaud Dutreil à l'origine du Régime social des indépendants en France (RSI) initié sous le gouvernement ? .Un RSI a été qualifié de « catastrophe industrielle « par un rapport de la Cour des comptes publié en septembre 2012.

Le 12 juillet 2016, il est présent au meeting d'Emmanuel Macron à la Mutualité à Paris, qu'il soutient publiquement « en tant que simple citoyen ». En décembre de la même année, il annonce officiellement son soutien à Emnanuel Macron pour l'élection présidentielle française de 2017, participe à son meeting du 10 décembre 2016 à Paris ; il est le premier membre d'un gouvernement de Jacques Chirac à le rejoindre. Ah,ah
a écrit le 05/07/2017 à 9:28 :
donc ne reste que l'augmentation des impots mais toujours pas d'idee pour les economies et à quand la diminution des deputes senateurs et chambre economique ,?
a écrit le 05/07/2017 à 9:22 :
Comme je le commentais il y a quelques mois, on n'entend plus parler du bonhomme Sapinos parti avec un parachute doré public avec un bilan 0 et sans aucune responsabilité.C'est pas mal la vie de ministre !
a écrit le 05/07/2017 à 9:04 :
Nous attendions un choc avec de l'audace, des actes forts pour relancer la machine dans les esprits et instaurer la confiance, pour l'instant il y a de quoi rester perplexe, bref, 2017 restera année blanche, c'est à craindre.
a écrit le 05/07/2017 à 9:02 :
N'en déplaise aux critiques, la hausse immédiate de la CSG est la plus juste. Il faut en finir avec les larmes de crocodiles des retraités qui, pour les plus modestes, ne seront pas impactés par cette réforme. A quand la suppression pour les mêmes de la déduction de 10% pour frais professionnels sûrement pas justifiée pour les pensions de retraite.
Réponse de le 05/07/2017 à 13:11 :
la csg sur les retraites pourquoi pas sauf quelle va servir a donner 6 % du salaire des fonctionnaires pour le 3 è enfant alors que le prive subit le quotient familial Puis en septembre election du senat c'est maintenant qu'il faut le supprimer il n e sert à rien contre la majorite ecrasante des deputes

en gros notre ministre n'a toujours pas d(idee pour les economies
Réponse de le 06/07/2017 à 11:21 :
Réponse à André : vous avez parfaitement raison, la Cour des Comptes avait préconisé 3 réformes pour les retraités : la suppression de la demi part à vie en quotient familial I.R. ; l'alignement de la CSG sur celle des actifs, et la suppression des 10% pour frais professionnels à l'I.R. puisqu'ils ne bossent plus (ces fainéants tirs aux flancs) donc seule cette dernière disposition n'est pas encore prise mais le sera pour causes de "déficits"; mais Hollande avait aussi pris une autre mesure qui a vu beaucoup de petits retraités basculer à l'I.R.: la fiscalisation des avantages sociaux des caisses pour avoir élevés 3 enfants et plus: quelle honte d'avoir eu des gosses qui grossissent un peu plus les statistiques du chômage
Voilà bien pourquoi je me suis barré et d'autres suivront avant que l'on prône aussi comme en 1973: le soleil vert, une pilule dure à avaler.
a écrit le 05/07/2017 à 8:58 :
Il aurait du ajouter aux propositions de réformes l'enseignement obligatoire de la politesse dans les écoles primaires ; la mise en place de cours d'alphabétisation de français et de politesse obligatoires pour les parents des familles étrangères résidant en France sur un minimum de deux ans avec passage obligatoire d'examens et sanctionnés, en cas de défaillance, par la suppression des allocations familiales. Ce n'est qu'avec ce genre de mesure qu'on favorisera leur intégration réelle en laissant aux enfants une vraie enfance. Enfin, vu la démographie française, la question d'une retraite universelle unique devrait être étudiée puisque le cumul avec un emploi est possible.
a écrit le 05/07/2017 à 8:44 :
Il n'a pas le choix vu la situation économique de la France. Quant au miroir aux alouettes des pseudos investissements en France des expats en particulier fiscaux, il a bien raison de ne pas y croire : quand on quitte son pays en difficulté pour des considérations fiscales, alors qu'on doit sa réussite personnelle à son système éducatif et sanitaire passé des 30 glorieuses, c'est qu'on a aucun scrupule, ni moralité personnelle. Cette attitude a un nom, "la désertion". Elle devrait être sanctionnée soit par un impôt international basé sur la citoyenneté française (comme aux USA), soit par une radiation d'office des listes des assurés sociaux.
Réponse de le 05/07/2017 à 12:22 :
Je vous rassure tout de suite, quand vous quittez la france vous etes plus assure social (a moins de frauder mais ca n a aucun interet pour la plupart des gens qui s expatrient. Soit vous etes jeunes et allez travailler a l etranger. pourquoi perdre plusieurs jours de ocnge pour se faire soigner en france alors que vous avez une assurance dans votre pays d accueil. Soit vous etes riche et fuyez le fisc. dans ce cas, pour vous, les oins medicaux c est peanuts. Reste evidement pepe qui vit au maroc et qui vient faire le plein de medoc en france ...)



PS: les 30 glorieuses se sont arretes en 1974. Pour en avoir profite, il faut etre ne en 1950. Soit avoir 77 ans aujourd hui. pas vraiment le profil du gros des expatriés: ils fuient le chomage et le RSA, le cout de la vie exorbitant pas tellement le fisc
Réponse de le 05/07/2017 à 14:49 :
Désolé de vous l'écrire, mais vous semblez mal connaitre ce dossier et donc la réalité des choses.
a écrit le 05/07/2017 à 7:55 :
En raison du report de l'allégement de l'ISF on peut penser que les expatriés attendront encore avant de revenir investir et créer des emplois en France.
Réponse de le 05/07/2017 à 8:46 :
Comme si l'allègement de l'ISF transformeraient de riches rentiers en investisseurs passionnés par l'industrie.
Si j'étais millionnaire, j'irai d' abord voir mon banquier pour qu'il me propose des placements diversifiés et rémunérateurs, si possible dans la finance, je n'irais certainement pas prendre des risques pour créer des emplois.
Il y a un moment où il faut être pragmatique.
a écrit le 05/07/2017 à 7:51 :
l avenir est déja derriere ! ha les promesses electoralistes !
a écrit le 05/07/2017 à 7:48 :
Le discours de politique générale de l'actuel 1er Ministre , n'est que le service après vente des promesses électorales de l'illusionniste "sympathique" E. Macron , d'ailleurs, tout ceux , "un peu curieux " savaient ,que l'ardoise visible et invisible de Normal 1er , serait le boulet majeur à toutes vraies réformes structurelles ..., d'ailleurs, la "gestion" de l'argent des autres par > durant la période électorale par la dernière nomenklatura entièrement socialiste au pouvoir en UE < , n'a servit qu'a permettre "à tout prix" aux socialistes et leurs réseaux "amicaux" , de conserver les manettes principales du pouvoir , et ce n'est pas les ministres fusibles de droite ,qui pourront inverser la tendance , voilà ....à considérer aussi, que le financement du financement de la dette d'état ,va vite devenir anxiogène ...lors de la prochaine hausse des taux....
a écrit le 05/07/2017 à 7:10 :
On attend toujours la réforme de l'état pour diminuer la dépense publique, Le gouvernement ne dit pas où il va faire des économies pour passer sous les 3 %,
Donc on ne peut pas faire confiance au programme du président , en fait il fait comme Hollande il attend la croissance pour ne pas avoir à faire de vraies réformes. Un conseil regardez comment les autres pays ont rėagi à la crise, les solutions sont là
a écrit le 05/07/2017 à 0:08 :
Bon, comme d'habitude, ils ont présenté un "programme" populiste pour être élu et rien ne sera fait, comme à l'accoutumée. On prend les mêmes et on recommence :-)
a écrit le 04/07/2017 à 22:55 :
Vive En Marche arrière!!!
a écrit le 04/07/2017 à 22:51 :
Donc on a bien compris ,rien ne change,; et les réformes c'est pour plus tard. Ca ne fera que la troisième fois qu'on nous fait le coup.15 ans pour rien.La prochaine fois on n'y échappera pas çà sera Mélenchon ou Le Pen et la faute en incombera à Macron parce que la ,il ne pourra pas nous refaire le coup du "en marche pour le changement" une 2ème fois: Sarkozy et Hollande ont bien essayé et plus personne ne les a cru.
Réponse de le 05/07/2017 à 13:31 :
Mais non, on vous ressortira un femme de couleur de préférence avec un mouvement les Joggeurs. Voici et Gala la ferons passer.
Ne sous estimez pas nos maîtres ils sont doués ou il y a un certain nombre d'entre nous qui méritent leur destin.
a écrit le 04/07/2017 à 22:14 :
Patience ,la dette emportera tout .
Réponse de le 05/07/2017 à 7:53 :
@pipeau, excuses, je n'avez pas lu votre commentaire ,avant de poster le mien, je confirme, vous êtes 99,9% dans le vrai...
a écrit le 04/07/2017 à 21:49 :
IMPOSER la vaccination OBLIGATOIRE de 11vaccins est une mesure de salubrité... pour les laboratoires. Dans ce domaine et en dehors des quelques vaccins réputés indispensables, le choix doit rester aux parents. Je ne pense pas qu'il soit totalement inoffensif d'injecter des quantités de produits dans les veines des enfants. La vaccination à tout-va ne me semble pas un bon principe et je pense même qu'elle peut être nocive, avec des effets sur le long terme qu'on ne soupçonne pas aujourd'hui.
La médecine a joué au fil des scandales et plus qu'à son tour, les apprentis sorciers. L'histoire là, je la "sens pas bien"...
Réponse de le 04/07/2017 à 22:29 :
Avec l'ouverture des frontières, il faut s'attendre a tout!
Réponse de le 05/07/2017 à 8:06 :
@valbel89, Normal 1er ,avait choisi un thème sociétal avec une "charge émotionnelle communicante"... , cela s''appelait imposer en légiférant (sans référendum ) le mariage homosexuel, voilà , que E.Macron et son 1er Ministre , nous font le même coup ..mais de façon plus subtile ,en sachant que ni les bambins, ni les parents , ne descendrons dans les rues , (surtout dans d'une société artificiellement surprotégée ) , pour s'opposer à des vaccins ...du pain bénit pour la com. politico/médical....
Réponse de le 05/07/2017 à 14:56 :
La vaccination a sauvé l'humanité de nombreuses plaies qui pourrissaient notre santé depuis que les Villes se sont développées, etrainant promixuité massive.
Comme les maladies couvertes ont de fait disparues, on remet en cause le vaccin.
Et si demain on découvre un vaccin contre le Sida ou contre le Cancer, que ces 2 maladies disparaissent, dans 2 siècles il y aura un quidam dira que ces vaccins ne servent à rien.
a écrit le 04/07/2017 à 21:38 :
Rien de bien nouveau, tout cela avait été prédit par ll'UPR. Vive l'UE !
a écrit le 04/07/2017 à 20:29 :
En marche arrière, déjà... Voilà qui va aider à moraliser la vie politique ! Et à part ça ils ont été 129 députés à s'abstenir, incapables de simplement s'affirmer "pour" ou "contre" !
a écrit le 04/07/2017 à 20:18 :
Et oui vous avez voté pour le changement ....
a écrit le 04/07/2017 à 20:05 :
Je me méfie des barbus car ils ont souvent quelque chose à cacher, ici en l' occurrence une calvitie largement engagée, parole de coiffeur ...

Mais en l' occurrence ici pour Philippe ne nous dit-il pas que c' est Juncker qui murmure à l' oreille de Macron via les GOPE et que sa présence au gouvernement est tout simplement redondante ..?

Évidemment il faut commencer par la confiance avant le choc, pour réaliser son fameux "choc de confiance" afin de réformer le code du travail. Quel travail, quel mise en scène, pour dire seulement "faite-moi confiance, ssssssss, je vous comprend, ssssssss, confiance, sssssss" ..

Je retiens un aveu d' impuissance car rien n' est analysé sur les causes réelles du chômage, cancer de l' Union européenne et celui intrinsèque de la maison France, rien.

Les grandes directions de Macron sont celles données par Juncker sauf à me démontrer le contraire ..

Il se passe précisément ce qu' avait annoncé l' UPR, il y a déjà l' effet Hollande, cad zéro changement en perspective pour les français sauf mettre un toujours peu plus la main au bassinet et accepter benoîtement le train des délocalisations ..

Avec un chômage réel à 19.5 % et l' allégeance récente à Mme Merkel, avouez que les mesurettes envisagées demeurent de l' ordre de la cosmétique ..

Car Macron doit aujourd' hui intégrer douloureusement qu' ils sont 28 en face à avoir des intérêts européens divergents et que pour nous, contributeur net au budget de l' Ue, il s'agit bien de continuer de leur donner nos sous.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vrais-chiffres-du-chomage-1-9-de-185893
a écrit le 04/07/2017 à 20:01 :
IMPOT SUR LE REVENU A SUPPRIMER INTEGRALEMENT. Usine à gaz couteuse.
Remplacement par hausse de aTVA hors celles de l'alim, serv à la personne, batiment. Donc de 20 à 27% mon jean's à 60 eur coutera 63.50eur et mon jean's actuel 10.59 au lieu de 10eur. Exonérer sans limite, les impots sur la mort en ligne directe ou indirecte si investis 20 ans dans les entreprises productives.
Réponse de le 04/07/2017 à 21:29 :
Etant donnée la différence de propension à consommer entre les ménages les plus aisés et les plus pauvres,. la TVA est un impôt dégressif et donc profondément inégalitaire
a écrit le 04/07/2017 à 19:52 :
J'avais observé que la hausse du prix des cigares ne suivait pas celle du prix des cigarettes; il y a plus de tabac dans le cigare que dans la cigarette, si je ne me trompe: j'en déduis que TOUS les gouvernements - y compris l'actuel - ont moins la préoccupation de la santé "publique" que l'augmentation des "recettes de poche"; d'ailleurs, si l'on trouve d'avantage de fumeurs de cigares chez les gros revenus que chez les smicards, les smicards fumeurs de cigarettes sont bien plus nombreux; toujours la même malhonnêteté politique!...
a écrit le 04/07/2017 à 19:46 :
Macron était le premier de la classe mais sera t'il le meilleur en tant que Président ?. La France qui ne fait pas d'effort pour se réformer en profondeur restera à la traine de l'Europe .Ou sont les réformes profondes du discours Macron ?Pour trouver du travail il va falloir s'expatrier et si le 1er Ministre pense faire revenir les investisseurs avec les mesures annoncées ,il peut toujours rêver.
a écrit le 04/07/2017 à 19:40 :
Timing beaucoup trop lent. N'était-ce pas l'une des erreurs de début de mandat de Hollande ? Il s'est réveillé à un an de la fin de son quinquennat...
Réponse de le 05/07/2017 à 5:40 :
Hollande a pris de vraies mesures courageuses dès le début, hausse des impôts et contrôle des dépenses.

N'oublions pas qu'il réduit le déficit de 5% à 3.2% sur son mandat!

Cela lui a couté très cher en popularité et je suis de ceux qui pensent même qu'il en a trop fait!

Maintenant qu'il a été viré on peut dire qu'il a été un bon président de droite!
a écrit le 04/07/2017 à 19:28 :
Ces mesures ne sont absolument pas à la hauteur de la situation. C'est pas du Schroeder du Thatcher ou du blair,c'est du Juppé light .Rendez vous dans 5 ans pour qu'on rigole.
a écrit le 04/07/2017 à 19:27 :
Vous vous demandiez ce qu'était une politique de droite, et bien c'est ça !

Un mixe de mesures populiste comme la suppression du financement du fonctionnement des communes pour leurs habitants au smig qui du coup, ne seront plus citoyens à part entière.

Des transferts de charges sociales des entreprises vers l'Etat, c'est à dire vers le déficit budgétaire, faute d'une courageuse et indispensable TVA sociale.

Macron préfère prendre un peu beaucoup à la classe moyenne que un peu à tout le monde. La CSG payée principalement par les salariés et les ex salariés à salaire différé, c'est à dire, les retraités.

Ceux qui ont de gros revenus les réalisent hors de France, à Singapour ou ailleurs.

Rien sur les 100 milliards de subventions généreusement distribuées aux entreprises qui déjà, ne payaient que 40 milliards d'impôt et qui en paieront encore moins, concurrence fiscale intra-européenne, oblige.

Rien sur le recul de la France face à l'industrie chimique allemande, sur la définition à minima des perturbateurs endocriniens. C'est tout chaud, ça vient de sortir.
Réponse de le 04/07/2017 à 20:45 :
"Macron préfère prendre un peu beaucoup à la classe moyenne que un peu à tout le monde. "

Normal relisez le diable rouge , c' était il y a quatre siècles, le dialogue entre Colbert et Mazarin ...!


Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus
J'aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend
> > > pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…

Mazarin:

Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de
> > > dettes, on va en prison.

Mais l'État…, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison.

Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.

Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent.
> > > Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables

> > > Mazarin : On en crée d'autres.

> > > Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.

Mazarin : Oui, c’est impossible.

Colbert: Alors, les riches ?

Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus.

Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres

Colbert : Alors, comment fait-on ?

Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous
le derrière d'un malade ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux,
> > > ni pauvres, ni riches…

Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres !
c'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là !
Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…c'est un réservoir inépuisable. >

Extrait du "Diable Rouge" c'était il y a 4 siècles!
a écrit le 04/07/2017 à 19:26 :
Comme prévu, la CSG va augmenter de 1,7 % ce qui va laisser un bonus fiscal de 5 milliards d'euros au gouvernement. Les retraités vont payer la facture, pour une pension de 1200 e par mois , le retraité va payer 244,80 e par an. Pour les gogos qui pensaient ne plus payer l'ISF ni la TH , c'est raté, il va falloir patienter. Philippe nous refait le coup de l'héritage.Pourtant, les chiffres étaient connus bien avant les présidentielles et les promesses électorales du candidat Macron. D'autant plus, que le même Macron était ministre de l'économie et qu'il connaissait très bien la situation du pays.
a écrit le 04/07/2017 à 19:16 :
Sur le fond un discours dans la ligne des discours de politique générale on distribue et on taxe. Ce genre de discours est plus dans la lancée d'un gouvernement que dans l'information réelle du citoyen. Il faut attendre au moins 6 mois pour avoir un début de conséquences positives ou négatives. Je pense que dans 6 mois nous verrons la vraie ligne économique, sociale et sociétale du gouvernement pour l'instant des discours rien de concret pour le citoyen. La première taxe forcément négative sur le pouvoir d'achat et son retentissement au niveau des citoyens et la première action positive sur ce même pouvoir seront celles qui donneront la confiance ou le contraire au gouvernement et au Président. Wait and see
Réponse de le 04/07/2017 à 21:27 :
Ca s'appelle la jouer "gros bras" pour épater la galerie et se dégonfler devant l'addition... :
"3,2 % de déficit au lieu de 3 %, quoi quoi quoi ??? Ah ben au secours ! On gèle tout ! On diffère !"
Bref, on fait plus rien... une fois de plus.
a écrit le 04/07/2017 à 18:41 :
Seules les réformes constitutionnelles qui n'ont aucun impact budgétaire negatifs seront votées. Quand au reste le principe de réalité fait qu'il faudra un 2ème mandat.....lui comme les autres avant lui....c'est dans un premier temps objectif Mars puis au final seule une vague dépression sera franchies et elle sera baptisée par la com jupitérienne d'Himalaya.....on a l'habitude....😁

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :