Coronavirus : "Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", promet Macron

 |   |  446  mots
(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
"Celles qui font face à des difficultés n'auront rien à débourser, ni les impôts, ni les cotisations sociales", a déclaré chef de l'État lors d'une allocution télévisée ce lundi soir, tout en annonçant une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, pour faire face à la crise économique liée à l'épidémie de coronavirus.

Le président Emmanuel Macron a promis ce lundi une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, pour éviter des faillites dues à la crise économique provoquée par le coronavirus.

Le chef de l'État a annoncé "un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien ou report d'échéances bancaires et de garanties de l'État à hauteur de 300 milliards d'euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques".

Lire aussi : Coronavirus : ce que les banques proposent concrètement pour aider les entreprises

"Pour les plus petites d'entre elles, et tant que la situation durera, celles qui font face à des difficultés n'auront rien à débourser, ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales", a ajouté le président.

"Les factures d'eau, de gaz, d'électricité ainsi que les loyers devront être suspendus" pour ces entreprises, a-t-il précisé.

"Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", face à l'épidémie mondiale liée au coronavirus qui bouleverse le pays, a promis le chef de l'État, alors que de nombreuses usines vont être à l'arrêt et les chaînes de production désorganisées, avec des conséquences en cascade sur l'ensemble de l'économie.

M. Macron a aussi rappelé que "le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi". Le président a par ailleurs exhorté les entreprises à "faciliter le travail à distance" chaque fois qu'il est possible de le faire durant l'épidémie.

La réforme des retraites suspendue

Le président a également annoncé que "toutes les réformes en cours seraient suspendues", à commencer par celle "des retraites".

"Parce que nous sommes en guerre, toute l'action du gouvernement et du parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l'épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C'est pourquoi, j'ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues à commencer par la réforme des retraites", a souligné le chef de l'État.

"Dès mercredi, en Conseil des ministres, sera présenté un projet de loi permettant au gouvernement de répondre à l'urgence et, lorsque nécessaire, de légiférer par ordonnances dans les domaines relevant strictement de la gestion de crise", a par ailleurs indiqué le président Macron.

"Ce projet de loi sera soumis au Parlement dès jeudi", a-t-il ajouté, précisant avoir vu les présidents des deux assemblées pour que "ces textes soient votés le plus rapidement possible" et que "la vie démocratique et le contrôle du Parlement continuent dans cette période".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2020 à 13:32 :
Mr Micron et son acolyte Édouard aux mains d'argent ? Vous voulez plus de nationalisations, la re-sovietisation à la Mitterand-la Cata ?Vous êtes les chefs de LR EN MARCHE... arrière.? Vos arguments sont à l'image de ce gouvernement, de la désinformation noyée dans le bagou officiel français.
Par exemple, prenons :La SNCF fait quelques bénéfices , mais avec 50 milliards de dettes. Je vous fais beaucoup plus de bénéfices avec 10 fois moins de dettes...
La Poste, selon vous, ne coûte rien à l'État ? Wake up ! la dette de L P est de 10 milliards ! Ces deux boites sont des monopoles et devraient être rentables, pas faussement rentables. Et l'État pour vous, c'est la poche sans fin? ce sont les poches des contribuables français !
Air France est ruiné par des grèves à répétition, dans la même théorie syndicale française que l'on détruit nos industries pour préserver le statut des cégétistes. Il a y près de 10 00 délégués syndicaux pour 140 000 employés à la SNCF,,etc... La SNCF n'aurait plus de dette puisqu'elle a été reprise par l'état? C'est un tour de passe-passe.
Pas d'impôts puisqu'il n'y aura pas de bénéfices , Mr VPLPédales ? Savez-vous qu'en France, il ya des impôts à la production, avant même de vendre, exception en Europe, que vous payez toujours les mêmes impôts immobiliers, que vous avez les mêmes charges sociales, les plus hautes d'Europe, etc...
Le montant des investissements internationauxx en Fr est élevé, pourquoi? Parce que les bénéficiaires bénéficient d'énormes avantages fiscaux, que les entreprises française sont priées de combler, pour nourrir le fameux état-providence, au bord de l'explosion!
Cela ne vous étonne pas que ce soit une boite chinoise comme Huawei , qui s'intéresse à la F_range, quand ils sont interdits de nouveaux investissements stratégiques dans des des pays plus costauds et moins maquereaux. Huaw-le virus , à travers la 5G veux vampiriser les pays crédules.
Mais il faut bien que l'équipe d'incapables qui gouvernent veulent faire miroiter des chiffres de moins de chômage, comme pas de contamination .
C'est L'EXEPTION FRANÇAISE, une dose d'arrogance, mêlée à l'ignorance !
a écrit le 17/03/2020 à 11:26 :
Ce serait paradoxal que la pire période économique soit la seule à ne pas connaître de faillite. L'intention est louable mais paraît surréaliste, pour ne pas dire d'un populisme décomplexé.
a écrit le 17/03/2020 à 8:56 :
Et l'UE au fait elle est où en ce moment ? Comme d'habitude elle certifie aux mégas riches que leur pognon dans ses paradis fiscaux est bien gardé alors que tout ce bordel vient de là.

Et nos dangereux mythomanes européistes on ne les entend plus non ?

"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." George Bernard Shaw
a écrit le 16/03/2020 à 23:36 :
"Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", promet Macron....

Alors pourquoi fait t'il tout ce qu'il peut pour emmener le pays à la faillite? Interdire comme il le fait, toute sortie des gens qui sont susceptibles de faire tourner l'économie c'est suicidaire.

C'est quand même hallucinant.
A la base on a une crise sanitaire qui ne peut se régler que par l'injection d'une dizaine de milliards € en équipement (respirateurs, masques, personnel, gants etc...).

Et, soit disant pour résoudre ce problème, il crée artificiellement un mega crise économique à plusieurs centaines de milliards €...

Celle ci ne résout en rien le problème sanitaire, et va même l'aggraver à court terme du fait de la paupérisation de la population et met en danger la démocratie et la république.
a écrit le 16/03/2020 à 21:29 :
et d'ailleurs il n'y aura plus de SDF en 2018 !

Les français ne sont pas idiots, ils savent que ce que raconte Macron est impossible à réaliser surtout quand on est un amateur.
a écrit le 16/03/2020 à 21:18 :
Parce que l'UE a été instaurée contre les frontières, sur le dogme de la libre circulation, donc de l'impotence de l'Etat ? Et peu importe que l'UE ne puisse rien faire plus efficacement que l'Etat, il ne doit pas pouvoir entraver la sacrosainte circulation des hommes et des maladies. Ainsi, l'OMS reconnaît que l'Europe est devenue le centre de la pandémie. Mais l'Europe, ce sont des Etats, avec leurs frontières, ce n'est pas un bloc informe. Il serait tout à fait possible de compartimenter le virus. Comme certains pays commencent heureusement à le faire. Donc, la réaction est politique, idéologique et n'est absolument adaptée au danger, en tout cas tel que présenté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :