Coronavirus : les banques en ordre de bataille pour maintenir leurs activités

 |   |  775  mots
Société Générale a activité, le lundi 9 mars dernier, ses plans de continuité pour ses activités de marchés et de paiements.
Société Générale a activité, le lundi 9 mars dernier, ses plans de continuité pour ses activités de marchés et de paiements. (Crédits : Reuters)
Recours massif au télétravail, division et rotation des équipes, sites de repli sollicités... Les grandes banques prennent leurs dispositions pour assurer la continuité de leurs activités, alors que les inquiétudes se font sentir pour les salariés en agences qui doivent rester ouvertes.

Alors que l'épidémie du nouveau coronavirus continue de se développer fortement en France et dans le monde (au moins 6.501 morts, selon le dernier bilan) et que les mesures de restrictions se multiplient pour assurer la sécurité des citoyens, les grands établissements bancaires du pays prennent leurs dispositions pour assurer la continuité de leurs activités, considérées comme indispensables pour la population.

Lire aussi : DIRECT Coronavirus : les Bourses dégringolent, l'or entraîné dans la chute

Plusieurs grandes banques ont ainsi mis en place des Plans de continuité d'activité, ou PCA. Le code du travail obligeant l'employeur à mettre en place des mesures permettant d'assurer la sécurité de ses salariés, l'objectif de ces documents est de lister tout ce qui est susceptible de protéger ces derniers, tout en maintenant l'activité essentielle de l'entreprise, éventuellement en mode dégradé.

Recours massif au télétravail

Dans cette optique, la plupart des établissements bancaires ont pris des dispositions de bon sens, relativement similaires et semblables d'ailleurs à celles prises par de nombreuses autres entreprises de différents secteurs. Les réunions physiques ont été supprimées, les voyages à l'international suspendus et des mesures d'éloignement ont été mises en place pour les collaborateurs ayant été exposés à une situation à risques.

Outre les nombreuses campagnes d'information sur les bons gestes d'hygiène à adopter, les banques ont massivement recours au télétravail. Un exercice auquel les établissements bancaires sont rompus, notamment depuis la vague de grève dans les transports qui a marqué la fin de l'année 2019. "Tous les problèmes techniques et de sécurité liés au travail à distance sont loin derrière nous", assure-t-on ainsi au sein d'un établissement bancaire.

Equipes scindées et sites de repli sollicités

Pour les activités critiques où le télétravail n'est pas envisageable, comme les activités de marchés notamment, d'autres dispositions ont été prises. Au Crédit Agricole, par exemple, certaines équipes ont été scindées pour assurer la bonne continuité de l'activité. Les mêmes précautions ont été prises chez Société Générale.

La banque de La Défense dispose de plans de continuité d'activité différents selon ses départements. Ces derniers varient selon la criticité des activités. Les PCA pour les métiers de marchés et de paiements ont ainsi été déclenchés il y a déjà une semaine, le lundi 9 mars dernier. Des rotations en sous-équipes sont prévues pour isoler les collaborateurs dans différents espaces. Ces derniers sont alors répartis dans des étages ou des lieux différents et plusieurs opèrent même depuis des sites de repli. Situés en Ile-de-France, ces lieux, dont la localisation est gardée confidentielle, sont utilisés en cas de force majeure et sont totalement équipés pour accueillir les collaborateurs, notamment les traders.

Les agences ouvertes, malgré les inquiétudes

En parallèle, les banques doivent continuer à assurer l'accueil du public dans leurs réseaux physiques, puisque comme les commerces alimentaires et les pharmacies, les agences bancaires ne sont pas concernées par la fermeture des lieux publics non-essentiels, décidée samedi soir par le gouvernement. "Les réseaux bancaires seront ouverts et les agences sont préparées. Les collaborateurs répondent à leur mission de services essentiels", indique ainsi la Fédération bancaire française (FBF), dans un communiqué publié dimanche 15 mars. "L'alimentation des réseaux des distributeurs automatiques de billets est assurée. Les infrastructures de moyens de paiements sont totalement opérationnelles", poursuit-elle.

Dans un communiqué de presse, le SNB/CFE-CGC, premier syndicat du secteur bancaire en France, assure "comprendre parfaitement cette décision", mais partage son inquiétude quant aux conditions de sécurité dans lesquelles exerceront les salariés concernés. Il exige ainsi que "l'ensemble du personnel, amené à continuer à accueillir la clientèle et le public, soit obligatoirement équipé de masque FFP2, de gants jetables et de gel hydroalcoolique". Autres requêtes : "que tous les rendez-vous commerciaux ne nécessitant pas un contact physique soient effectués à distance" et, enfin, "que les locaux et machines de Libre service bancaire (LSB) soient régulièrement désinfectés durant la journée".

Dans une interview accordée à nos confrères des Echos, Frédéric Oudéa, le président de la FBF et directeur général de Société Générale, dit n'avoir "aucune information montrant une remontée des inquiétudes". "Mais je recommande à tous les clients, entreprises ou particuliers, de privilégier un premier contact à distance pour des raisons sanitaires", ajoute-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2020 à 11:26 :
Depuis le début de la semaine, la Poste est fermé dans mon village. Et apparemment le courrier n'est plus distribué. On a dit continuité du service public. Ce n'est pas vraiment le cas. Comment font les gens qui ont besoin de retirer de l'argent?
a écrit le 17/03/2020 à 9:55 :
Merci au gouvernement de mentir à leurs citoyens, les agences bancaires étaient censées resté ouvertes... Mais ça n'est pas le cas, la BNP est fermée au public!!!! Médias et dirigeants mains dans la main pour diffuser des fakes news, comme d'habitude. Bravo!
a écrit le 16/03/2020 à 21:15 :
Avant de prêter le moindre centime d’€ aux banques, Mme Lagarde doit demander la levée du secret bancaire afin que l’on puisse récupérer les fonds cachés dans les paradis fiscaux et s’assurer que l’argent prêté n’y parte pas.
Réponse de le 17/03/2020 à 7:40 :
quel argent prêté? à quel moment avez vous vu/lu qu'il y aurait des prêts aux banques? apprenez à lire ...
a écrit le 16/03/2020 à 18:43 :
L'économie s'arrête.On peut m'expliquer à quoi sert la Bourse en ce moment?.Pourquoi on ne la ferme pas?:elle va spéculer sur les morts?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :