Covid-19 en 24h : dépenses de santé, vaccination des marins, dette des pays européens...

 |  | 1088 mots
Lecture 7 min.
Dans une lettre adressée au Premier ministre mi-avril, les professionnels de la mer demandent que les marins soient éligibles à la vaccination prioritaire.
Dans une lettre adressée au Premier ministre mi-avril, les professionnels de la mer demandent que les marins soient éligibles à la vaccination prioritaire. (Crédits : Marine nationale)
Après plus d'un an de pandémie, l'Europe subit toujours la crise de plein fouet. Les aéroports du continent ne prévoient pas de retrouver leur niveau d'avant-crise avant deux ans, tandis que la dette des pays membres devrait dépasser le seuil de 60% du PIB d'ici 2022... Voici le graphique et les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

L'INFO À SUIVRE - Un « risque sérieux » de dérapage des dépenses de santé en 2021

L'objectif de dépenses de santé pour 2021, fixé à 225,4 milliards d'euros, présente un risque de « dépassement très significatif » en raison de la persistance de l'épidémie, selon le comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance maladie.

Le « quoi qu'il en coûte » n'a pas fini de faire exploser les dépenses de santé, déjà passées de 200,6 milliards d'euros en 2019 à 219,5 milliards en 2020, rappelle ce comité dans un avis daté du 15 avril et publié sur le site internet securite-sociale.fr.

Illustration AP-HP, Assistance publique-hôpitaux de Paris

Un bond de 19 milliards essentiellement dû à la crise sanitaire et ses conséquences: masques, tests, arrêts de travail, mais aussi surcoûts des hôpitaux, « primes Covid » et hausses de salaires du « Ségur de la santé ».

Le budget 2021 de la Sécu, voté en décembre, prévoyait une progression plus modérée, incluant une provision de 2 milliards pour les tests et 1,5 milliard pour les vaccins.

Lire aussi : Deux mois après le Ségur de la Santé, les hôpitaux toujours confrontés au manque de lits et d'effectifs

LE CHIFFRE - 400 millions de voyageurs perdus

Les aéroports européens ne s'attendent désormais à retrouver qu'en 2025 leurs niveaux de fréquentation d'avant la pandémie, a annoncé l'ACI Europe, qui fédère plus de 500 aéroports dans 46 pays du vieux continent. L'organisation a évoqué un trafic passagers qui devrait rester cette année 64% en-dessous de son niveau de 2019.

Aéroport Paris Charles de Gaulle

L'année en cours serait donc à peine moins pire pour les aéroports européens que 2020, qui avait vu un effondrement de 70,4% de la fréquentation, la faisant régresser aux niveaux de trafic de 1995, selon des statistiques d'ACI Europe publiées en février.

Ce pessimisme a été nourri par le bilan du premier trimestre 2021: le trafic passagers a dégringolé de 81,7% par rapport à la même période il y a deux ans, soit près de 400 millions de voyageurs perdus, selon un communiqué diffusé mercredi.

Lire aussi : Transport aérien : vers un nouveau paysage en Europe ?

LA PHRASE - « Nous souhaiterions que les marins soient éligibles à la vaccination prioritaire »

L'ensemble des professionnels de la mer appellent à ouvrir la vaccination prioritaire aux marins qui embarquent pour de longues durées, dans un courrier adressé au Premier Ministre à la mi-avril.

Malgré les difficultés rencontrées par l'exécutif pour organiser la campagne vaccinale, « nous souhaiterions (...) que les marins soient éligibles à la vaccination prioritaire », écrivent-ils.

Retraites: les marins veulent sauver leur regime vieux de 400 ans

Rappelant que les marins ont été jugés « indispensables au maintien des chaines logistiques et cordons ombilicaux des iles françaises ou de l'approvisionnement alimentaire » dès le début de la pandémie, les auteurs du texte ont aussi souligné la situation difficile du personnel qui tient « aux conditions d'exercice du métier ».

Lire aussi : Tous les Français vaccinés d'ici l'été : faut-il vraiment croire Macron ?

LE GRAPHIQUE - Après la dette, une refonte des règles fiscales en Europe ?

La plupart des pays européens auront une dette publique supérieure au point de référence de 60% du PIB en 2022, révèle une étude d'Oxford Economics. Le rapport prévoit même que certaines grandes économies, comme l'Italie et l'Espagne, auront des ratios d'endettement supérieurs à 100%.

Face à un paysage économique chamboulé par la crise, l'Europe devra vraisemblablement réfléchir à de nouvelles règles fiscales en actionnant deux leviers : réduire la dépendance au soutien de la BCE et dessiner une union fiscale, note l'étude.

« Depuis le début de la pandémie, les pays de la zone euro ont pu assouplir leur politique budgétaire sans se soucier des règles budgétaires de la zone euro. Mais ce qui se passera lorsque ces règles seront rétablies, très probablement en 2023, n'est pas clair.»

Graphique dette des pays européens

Lire aussi : Mutualisation de la dette européenne : les circonstances sont (presque) réunies

EN RÉGIONS - La Foire de Lyon annulée une nouvelle fois en 2021

Mauvaise nouvelle pour le secteur de l'événementiel lyonnais : l'une de ses manifestations phares, la Foire de Lyon, déjà annulée en 2020, n'aura finalement pas lieu en 2021 non plus. Son organisateur, le lyonnais GL Events, vient d'annoncer un nouveau report de cet événement, un temps envisagé sous une nouvelle forme, désormais à 2022.

Lire l'article

Lire aussi : COVID-19 en 24h : « plan jeunesse », relance européenne, Angoulême...

À L'ÉTRANGER - En Allemagne, l'industrie automobile ralentie par la pandémie

Des milliers de travailleurs du secteur automobile allemand seront au chômage partiel fin avril en raison de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, de minuscules pièces électroniques présentes dans un grand nombre de produits d'usage courant dont la production a été fortement perturbée par la pandémie.

Daimler va intensifier ses economies apres sa perte trimestrielle

Le groupe Daimler prévoit du chômage partiel sur deux de ses sites en Allemagne, à Brême (nord) et Rastatt (sud), à partir de vendredi et pour l'ensemble de la semaine prochaine, a indiqué à l'AFP une porte-parole du fabricant des Mercedes-Benz.

« La situation est très volatile » et l'impact ne peut pas encore être estimé, note le groupe, qui « adapte son fonctionnement si nécessaire ».

Lire aussi : Semi-conducteurs, acier, coton..., la crise d'approvisionnement va durer (Bercy)

Au Pays-Bas, fin du couvre-feu et réouverture des terrasses des cafés le 28 avril

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé hier l'assouplissement des mesures aux Pays-Bas avec notamment une levée du couvre-feu et une réouverture partielle des terrasses des cafés à partir du 28 avril. Mark Rutte a cependant précisé qu'il s'agissait d'une « étape très prudente ».

Amsterdam

L'introduction en janvier du couvre-feu, le premier aux Pays-Bas depuis la Deuxième Guerre mondiale, a déclenché les pires émeutes dans ce pays depuis des décennies.

Depuis le début de la crise sanitaire l'année dernière, les Pays-Bas, qui comptent un peu plus de 17 millions d'habitants, ont enregistré plus d'1,3 million de cas et la mort de plus de 16.000 personnes avec le Covid.

Lire aussi : Les Pays-Bas suspendent les injections de vaccin AstraZeneca pour les moins de 60 ans

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2021 à 11:30 :
L'Allemagne pragmatique ne met pas tous les oeufs dans le même panier!
Vaccins anti-covid/ achat "spoutnik"
"Assurer ses arrières." sich absichern
a écrit le 22/04/2021 à 10:32 :
Ben oui malgré l voracité de la dictature financière la sécu perdait quand même moins d'argent, grâce à ce covid cela va permettre aux serviteurs des marchés financiers que sont nos dirigeants politiques de dire qu'il faut la vendre au secteur marchand, du moins officiellement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :