Covid-19 : Jérôme Salomon met en garde contre une reprise de la pandémie : "Il faut se préparer"

 |   |  423  mots
Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que ce sont essentiellement nos comportements qui conditionnent la reprise épidémique: si nous voulons éviter cela, il faut que chacune et chacun continue de respecter les mesures barrières, les mesures d'hygiène, la distanciation physique et le port du masque, surtout en situation de promiscuité et dans un espace clos, a expliqué le Pr Salomon.
"Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que ce sont essentiellement nos comportements qui conditionnent la reprise épidémique: si nous voulons éviter cela, il faut que chacune et chacun continue de respecter les mesures barrières, les mesures d'hygiène, la distanciation physique et le port du masque, surtout en situation de promiscuité et dans un espace clos", a expliqué le Pr Salomon. (Crédits : Reuters)
Cette deuxième vague de contamination de la population française par le coronavirus arrivera probablement "cet automne ou cet hiver", estime le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, dans "Le Figaro" mercredi. Le taux de positivité des tests flambe en Guyane, autour de 20%. Sur l'ensemble du territoire français, des opérations de dépistage "vont être amplifiées tout au long de l'été au plus près des activités de nos concitoyens" et des "opérations de porte-à-porte" sont même envisagées.

"Il faut se préparer à une reprise de l'épidémie (de Covid-19), voire à une deuxième vague", qui est possible "cet automne ou cet hiver", estime le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, dans le Figaro mercredi.

"Nous ne savons pas tout sur le comportement saisonnier de ce virus qui circule toujours", indique le numéro deux du ministère de la Santé.

Jérôme Salomon, santé, Covid-19, coronavirus, pandémie, épidémie, crise sanitaire, médecin, hôpitaux

"Tous les services de l'Etat, les professionnels, les acteurs de terrain sont mobilisés pour gérer les 'clusters' [foyers d'infection, Ndlr] actuels et anticiper un rebond épidémique cet automne ou cet hiver", ajoute-t-il dans cet entretien pour lequel ses réponses ont été envoyées par écrit au journal.

"Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que ce sont essentiellement nos comportements qui conditionnent la reprise épidémique: si nous voulons éviter cela, il faut que chacune et chacun continue de respecter les mesures barrières, les mesures d'hygiène, la distanciation physique et le port du masque, surtout en situation de promiscuité et dans un espace clos", poursuit le Pr Salomon.

Plusieurs mesures de gestion du risque à disposition

"Si la situation se dégrade à nouveau, nous avons à disposition plusieurs mesures de gestion du risque: l'information locale, la protection des plus fragiles, le renforcement des mesures barrières, envisager des mesures de limitation des déplacements par exemple", estime-t-il.

"La réponse comme depuis le début devra être proportionnée à la gravité de la menace et évaluée en fonction des connaissances et de la situation locale", selon lui.

En Guyane, le taux de positivité des tests est très élevé, "autour de 20%"

Actuellement, la France réalise "près de 300.000 tests PCR par semaine et en a effectué 2 millions depuis le déconfinement", ce qui permet d'avoir "un bon indicateur de l'évolution de l'épidémie": le taux de positivité de ces tests.

"Pour la semaine du 22 juin, hors Guyane [où l'épidémie s'accélère, Ndlr], il est de 0,94%, ce qui signifie que nous testons en moyenne 107 personnes par cas positif", explique Jérôme Salomon.

"En Guyane, plus de 7.000 tests par semaine sont réalisés et le taux de positivité est très élevé, autour de 20%, ce qui correspond à cinq personnes testées pour une positive", dit-il.

Selon lui, les opérations de dépistage "vont être amplifiées tout au long de l'été au plus près des activités de nos concitoyens". "Nous envisageons également d'organiser des opérations de porte-à-porte", dit-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2020 à 10:00 :
Félicitation vous auriez pu faire prof de math... Octobre pour une pandémie arrivé en février soit 4 mois après, on déconfine en mai donc la prochaine sera en...
a écrit le 10/07/2020 à 18:00 :
finalement les résultats du confinement ! un flop politique
Réponse de le 13/07/2020 à 9:24 :
Le confinement a servi, pas a éliminer la pandémie pour ça il a tendance a avoir l'effet inverse, mais bien a éviter la surchauffe des hopitaux et que ceux ci soit dans l'obligation de laisser beaucoup de malades mourir, même si faut pas ce leurrer ce choix a dû être parfois pris...
Maintenant si on veux éliminer un pandémie sans médicaments, le seul moyen est de ne rien faire, le peu de personne qui survivront sont immunisées et donc ils y aurait beaucoup de mort mais la population renaissante de ce pb devrait plus avoir de malade durant plusieurs années. Ca ca s'appelle l'évolution...
a écrit le 09/07/2020 à 14:20 :
Les oiseaux de mauvais augure pour remonter le moral du pays !!!
a écrit le 08/07/2020 à 20:48 :
Le croquemort en chef est de retour.
a écrit le 08/07/2020 à 18:55 :
En parlant de vaccin :

Le jugement est tombé ce mercredi. Le tribunal administratif de Nantes (Loire-Atlantique) a condamné l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam) à verser près de 700 000 euros à une jeune femme pour les séquelles qu'elle a gardées de sa vaccination en 2009 contre la grippe A (H1N1). La requérante - qui était alors âgée de 13 ans - est devenue narcoleptique après s'être vue administrer le Pandemrix du laboratoire GlaxoSmithKline (GSK).qui fait tomber dans le sommeil de façon brusque et irrésistible - a été confirmé, depuis, par plusieurs experts.
a écrit le 08/07/2020 à 15:25 :
La protection des plus fragiles, il serait temps de s'y mettre. Il est inadmissible que dans des établissements hospitaliers ou médicaux sociaux, on meure plus qu'ailleurs. Ils faudrait donc changer leurs noms puisqu'ils ne veulent rien dire ! établissement hospitaliers pour personnes agées dépendantes ? Hospitaliers cela veut dire quoi pour eux ? Les morts se sont succédés, jour après jour, théoriquement il faut être nul pour ne pas comprendre que les personnels devaient se confiner avec ces personnes. En temps de guerre, on doit prendre toutes les initiatives qui existent, mais ils ne savent pas.......Ah oui pour l'économie, ils bougent.
a écrit le 08/07/2020 à 13:07 :
Je ne sais pas si on a des chances de trouver le vacin anti-covid mais un remède efficace au bolchevisme récurrent c'est bien le confinement.
a écrit le 08/07/2020 à 12:02 :
"Il faut se préparer"

Avec un Jean Castex qui a détruit l'hôpital public,ah,ah

C’est lui qui était par exemple l’un des fervents promoteurs de la tarification à l’acte et de la restructuration du système hospitalier entre 2005 et 2007 quand il était directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère de la Santé (DHOS). “C’est lui qui a été à la manœuvre pour introduire la notion d’objectifs dans l’hôpital et une rationalisation des coûts”, résumait Patrick Bourdillon, de la CGT Santé à Society en avril 2020. Un tournant vu par certains comme le point de départ de la casse de l’hôpital public.
a écrit le 08/07/2020 à 11:55 :
"Il faut se préparer"

Il oublie de dire que dès qu'il annonce des lits "libérés" ceux -ci sont aussitôt fermés comme à Strasbourg par exemple.
a écrit le 08/07/2020 à 11:52 :
C'est bien parti pour une nouvelle panique de l'administration . Toujours pas de tests
généralisés , pas plus de lits disponibles etc...Si ce Covid redémarre , on va de nouveau avoir pléthore de spécialistes pour nous expliquer ce qu'ils ne savent rien.
a écrit le 08/07/2020 à 11:51 :
Centrons nous donc sur l'hexagone et laissons Guyanne , Mayotte, Antilles et Corse à part . Au fait ; quid à st pierre et miquelon ?
Réponse de le 08/07/2020 à 16:25 :
Le 4 avril 2020, l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon abandonnait son statut de territoire indemne du coronavirus, en enregistrant un premier cas positif à la Covid-19. Dépourvue de tout symptôme, cette patiente a été dépistée avant sa sortie de quatorzaine stricte, en application du protocole institué localement.
a écrit le 08/07/2020 à 11:02 :
"En Guyane, plus de 7.000 tests par semaine sont réalisés et le taux de positivité est très élevé, autour de 20%, ce qui correspond à cinq personnes testées pour une positive""

Le gars qui vient juste de comprendre comment fonctionne les pourcentages quoi... Heu... nous ont l'a appris au collège hein ! On sait comment ça fonctionne !

Et ça nous dit encore une fois comment on doit vivre, à comparer avec Sibeth qui ne sait pas enfiler un masque et qui du coup en conclue et affirme que c'est trop compliqué pour un français d'en mettre un.

Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :