Covid-19 : pas encore de reprise de la surmortalité due au coronavirus en France

 |  | 388 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Charles Platiau)
Malgré la flambée de nouveaux cas de coronavirus, les statistiques publiées vendredi par l'Insee ne montre pas de d'augmentation notable du nombre de décès.

La remontée régulière du nombre de cas d'infection par le coronavirus pendant l'été n'avait pas provoqué, début septembre, de reprise notable du nombre de décès en France, montrent les statistiques publiées vendredi par l'Insee.

Après avoir montré une forte surmortalité pendant le pic épidémique de mars-avril, les chiffres quotidiens des décès en France sont en effet pratiquement revenus depuis le 1er mai à leur niveau des années précédentes. L'Insee décompte ainsi 200.594 décès entre le 1er mai et le 7 septembre, "soit le même niveau qu'en 2019 et 1% de plus qu'en 2018".

Révision des chiffres à la hausse attendue

Ce nombre sera toutefois révisé à la hausse dans les semaines à venir, précise l'institut, la remontée d'une partie des statistiques pouvant prendre plusieurs semaines faute de généralisation des certificats de décès dématérialisés.

Entre le 1er mars et le 30 avril, le nombre de décès dans l'Hexagone avait été supérieur de 26% à celui de la même période de 2019 et de 17% à celui de 2018. Au total, sur les quatre premiers mois de l'année, l'Insee a enregistré 238.271 morts en 2020, soit 19.230 de plus qu'en 2019.

Mais la surmortalité s'est ensuite dissipée et les chiffres au 7 septembre montrent des écarts par rapport à 2019 et 2018 pratiquement semblables à ceux mesurés fin avril. Le nombre de cas confirmés a pourtant fortement augmenté ces derniers mois, allant jusqu'à dépasser à plusieurs reprises 10.000 cas quotidiens contre 7.578 au plus haut sur la période mars-avril.d

Plus de victimes que la canicule de 2003

L'institut national de la statistique et des études économiques souligne par ailleurs que "l'épisode" de COVID-19 du printemps 2020 a fait davantage de victimes que la canicule de l'été 2003.

Il chiffre à 12.000 le surcroît de décès dus aux infections par le coronavirus par rapport à ceux attribués à la canicule il y a 17 ans, soit 27.000 environ entre le 10 mars et le 8 mai 2020 contre 15.000 entre le 1er et le 24 août 2003.

"Cet écart s'explique par l'augmentation et le vieillissement de la population entre 2003 et 2020, ainsi que par la durée de l'épidémie (60 jours contre 24 jours pour la canicule). Pour autant, le nombre de décès par jour était bien plus élevé en 2003", précise l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2020 à 12:14 :
On croit revenir en mars ... le taux de mortalité on le connait il tourne entre 0,5 et 1% . Ca fait entre 300 000 et 600 000 personnes en france sans compter les morts collatéraux si les hôpitaux sont débordés
Non le virus n est pas moins contagieux ou letal. Il faut attendre on sait tres bien qu il y a des temps de latence entre contamination, réanimation puis décès. Par ailleurs on teste des milliers de gens par jour contrairement au mois de mars d ou les differences de taux. Mais il suffit de regarder la courbe espagnole (de décès) pour se convaincre que le risque est la’ , mais nous savons quoi faire pour éviter le pire et vu que ce virus n est pas la peste bubonique, ce n est pas un sacrifice si enorme , mettre un masque , de laver très régulièrement les mains , garder ses distances et éviter d aller faire les zouaves dans des fetes au bord de la seine. Bien des pays en asie (japon coree taiwain...) y arrive, je ne comprends pas pourquoi les français n y arrivent pas.
Réponse de le 21/09/2020 à 9:52 :
@ multipseudos: "Non le virus n est pas moins contagieux ou letal"

Heu... mais comment tu fais pour pas être informé sur le sujet avec des médias qui nous le hurlent h24 !?

Il est pas moins ni plus contagieux il est tout simplement plus contrôlé et il est moins létal que la semaine dernière quand même !

"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle
a écrit le 20/09/2020 à 10:10 :
"13.498 nouveaux cas en France, nouveau record quotidien"

On peut rappeler que "cas, infecté et contaminé " veulent dire la même chose.99,9% n'auront rien.Regarder Lemaire ;"Je me suis immédiatement mis à l'isolement à mon domicile conformément aux règles sanitaires édictées par le gouvernement. Je ne présente aucun symptôme.Bref, rien ,du vent .La trouille pour les politiques ce sont les 0,1% car ,ils se sont évertuer depuis des années à liquider les lits ,les infirmières etc..dans les hôpitaux.Les tests ne servent à rien puisque le délai de réponse est trop long et certain en font 3 par semaines à 74€ pour le SS ! pathétique
a écrit le 19/09/2020 à 20:39 :
Les stats issues des observations de John Hopkins University montrent que pour la France, le tx de mortalité dû au virus a profondément chuté de son pic à environ 16% des cas confirmés au sortir du confinement, pour atteindre un peu moins de 6.5% sur cette fin sept, avec des baisses continues et conséquentes au fil des jours.
Ce qui tend à montrer que l'importance des contaminés constatés chaque jour, concerne un public asymptomatique ou à faible risque de complication, jeune ou en bonne santé qui par le biais du masque et autres gestes barrières imposés, transmet peu le virus aux personnes fragiles.
Ces derniers ont par ailleurs appris à mieux se préserver.
Par ex, danseur de danses latino depuis de nbreuses années avec ma compagne, j'ai constaté que ds les soirées estivales, les couples ou célibataires d'un âge certain s'étaient évaporés, certains même avec lesquels nous avons maintenu le contact, attendant patiemment la mise en place d'un vaccin pour revenir ( la propagande de la peur a fait son oeuvre).
Je ne nie pas que ces ets soient menacés de fermeture, comme les bars.
Mais le risque de contaminer des personnes fragiles qui ne les fréquentent quasiment plus est devenu minime et les plages horaires des activités nocturnes ont été réduites.
Alors, ne reconfinons pas et laissons ces lieux de détente et de bien être s'auto réguler.
Merci pour eux.
a écrit le 19/09/2020 à 20:07 :
Intéressants tous ces commentaires favorables au meurtre des vieux... drôle de société qui ne respecte plus ses anciens, qui ont pourtant construit sa prospérité. Les vieux ça coûte trop cher, ça ne sert à rien, etc,etc... Les nazis avaient déjà le même discours. Le problème est qu'aucun ne veut assumer cet héritage intellectuel.
Réponse de le 20/09/2020 à 8:36 :
OK sur le fonds mais la France ne se résume pas aux EHPAD et la priorité c'est l'avenir on ne gagne rien à faire cette sorte de guerre de génération
Réponse de le 21/09/2020 à 9:49 :
"qui ont pourtant construit sa prospérité"

Et le dumping fiscal, social et environnemental également. C'est les politiciens qui ont surtout mis en priorité ceux qui votent, n'importe quoi bien souvent d'ailleurs, c'est pour ça, contre les jeunes et les actifs en paralysant tout le monde alors qu'il n'y avait juste qu'à isoler et protéger les personnes âgées.
Réponse de le 21/09/2020 à 14:28 :
"on ne gagne rien à faire cette sorte de guerre de génération "

Surtout que la génération des rentes glorieuses a massacré toutes celles d'après, il conviendrait qu'ils arrêtent de nous accuser de vouloir leur faire du mal alors que le dumping fiscal, social et environnemental c'est d'abord et avant tout eux.

Donc déjà je veux qu'il n'y ai pas de guerre, vous avez raison vous êtes sage mais ils s'en sortent encore bien hein... mais c'est pas pour cela qu'ils ne se plaindront pas ils ont été et sont encore bien trop chouchoutés par la classe dirigeante, le pli est pris, vu que ce sont eux qui vont le plus voter, et le cercle vicieux est bouclé.
a écrit le 19/09/2020 à 14:58 :
Ce qui est totalement logique puisque il y a de plus en plus de dépistages donc au lieu de dépister les gens à l'agonie à l’hôpital on les dépiste dans la rue à savoir au demeurant en forme, l'écart est là ce qui est incompréhensible, si ce n'est la seule volonté d'alarmer inutilement la population, c'est que les médias se taisent là dessus tandis qu'ils parlent de la hausse des contaminations h24.

L'orientation de l'information jusqu'à sa déformation.
a écrit le 19/09/2020 à 14:08 :
"Pas encore de reprise", ça donne l'impression qu'il y a du regret que cette reprise se fasse attendre.
a écrit le 19/09/2020 à 10:23 :
Massacre de l'économie, privation des libertés, désastres psychologiques pour beaucoup et sacrifice d'une génération d'élèves, augmentation des fractures sociales notamment entre les salariés "protégés" et les précaires, indépendants, commerçants.. etc... tout cela pour sauver qui ? comme une canicule en 2003 et moins que la grippe en 68 !!!! bravo les courageux politiques, maires... sauvons encore quelques vieux en Ehpad officiellement alors que les Ephad sont privés et font le stric minimum pour les protèger. L'insee a mis dans le dépassement de la moyenne due au COVID les morts de tristesse, les suicides (2 autour de moi)... stop à tout cela et regardons la suède qui comme les vikings restent pragmatiques et courageux.
Réponse de le 19/09/2020 à 20:12 :
Sur le sacrifice d'une génération d'élèves, ce n'est pas probant : la génération covid est au contraire exceptionnelle, à en croire les résultats du bac qui n'ont jamais été aussi bons !!
a écrit le 19/09/2020 à 8:50 :
La mortalité est le cas extrême lorsqu'on est atteint du covid-19. Il est beaucoup plus intéressant de parler de la durée nécessaire pour récupérer complètement de la maladie. Cela prend des mois. C'est pour cela que le nombre de cas actifs n'a jamais baissé. Protégeons nous et évitons d'être malade
a écrit le 18/09/2020 à 20:00 :
Bon, il y a quelques dizaines de morts, mais il y aussi 60 millions de vivants qui sont des jeunes, des qui ont besoin de travailler, d'aller à l'école, en vacances, de vivre normalement.
Ce n'est pas pour autant qu'il faille faire n'importe quoi et prendre des risques avec nos anciens, mais qu'on nous lâche nous un peu avec cette folie sanitaire, médiatique, obscène à force de statistiques, recommandations, infantilisation.
Je suis bientôt assez vieux pour faire un mort, le plus tard possible évidemment, mais j'ai bien la conscience que je ne suis pas éternel et je laisserai volontiers ma place à la génération suivante, ayant fait largement la part de ce je j'avais à faire sur cette Terre.
a écrit le 18/09/2020 à 19:31 :
On va peut-être finir par ouvrir les yeux et démasquer les impostures... Il ne s'agit pas de nier la maladie, il s'agit de retrouver la raison, de calmer la panique et de regarder vers l'avenir, pas de continuer à le refuser par peur de vivre bien davantage que par peur de mourir. Quant à l'eugénisme qui nous conduit à demander â l'Autre de se présenter à nous sans être porteur d'aucune maladie ni infection, là aussi il va falloir comprendre que la vie est un risque et que si on n'accepte pas ce risque (tout en cherchant à le maîtriser...), on ne vit pas non plus. Cela s'appelle grandir...
a écrit le 18/09/2020 à 18:35 :
y a 500.000 morts par an en france
12*50 ca fait 600 donc un millieme
et comme disait raoult ca touche pour l'instant bcp de gens pas en tres bonne sante et qui seraient morts a plus ou moins court terme
donc forcement, detecter des phenomes marginaux, qui plus est etalables legerement dans le temps, on n'a pas de modele pour ca
c'est pas pour ca qu'il ne faut pas faire attention
a écrit le 18/09/2020 à 18:30 :
Pourtant on peut pas dire que les médias ne l'attendent pas ! Ils y mettent tout du leur même...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :