Crise : risque d'augmentation de 80% des faillites d'entreprises en France (OFCE)

 |   |  490  mots
Une hausse de 80% des défaillances d'entreprises entraînerait la suppression de 250.000 emplois cette année.
Une hausse de 80% des défaillances d'entreprises entraînerait la suppression de 250.000 emplois cette année. (Crédits : Reuters)
En mettant quasiment à l'arrêt l'économie, les mesures de confinement décidées par les pouvoirs publics pour lutter contre la pandémie ont fragilisé de nombreuses entreprises, comme le montre cette nouvelle étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Les défaillances d'entreprises pourraient croître de 80% du fait de la crise liée au Covid-19 en France, entraînant la suppression de 250.000 emplois cette année, estime l'OFCE dans une étude publiée ce vendredi, où il défend un dispositif de soutien des fonds propres des entreprises.

Lire aussi : Coronavirus : les défaillances d'entreprises devraient exploser dans le monde

"Hausse substantielle"

Selon l'Observatoire français des conjonctures économiques, le taux de défaillance d'entreprises (part des entreprises dont les fonds propres deviennent négatifs, risquant donc la faillite) pourrait grimper de 1,8% en temps normal à 3,2% cette année du fait de la crise.

"Ces chiffres semblent petits, mais en fait ça fait passer le nombre de défaillances d'entreprises d'à peu près 55.000 à 90/95.000, donc c'est une hausse substantielle [...] et c'est inédit", a commenté Xavier Ragot, président de l'OFCE, lors d'une visioconférence de presse.

En mettant quasiment à l'arrêt l'économie, les mesures de confinement décidées par les pouvoirs publics pour lutter contre la pandémie ont fragilisé de nombreuses entreprises.

Lire aussi : Défaillances d'entreprises : les PME sous pression

L'OFCE souligne toutefois que le dispositif de chômage partiel déployé par l'État permet de réduire ce risque de faillites, qui sans cela atteindrait 4,4% des entreprises.

La crise se traduit aussi par "une multiplication par plus de 2,5 des problèmes de liquidités des entreprises", passant de 3,8% dans une situation normale à plus de 10% à la fin de l'année.

L'étude montre également de fortes différences d'impact selon les secteurs: sans surprise celui de l'hébergement-restauration est extrêmement exposé au risque de faillite, quand l'industrie en général l'est beaucoup moins.

Autre enseignement plus surprenant: à l'instar des très petites entreprises, les grandes entreprises, plus endettées et disposant de moins de liquidités, sont plus exposées à une défaillance, tandis que les PME et les entreprises de taille intermédiaire le sont moins.

L'OFCE en faveur d'un plan pour venir en aide aux entreprises

Mais l'étude souligne surtout que contrairement à une situation normale, la crise du Covid-19 risque de provoquer des faillites d'entreprises pourtant très productives, et ce quel que soit leur secteur d'activité.

Si on parvenait à identifier parfaitement ces entreprises, l'OFCE estime qu'il faudrait mobiliser 3 milliards d'euros pour soutenir leurs fonds propres et éviter leur faillite.

Mais ce montant est "un plancher inaccessible" du fait de la difficulté à faire ce travail d'identification.

L'OFCE propose donc de soutenir en fonds propres toutes les entreprises menacées d'insolvabilité "indépendamment de leur viabilité", par exemple via la création d'un "guichet où les entreprises déclareraient leurs besoins", selon Xavier Ragot, ce qui nécessiterait de mobiliser 8 milliards d'euros au 1er septembre.

Un dispositif qui viendrait compléter des mesures de soutien aux coûts fixes des entreprises (loyers, factures d'énergie, etc.).

Lire aussi : Covid-19 : des avances sur trésorerie pour les PME sous tensions

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2020 à 10:43 :
Et des prêts qui fragilisent toujours plus nos PME les rendant toujours moins compétitives. Au lieu de s'acharner sur le cout du travail qui a tué cette valeur pourtant vitale ils feraient mieux de penser au coût du capital dont les effets sont hautement plus destructeurs.
a écrit le 20/06/2020 à 13:07 :
Merci qui? merci au gouvernement chinois qui a menti, ment et mentira car c' est dans l' adn de ce type de régime politique. Les gogo, bobo qui achètent huwai, asus et consorts seraient bien inspirés de réfléchir à leurs actes d' achats....qui soutiennent ce type de régime...qui rêve de nous faire disparaître car la démocratie le gêne....les consommateurs européens ont ils conscience des enjeux géo-stratégiques quand ils achètent made in china ? moi je lis touts les étiquettes évitent de les acheter voire mt de côté certains pays qui servent de cheval de troiepour certains produits comme
de l' huile d' olive et coulis tomates soit disant italienne (l' Italie exporte plus qu' elle ne produit ces produits ..chercher l' erreur)alors que ces produits viennent du maghreb ou de chine en réalité ! réveillez-vous sinon le réveil dans 5, 10, 20 ans sera dévastateur pour toute l'europe...et notre façon de vivre .
au fait Les chercheurs italiens de l'Institut supérieur de la santé retrouvent des traces du Sars-CoV-2 dans les eaux usées à partir du 18 décembre à Milan et Turin....sachant qu' il faut entre 3-6 semaines pour obtenir ce résultat donc la pandémie a débuté bien avant ce qu' a déclaré la chine en janvier ... certains médecins chinois bravant le silence étatique évoque une contamination dès octobre voire peut etre juin...les gauchos ou facho, Les Républicains au lieu de polémiquer sur la gestion du covid devraient regarder leur passé: qui a décidé de la baisse de 100000 lits a l 'hopital dès 1995 , qui a fait détruire les masques avant 2017 ? DEVINEZ....certaines réponses sont sur you tube son des prise de paroles publiques (2007 etc)
a écrit le 19/06/2020 à 12:53 :
La solution :

Diminuer les charges de 70% ou déclarer une année blanche sans cotisations ou bien les assurances professionnelles prennent en charges les pertes ?
Réponse de le 21/06/2020 à 9:33 :
Çà c'est pas possible, Brigitte pourrait plus changer la vaisselle de l’Élysée et Macron pourrait plus faire installer une piscine olympique pour 7 jours de vacances aux frais du contribuable...
a écrit le 19/06/2020 à 11:37 :
whaou!
des prets pour que les entreprises aient des fonds propres?
on n'a pas eu les cours de finance au meme endroit!
les fonds propres c'est l'argent que vous amenez ( apporte par des capitalistes negriers ultraneo, donc) + l'argent que vous avez gagne et mis en reserve ( oui je sais, vu la rentabilite des entreprises francaises, ca fait pas beaucoup).....les avances de caisses, c'est le comptes ' concours bancaires courants', rien a voir avec des fonds propres
quant a faire survivre des entreprises deja pas viables, c'est vraiment cramer des cartouches pour rien; si vous travaillez au samu et que vous devez choisir entre quelqu'un qui va survivre et quelqu'un qui va de toute facon mourir, en general vous mettez vos forces sur le premier

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :