Croissance : la Banque de France abaisse ses prévisions pour 2016 et 2017

 |   |  234  mots
Les incertitudes liées au Brexit ont pesé dans les calculs de la Banque de France.
Les incertitudes liées au Brexit ont pesé dans les calculs de la Banque de France. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
L'institution monétaire emboîte le pas à de nombreux autres organismes qui ont eux aussi revu leurs prévisions à la baisse.

La Banque de France se montre moins optimiste que prévu sur la croissance française. Dans ses projections macroéconomiques semestrielles, dévoilées vendredi, elle table sur une croissance du PIB de 1,3% en 2016 (contre 1,4% prévu précédemment) et 2017 (contre 1,5%).

Selon l'institution, cette révision "significative" tient au fait que "la projection pâtit en particulier de perspectives de demande extérieure adressée à la France moins favorables, notamment en raison de l'impact du Brexit". En outre, elle s'attend aussi à un relèvement des prix du pétrole, ce qui pourrait jouer sur le pouvoir d'achat des ménages, car dans le même temps, les salaires ne progresseraient que très lentement.

Le gouvernement s'accroche à sa prévision pour 2017

Ces projections de la Banque de France s'inscrivent dans la continuité de plusieurs autres institutions internationales, qui ont révisé à la baisse ces derniers mois leurs prévisions de croissance pour la France. La Commission européenne prévoit ainsi 1,3% de hausse du PIB en 2016 puis 1,4% l'an prochain, tandis que l'OCDE parie respectivement sur 1,2% et 1,3%.

Dans ce contexte, le gouvernement a fini par abaisser légèrement sa propre prévision de croissance 2016, à 1,4%, tout en maintenant inchangée sa projection pour l'an prochain, à 1,5%. Une hypothèse qualifiée d'"optimiste" par le Haut conseil des finances publiques (HCFP), chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions budgétaires.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2016 à 13:43 :
En réalité, non, il ne s'agit pas d'une si mauvaise "nouvelle", puisque le "mur" n'est pas encore atteint, portes et fenêtre de plus en plus grand ouvertes, à coups de "grande distribution" pour tous !
a écrit le 09/12/2016 à 13:42 :
En réalité, non, il ne s'agit pas d'une si mauvaise "nouvelle", puisque le "mur" n'est pas encore atteint, portes et fenêtre de plus en plus grand ouvertes, à coups de "grande distribution" pour tous !
a écrit le 09/12/2016 à 12:29 :
Nous préconisons indexer le rendement revenus des livret A,pel,etc sur l'inflation moins 0.23%,rendement négatif possible
a écrit le 09/12/2016 à 12:20 :
Pfff.... "no problemo" puisque les chefs d'entreprise sont confiants eux !
a écrit le 09/12/2016 à 10:55 :
Depuis plusieurs années le gouvernement ment sans vergogne et se montre toujours plus optimiste sur les chiffres de la croissance et au final chaque année le chiffre réel est minoré de 0,20 à 0,50% ce qui fout en l'ai tous les budgets ...Comme si la méthode Coué allait faire monter le chiffre. C'est grave car cela est fait sciemment et imaginez qu'un ménage, un père ou une mère famille agisse de la sorte pour tenir son budget il terminerait vite interdit bancaire...Mais bon comme a dit un jour notre inénarrable Normal 1er (et dernier) "c'est gratuit c'est l'Etat qui paye..." Fermez le ban.
Réponse de le 12/12/2016 à 6:40 :
nos gouvernants et gouvernantes savent bien sur qu un budget d ETAT
se gere avec d autre criteres qu un " budget de menage français moyen"
les USA et les banques britaniques comme la bnppb plus riche que l ETAT
français impose ses lois!!!
a écrit le 09/12/2016 à 10:55 :
On vous le dit on vous le répète: INSEE, BCE, OFCE, et OCDE, la croissance Française en 2016, ni 1,5 ni 1,4 mais 1,3%; il n'y a pas de pire sourd que le Ministre des Finances et celui du Budget, qui ne veulent rien entendre. Le pire est d'avoir bâti un budget refusé par le Sénat à 1,5% déjà en dérapages graves à ce taux de croissance ; donc plus dur sera la "purge" fin 2017.
a écrit le 09/12/2016 à 10:41 :
Tous les organismes se plantent systématiquement dans leurs prévisions, ils sont incapables de prévoir la croissance à un trimestre alors à 1 ou 2 ans autant aller voir Mme Irma.
Il n'y a qu'avoir pour cette année au 1er trimestre ils prévoyaient +0.4 et on a eu +0.7, au 2ème trimestre ils prévoyaient +0.3 et on a eu -0.1.
Maintenant pour le dernier trimestre, ils prévoient + 0.4, peut-être que cela sera +0.6 ou +0.3 alors les prévisions...
a écrit le 09/12/2016 à 8:59 :
Un état qui prélève 57% de la richesse nationale empêche un pays d'avoir de la croissance
Non seulement l'état assomme les français d'impôts et de taxes mais en plus, il est incapable d'équilibrer les comptes. Résultat, la dette s'envole et augmente de 100 milliards
par an pour que le gouvernement puisse boucler les fins de mois. Hollande a connu une période faste, taux bas, pétrole à 49 dollars, euro dévalué et malgré ça, pas de croissance
et un chômage de masse. Bilan catastrophique et le successeur n'aura peut-être pas la chance de bénéficier d'un environnement aussi favorable.
Réponse de le 12/12/2016 à 6:35 :
un peu naïf!
qui doute que les banques
ne s enrichissent que sur les dettes
et nos ETATS savent faire jouer la

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :