Déficit public : la France a raté le coche

Selon un rapport de la Cour des comptes dévoilé ce mercredi 31 mai, l'Etat n'a pas suffisamment profité d'une série de facteurs exceptionnels pour réduire son déficit public en 2016.
Fabien Piliu

3 mn

En l'état, rien ne permet d'anticiper la reconduction d'éléments aussi favorables en 2017 , prévient la Cour des comptes pour qui  les incertitudes sur la trajectoire budgétaire à court et moyen terme se trouvent renforcées.
"En l'état, rien ne permet d'anticiper la reconduction d'éléments aussi favorables en 2017 ", prévient la Cour des comptes pour qui " les incertitudes sur la trajectoire budgétaire à court et moyen terme se trouvent "renforcées". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

Lors de la campagne, la Cour des comptes ne s'est pas privée de faire la leçon aux présidentiables, remettant en cause leurs propositions en matière de réduction du déficit public. En attendant de commenter l'action du nouveau gouvernement, la Cour a lancé une ultime pique à l'adresse du précédent.

Dans un rapport dévoilé mercredi, la Cour estime que l'Etat n'a pas suffisamment "mis à profit " une série de facteurs exceptionnels, comme la faible charge de la dette, pour réduire son déficit, regrettant une "occasion manquée" en 2016 pour les finances publiques.

"L'exécution du budget 2016 s'est caractérisée par une réduction du déficit faible et peu significative", indique son rapport. "Le contexte propice de la baisse de la charge de la dette et de la forte réduction des prélèvements sur recettes a été insuffisamment mis à profit pour progresser dans le rétablissement des finances de l'Etat ", poursuivent les magistrats financiers, par ailleurs inquiets pour 2017.

En 2016, le déficit de l'Etat s'est élevé à officiellement 69,1 milliards d'euros, soit 3,3 milliards de mieux qu'initialement prévu, et 1,5 milliard d'euros de mieux qu'en 2015.

La prise en compte des retraitements

Mais - il y a souvent un "mais" avec la Cour des comptes - "après retraitement ", c'est-à-dire corrigé des éléments exceptionnels survenus l'an dernier et les années précédentes, ce déficit s'est établi à un niveau supérieur à celui de 2013. Dans ce contexte, la Cour des comptes dénonce des effets d'aubaine et des "accommodements " comptables de la part du gouvernement sortant. Considérée comme une grande victoire par l'ancien gouvernement, la réduction du déficit public doit donc être relativisée.

Dans le détail, les dépenses nettes de l'Etat, inférieures de 1,4 milliard d'euros aux objectifs de la loi de finances initiale, ont ainsi été réduites "à la faveur d'économies de constatation sur la charge de la dette, liées aux faibles taux d'intérêts ", observent les magistrats financiers. Les efforts de l'Etat sont donc peu visibles.

Ces différents facteurs écartés, la progression de la dépense a été "près de deux fois plus rapide que celle affichée" entre 2015 et 2016, indique la Cour qui reproche au gouvernement sortant son manque de résultats en termes d'économies. Ainsi, la dépense a augmenté de 1,8% en 2016 et non pas de 1%, comme annoncé.

Des recettes exceptionnelles en 2016, des incertitudes en 2017

Côté recettes, l'Etat a également bénéficié de facteurs exceptionnels en 2016. La Cour cite notamment la redevance d'usage de 1,3 milliard d'euros pour la bande de fréquences des 700 MHz aux opérateurs de télécommunication, où la baisse imprévue des prélèvements sur recette au profit de l'Union européenne.

Alors que le redressement des finances publiques est l'une des priorités majeures de l'exécutif, la Cour des comptes et s'inquiète de la capacité de la France à tenir cet objectif.

"En l'état, rien ne permet d'anticiper la reconduction d'éléments aussi favorables en 2017", met en garde la Cour, pour qui "les incertitudes sur la trajectoire budgétaire à court et moyen terme se trouvent 'renforcées'".

Fabien Piliu

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 01/06/2017 à 9:42
Signaler
Dernier budget en équilibre : 1974. Depuis, notamment, merci à Sarko dont le premier geste en tant que psdt a été ... d'augmenter son salaire (!!) et qui a creusé le plus gros déficit de toute l'histoire du pays. Chapîon, le sarko ! Merci aussi à mac...

à écrit le 01/06/2017 à 8:30
Signaler
Merci à l'ancien ministre de l'économie (à défaut d'avoir été le ministre des économies)) pour n'avoir pas su gérer les choses correctement. Mais peut-être était-il trop occupé à magouillé en coulisses pour créer son parti (oups : il paraît qu'ils 'a...

à écrit le 01/06/2017 à 5:33
Signaler
Les politiciens francais sont mediocres. On ne l'avait point note. Merci de l'avoir precise. En fait, ils sont a l'image des electeurs qui leurs donnent toute latitude a depenser sans compter. Depuis Louis XV. le budget de l'etat est deficitaire, c'...

à écrit le 31/05/2017 à 22:42
Signaler
La cour des comptes oublient les facteurs défavorables qui ont joué : - Le mauvais temps qui a perturbé le tourisme, créé des inondations et provoquer les plus mauvaises récoltes depuis 30 ans - La crise du lait où il a fallu subventionner les agr...

à écrit le 31/05/2017 à 21:28
Signaler
C'est bien que quelqu'un d'impartial dise ce dont tous les analystes sérieux étaient déjà persuadés. J'espère que Macron donnera plus de pouvoir à la cour des comptes, vu que ses avis sont systématiquement ignorés par les politiciens au pouvoir (...

à écrit le 31/05/2017 à 18:31
Signaler
Macron était le ministre de l'économie après avoir été conseiller éco. d'hollande, donc à qui imputer ce loupé??? que ce soit sur le déficit manqué, chômage manqué, dette manqué, croissance manqué aussi, donc macrohollande co-responsables de ces cata...

à écrit le 31/05/2017 à 18:11
Signaler
Les dettes publiques sont un cadeau qui a été fait aux banques lorsqu'on leur a donné le pouvoir de financer les Etats. D'où vient l'argent qui finance les "dettes"? Il n'existe pas. Il est créé ex-nihilo... ce ne sont pas les maigres fonds propres d...

à écrit le 31/05/2017 à 16:58
Signaler
Depuis des décennies, la Cour des Comptes rend des rapports, des analyses sur l'effarante gestion des deniers publics par nos gouvernants, dénonce les innombrables gabegies à tous les niveaux des détenteurs du pouvoir tant au niveau national que loca...

le 31/05/2017 à 19:32
Signaler
La cour des comptes est indispensable, ne serais qu'en raison de son indépendance. Malheureusement les dirigeants font ce qu'ils veulent, puisqu’ils sont démocratiquement élus et que pour beaucoup ils considèrent qu'ils n'ont pas de comptes à rendre...

à écrit le 31/05/2017 à 16:54
Signaler
Nos politiques sont décidément bien médiocres, incapables de gérer correctement les finances publiques. Pourtant , les impôts ont augmenté massivement depuis 5 ans et Macron en rajoute une couche avec la CSG qui ne va pas toucher que les retraités ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.