Des arbres pour lutter contre les inondations ?

 |   |  357  mots
Le sud-est de la France a durement été frappé par des inondations exceptionnelles la semaine dernière
Le sud-est de la France a durement été frappé par des inondations exceptionnelles la semaine dernière (Crédits : © David Becker / Reuters)
Samedi, la secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse a demandé un "plan de végétalisation des villes" pour lutter contre les catastrophes naturelles, une semaine après les tragiques inondations dans le sud de la France.

La secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse, a demandé samedi un "plan de végétalisation des villes" pour lutter contre les catastrophes naturelles, comme les inondations dans le sud de la France le week-end dernier.

"La priorité, c'est de remettre autant que possible de la nature à la place du bitume", a déclaré Mme Cosse, dans son discours au conseil fédéral du parti écologiste, qui se tient à Paris jusqu'à dimanche.

Elle a évoqué le lancement d'"un plan de végétalisation des villes, notamment pour renforcer l'action de plantation des arbres et des haies" car "l'eau a besoin d'espace pour être évacuée, elle a aussi besoin de terre pour pouvoir s'infiltrer".

La responsabilité humaine

Pour la responsable politique, les inondations du 3 octobre, qui ont fait 20 morts, relèvent d'une "responsabilité humaine": avoir laissé "s'urbaniser à outrance des territoire pour satisfaire le plus souvent les intérêts des spéculateurs immobiliers".

"Construire en zone inondable, bétonner sans limite, c'est mettre en danger la vie d'autrui, c'est avoir des conséquences mortelles pour un certain nombre de personnes", a-t-elle insisté, rappelant que plusieurs victimes étaient mortes dans leur parking, cherchant à sortir leurs voitures comme à chaque épisode de pluie pour éviter que l'eau fasse des dégâts.

Une reprise en main des politiques foncières

Elle a fustigé la responsabilité des élus locaux, mais aussi celle des préfets, proposant que "les régions prennent en main les politiques d'aménagement des territoires et l'ensemble des politiques foncières".

"Les régions doivent obtenir la capacité de forcer les maires à construire des logements sociaux, mais la loi doit renforcer le droit de préemption des préfets contre ces maires récalcitrants et doit rendre l'action des Établissements publics fonciers beaucoup plus obligatoire dans ces communes", a-t-elle expliqué.

Mme Cosse a notamment suggéré la création d'une "règle verte d'aménagement du territoire" appuyée sur la loi Alur sur le logement et permettant qu'"aucun projet d'aménagement ne puisse être validé si la pression urbaine dépasse les capacités de renouvellement de la biosphère".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 21:02 :
personne condamné rigolos
a écrit le 11/10/2015 à 21:39 :
Quand on regarde des villes comme Rennes, où on bétonne trop partout, c'est risqué, surtout que le climat est très humide là bas, et en plus, c'est gris, laid,...Un peu d'arbres ne font pas de mal, pour dire stop au bétonnage intensif.
a écrit le 11/10/2015 à 18:06 :
@toufo68 et Houlala 10/10
Je suis tout à fait de votre avis: il faut arrêter de bétonner et promouvoir les espaces verts en ville et autour. Ceci étant écrit, j'ai l'impression que faire pousser des arbres prend beaucoup de temps. J'avais pensé qu'un pis-aller serait d'installer des bassins de rétention mais ce n'est apparemment pas peut-être pas la solution optimale pour protéger les crues dans les villes. Dans les usines, on les creuse pour éviter la pollution des rivières.
Cordialement
a écrit le 11/10/2015 à 18:06 :
Des arbres pour lutter contre les inondations ?

la secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse -------------------------------
Enfin une superbe innovante idée des verts découvrant ce qui est dénoncé depuis des années , il ont votés le remembrement des terres cultivables , qui a donné le coup de grâce aux pâtures (haies) les arbres , les fossés bouchés , les indispensables fermés avec des drains (se bouchent avec quelques détritus) ‘’ le plat pays ‘’ , les constructions + parking etc , et pour les cours d’eau qui restent ..ils sont à demie bouchés , plus d 'entretient ça coute trop chère !!!! les arbres (superbes) abattus trop dangereux pour certains automobilistes ….. enfin faire et défaire ça crée de l’emploi et des impôts…
Réponse de le 25/01/2019 à 20:05 :
Les noms des plantes pour éliminer les inondations
a écrit le 11/10/2015 à 11:10 :
Ouf, on est sauvé avec des ministres de ce niveau. Dans trois mois, elle va recommander d'embaucher des cantonniers pour entretenir les rus et demander la replantation des haies dans les champs!!! Plus simplement dit, encore "une" payée grassement avec nos impôts pour enfoncer les portes ouvertes.........................................à entendre toutes les âneries du monde politique !!
a écrit le 11/10/2015 à 10:41 :
Un peu contradictoire non ?
D'un coté on veut obliger les maires à végétaliser de l'autre imposer aux régions de bétonner !
Cette responsable politique a une drôle d'Alur !
a écrit le 11/10/2015 à 8:22 :
La solution est toute simple:entretien des cours d"eau cela laisse sérieusement a désirer,parfois inadmissible, et enfin interdire de construire en zone inondable contrairement a ce que cela se fait depuis de nombreuses années la seule raison l'argent qui pourrit la société
Réponse de le 11/10/2015 à 10:24 :
En Vanoise un cours d'eau de montagne a vu son débit multiplié par 600, entrainant des voitures, sais pas si son 'entretien' est en cause). La Nature est imprévisible et trop forte pour nous. Heureusement que c'est rare (dans le Sud parait que vers 1980, le même phénomène a eu lieu au même endroit)
a écrit le 11/10/2015 à 7:36 :
Dans mon agglomération, les élus viennent de réviser de plan de prévention des crues. Jusqu'à maintenant, le niveau de la crue de 1863 ne protège pas toutes les maisons de la monter des eaux alors que le niveau de la crue de 1840, celui que la SNCF a choisi pour ses voies, protège les habitants. Que faut-il en penser que les élus ont préféré avoir des dizaines de taxes foncières et taxes d'habitation en plus que des habitants aux maisons au secs? Il a fallu des années d'inondations pour redevenir raisonnable au prix de la perte de zone d'habitations. En quarante ans nous avons eu plusieurs fois la crue centennale. Certes d'importants travaux ont été entrepris pour la vieille ville mais les lotissement des années 70 ont régulièrement les pieds dans l'eau.
a écrit le 10/10/2015 à 20:55 :
Si les berges etaient entretenues,il y aurait moins d'embacles pour retenir l'eau et former des barrages ,qui en se rompant devastent tout!!!
a écrit le 10/10/2015 à 18:58 :
si les parkings étaient sous les immeubles c'était justement pour limiter l'emprise au sol du béton et garder des espaces verts autour des immeubles ; les verts ont besoin de sans cesse réinventer l'eau chaude pour exister il y aura toujours des catastrophes naturelles on ne peut malheureusement pas toutes les anticiper
a écrit le 10/10/2015 à 18:29 :
Il n'y a pas besoin de voter écolo pour s'aperçevoir qu'elle a raison sur toute la ligne. Personnellement, je vote à droite, et je la rejoins dans tout ce qu'elle vient de dire sur la re-végétalisation des villes. C'est devenu n'importe quoi!
a écrit le 10/10/2015 à 18:08 :
Le bitume existe, on ne peut pas l'enlever. Planter des arbres va prendre un certain temps car il faut le temps qu'ils poussent. La solution la plus rapide est de construire des bassins de rétention. Toutefois, il faut se poser la question de la rentabilité car les coûts des derniers terribles événements (E650 mlds) qui n'arrivent quand même pas tous les jours n'est pas si élevé que cela.
Cordialement
Réponse de le 10/10/2015 à 18:46 :
Bien sûr que l'on peut construire des bassins de rétention mais sans bassin d'infiltration ça ne changera pas ton problème...
Il faut un équilibre et je trouve l'idée de Mme Cosse est tout à fait raisonnable.
Quand je vois tous ces promoteurs s'en mettre pleins les fouilles et entassent les gens dans 3-4 ares, je trouve cela malsain. On a mis des années à comprendre que les barres HLM n'étaient pas socialement acceptable, on en mettra au moins autant pour comprendre que le lotissement à outrance n'est pas non plus en solution en soit.
En Angleterre, la moindre petite ville possède son parc et ses espaces verts, je ne comprend pas qu'en France nous n'ayons pas ce réflexe. Certains centre ville n'ont plus rien d'attrayant - magasins et commerces à outrance - société de consommation oblige....
Donc oui à l'idée des verts, oui à l'urbanisation raisonnée et c'est un gars du métier qui parle.
a+
Réponse de le 10/10/2015 à 19:44 :
Le bitume existe certes, mais il devrait être limité au strict minimum car on en met partout mais quand il faut l'enlever, il est considéré comme déchet dangereux, donc c'est qu'il est dangereux. De plus un sol forestier retient jusqu'a 20% des eaux (plus le captage par les feuilles qui est aussi très important), il piège du carbone, des polluants, produit de l'oxygène et des déchets verts qui amendent la terre ou peuvent servir de chauffage. Eventuellement on peut vendre le bois au bout de 40 ans. Le bassin de rétention retient (un peu) et c'est tout. Pour le rapport qualité prix, il n'y a pas photo. Et si les arbres mettent du temps à pousser, il est d'autant plus pertinent de s'y mettre tout de suite et ne pas gaspiller du temps et de l'argent à fabriquer encore des trucs machins en béton ou autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :