Disparition d'Olivier Dassault, député, industriel et artiste

 |  | 835 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Héritier du groupe industriel éponyme, homme politique, photographe, Olivier Dassault, 69 ans, petit-fils du fondateur Marcel Dassault, est mort ce 7 mars 2021 dans un accident d'hélicoptère.

Représentant d'une troisième génération d'industriels de la défense engagés en politique, Olivier Dassault est mort ce 7 mars à l'âge de 69 ans à la suite du crash de son hélicoptère à Touques dans le Calvados, a-t-on appris ce dimanche soir.

Delphine Mienniel, procureur de la République de Lisieux, a confirmé à l'AFP le décès de M. Dassault et du pilote. De sources proches de l'enquête, l'accident s'est produit vers 18H00 à Touques, près de Deauville. De même source, il n'y avait personne d'autre à bord. Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation civile a indiqué dans un tweet que l'appareil, un Aérospatiale AS350 Écureuil, s'était écrasé "au décollage", effectué "depuis un terrain privé". Le parquet a saisi la section des recherches de la gendarmerie des transports aériens, chargée de l'enquête.

"Olivier Dassault aimait la France. Capitaine d'industrie, député, élu local, commandant de réserve dans l'armée de l'air: sa vie durant, il ne cessa de servir notre pays, d'en valoriser les atouts. Son décès brutal est une grande perte. Pensées à sa famille et à ses proches", a tweeté le président de la République, Emmanuel Macron.

Ingénieur et industriel, il dirige, à la mort de son grand-père Marcel, né Bloch, les Falcon et les avions civils de Dassault Aviation, de même qu'il deviendra vice-président du groupe de presse Valmonde (éditeur de Valeurs Actuelles) dans les années 2000.

"Je voulais faire de la politique depuis tout gamin"

Parallèlement, Olivier Dassault se fait élire conseiller de Paris (1977-1989) avant de retourner dans l'Oise, où il se fait élire depuis 1988 député de la première circonscription au lendemain de la disparition de son grand-père.

En 2011, il avait été nommé président du conseil de surveillance du groupe Dassault, le plaçant en bonne position pour reprendre un jour la holding familiale Dassault. Mais sept ans plus tard, quelques mois avant la mort de son père, il avait annoncé à l'AFP sa décision de démissionner de la présidence du conseil de surveillance de la holding familiale "pour cause d'incompatibilité avec son mandat de député".

A défaut de devenir maire de Beauvais, il siégera, entre 1989 et 2001, au conseil régional de Picardie comme au conseil départemental de l'Oise.

"Je voulais faire de la politique depuis tout gamin car j'avais accompagné, plusieurs fois, mon grand-père Marcel dans sa circonscription picarde. Un jour, il m'a dit : "C'est très bien de vouloir être député, mais avant d'être député, il faut commencer par être conseiller municipal." confiait-il en 2014.

Pilote professionnel de Falcon 50

Musicien, photographe, pilote professionnel, il conduit ses amis en Falcon 50 quand l'occasion se présente. Un jour, entre les éclairs, il emmène le maire de Paris Jacques Chirac à un dîner organisé par Edouard Balladur en région. A la sortie, l'ancien président de la République qui avait connu, enfant, le grand-père Marcel Bloch, félicite le petit-fils Olivier Dassault: "Tu es un pilote extraordinaire, tu as un sixième sens, tu vois les turbulences".

"C'est vrai que je suis un pilote très fin. Tout le monde le dit quand il vole avec moi ou avec un autre, ça n'a rien à voir. J'y mets une sorte de douceur, c'est peut-être dû à une plus grande sensibilité", racontait-il encore il y a sept ans.

 Marié deux fois, l'homme multi-cartes était père de trois enfants.

De nombreuses personnalités politiques ont rendu hommage au fils de Serge Dassault et petit-fils de Marcel Dassault, qui était l'une des plus grandes fortunes de France. Le magazine Forbes classait Olivier Dassault comme la 361e fortune mondiale en 2020, à égalité avec ses deux frères et sa sœur avec environ 5 milliards d'euros chacun.

Le Premier ministre Jean Castex a salué "un député humaniste, un entrepreneur visionnaire, un homme profondément engagé pour son pays, un artiste à l'élégante audace". "Je pense à sa famille et à ses proches qui doivent ressentir une terrible douleur", a réagi le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand sur Cnews. Son homologue au Sénat, Gérard Larcher, s'est dit "très touché par la disparition brutale" d'un "homme d'entreprise reconnu et député actif et engagé".

Le patron des députés LR, Damien Abad, a salué un "chef d'entreprise hors pair, député au grand cœur et grand défenseur de l'industrie" dont la "gentillesse et l'humanisme resteront à jamais dans notre mémoire". De nombreuses autres personnalités de droite ont fait part de leur tristesse. "Notre région perd un grand serviteur", a tweeté Xavier Bertrand, président (ex-LR) des Hauts-de-France. "Homme d'entreprise, mais aussi photographe reconnu, il avait la passion de la politique dans le sang, ancré dans son département de l'Oise", a salué Valérie Pécresse, présidente (Libres!) de la région Ile-de-France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2021 à 17:41 :
Surement aucun lien

11 février :

Futur avion de combat: tensions avec l'Allemagne qui demande l'accès aux technologies de Dassault.

Sinon, n'oublions pas le pilote
Réponse de le 08/03/2021 à 20:40 :
7 à 8 mois après le deuil de son père , courage à sa famille.
C’est sûrement le destin.
Pas le choix que d’accepter le destin.
a écrit le 08/03/2021 à 9:28 :
On ne se méfiera jamais assez des hélicoptères qui en cas d'aléa technique se transforment en caillou - Sympathies pour cette disparition..
a écrit le 08/03/2021 à 8:15 :
Il y a souvent des morts en transport privé avion ou hélicoptère, autant ce privilège que les risques sont importants ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :