Durée du travail, ISF, TVA... Les recettes anti-chômage d'Alain Juppé

 |   |  1660  mots
Alain Juppé, candidat à la Primaire de la droite dégaine ses mesures en faveur de l'emploi. Il préconise notamment le retrour aux 39 heures et la suppression de l'ISF
Retour aux 39 heures légales, instauration d'un CDI "sécurisé", transfert du financement de la protection sociale vers la TVA, baisse de l’impôt sur les sociétés, suppression de l'ISF... Dans son ouvrage "Cinq ans pour l'emploi", Alain Juppé expose ses recettes pour faire baisser le chômage. Retrouvez ici le document sur ses principales propositions.

[Article publié le 10 mai 2016]

Temps de travail, financement de la protection sociale, rôle des syndicats, poids de la fiscalité pesant sur les entreprises... Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, continue d'égrener à son rythme son programme présidentiel. Après ses propositions sur l'éducation et celles sur le rôle de l'Etat, cette fois, dans un nouvel ouvrage, - « Cinq ans pour l'emploi »* -  officiellement dévoilé ce soir au Palais des Congrès de Paris, il présente ses suggestions en faveur de l'emploi, estimant, en la matière, que « l'on n'a pas tout essayé ».

L'objectif numéro un que se fixe le maire de Bordeaux est de « débloquer » le marché du travail français qu'il juge trop rigide. Et de prendre en exemple les réformes menées dans les années 1990 en Suède et 2000 en Allemagne.

Globalement, les recettes avancées par Alain Juppé relèvent d'un libéralisme tempéré. Il veut certes déréglementer mais va beaucoup moins loin que ce que suggèrent par exemple François Fillon et Hervé Mariton deux autres candidats à la primaire de droite.

Le retour des 39 heures légales

Il en va ainsi de la durée du travail. Là où beaucoup au sein du parti « Les Républicains » veulent supprimer toute mention d'une durée légale dans le code du travail, à l'inverse, Alain Juppé veut maintenir une telle référence en faisant le pari que c'est même la meilleure façon pour bouger les lignes...

Il propose donc de supprimer la durée légale de 35 heures. Il reviendra à chaque entreprise de fixer sa durée du travail dans le cadre d'une négociation et donc de fixer le seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Cependant, dans l'esprit d'Alain Juppé, la loi prévoira qu'à défaut d'accord, la durée du travail sera fixée à 39 heures, c'est donc un retour à la situation qui prévalait avant 1998. Pour les salariés qui effectuent déjà aujourd'hui des heures supplémentaires majorées au-delà de 35 heures, la perte du bénéfice de la majoration entre 35 et 39 heures sera compensée par une réduction d'impôt sur le revenu et de cotisations salariales « dont le coût sera de deux milliards d'euros ».

Étant entendu que cette réforme devrait aussi s'appliquer à la fonction publique.

Un CDI "sécurisé"

Sur la question du contrat de travail, l'actuel favori dans les sondages pour la primaire reprend une vieille antienne du Medef en voulant « réhabiliter le CDI et le rendre plus attractif pour les entreprises ». Il propose donc que les CDI puissent prévoir des motifs prédéterminés de rupture « adaptés à l'entreprise, encadrés par la loi et homologués par l'administration ». Ces motifs seront définis dès la conclusion du contrat de travail et en cas de litige, le juge ne contrôlera pas la validité du motif dès lors que le contrat aura été homologué mais seulement la matérialité des circonstances invoquées.

Pour rénover le dialogue social, Alain Juppé veut faire de l'accord d'entreprise la norme «de droit commun de fixation des règles générales des relations du travail » mais dans le respect de l'ordre public absolu défini par la loi.

En cas d'échec des négociations, l'ancien Premier ministre souhaite qu'un référendum d'entreprise puisse être organisé à l'initiative du chef d'entreprise et/ou d'au moins un syndicat représentatif. Le résultat de ce référendum aura force obligatoire.

Dans les petites entreprises où le fait syndical est rare, Alain Juppé propose de considérablement simplifier la technique du mandatement syndical et d'autoriser plus facilement les représentants élus de signer des accords.

Il préconise également de « neutraliser » pendant cinq ans les conséquences du franchissement des seuils sociaux (actuellement, la loi Rebsamen prévoit un tel gel durant trois ans). Alain Juppé annonce aussi qu'il annulera la réforme du compte pénibilité et qu'il facilitera au maximum l'ouverture dominicale et en soirée des commerces, sous réserve du volontariat des salariés et d'une majoration de la rémunération de ces derniers. Bien entendu, comme tous les autres candidats à la primaire, Alain Juppé plaide aussi pour une dégressivité des allocations chômage.

Un dispositif "zéro charge" au niveau du Smic

En revanche, Alain Juppé reste attaché « au principe du salaire minimum ». Il ne remettra donc pas en cause l'existence du Smic. En revanche, il veut parvenir à un véritable « zéro charges » au niveau du Smic pour le chef d'entreprise. Il estime en effet qu'il reste actuellement environ 16 points de cotisations pour l'employeur au niveau du Smic, ramené à 11 points après application du CICE. De fait, depuis le 1er janvier 2015, il n'y a plus de cotisation patronale de sécurité sociale au niveau du Smic, il ne reste « que » l'assurance chômage, les retraites complémentaires, le versement transport, etc. Mais pour les entreprises de moins de 250 salariés, l'instauration d'une prime de 2.000 euros en cas de recrutement permet, déjà, de parler d'un dispositif « zéro charges» à ce niveau.

Toujours au chapitre des cotisations patronales, Alain Juppé compte instituer des allégements dégressifs des cotisations patronales jusqu'à 1,8 Smic (contre 1,6 Smic actuellement). Il estime y parvenir en procédant à la refonte des allégements actuels et du CICE.

Transférer le financement de la politique familiale vers la TVA

Surtout, afin de favoriser la compétitivité, le maire de Bordeaux préconise de transférer par étape le financement de la politique familiale vers l'impôt. Ainsi, dans une première étape, il se propose de basculer plus de 10 milliards d'euros de cotisations « famille » (soit un gros tiers du total). Cette mesure serait financée par une augmentation de la TVA d'un point... Un basculement préconisé par Nicolas Sarkozy à la fin de son quinquennat.

Mais pour redonner confiance aux entreprises et ainsi créer de l'emploi, Alain Juppé ne préconise pas que des réformes sociales. Il veut aussi s'attaquer à la fiscalité pour la rendre plus incitative. C'est donc essentiellement la fiscalité pesant sur les entreprises qui l'intéresse. A ce stade, il ne promet pas de réductions d'impôts massives pour les ménages, faute de marges de manœuvre suffisantes. En revanche, il s'engage à relever le plafond du quotient familial de 1.500 à 2.500 euros par demi-part supplémentaire, pour un coût total estimé à deux milliards d'euros. De même, il compte augmenter les allégements de cotisations des particuliers employeurs pour favoriser l'emploi à domicile.

Baisser l'impôt sur les sociétés

Tout le reste de son programme concerne les entreprises. Il souhaite tout d'abord faire converger le taux de l'impôt sur les sociétés (IS) vers la moyenne européenne (22%). Pour ce faire, dans un premier temps, le taux d'IS sera fixé à 24% pour les PME réalisant jusqu'à 7,6 millions de chiffre d'affaires, et le taux pour les autres entreprises sera ramené à 30% (contre 33,3% actuellement sans compter les cotisations additionnelles en passe d'être supprimées dans le cadre du « pacte de responsabilité »).

Il souhaite aussi rétablir une taxation forfaitaire (ou « flat tax ») sur les revenus de l'investissement. Idem pour les dividendes, pour lesquels « le taux sera proche de ce qu'il était avant 2012, c'est-à-dire autour de 20% ». Pour les plus-values, la taxation sera dégressive avec la durée de détention, avec l'objectif qu'on ne soit plus imposé que du quart de la plus-value (prélèvements sociaux inclus), au bout de six ans.

Supprimer l'ISF

Point sensible, Alain Juppé s'engage aussi à supprimer l'ISF, ce qui entraînera, dès 2018, la disparition du dispositif-ISF-PME qui permet de déduire de l'ISF les montants investis dans une jeune PME. En remplacement, le maire de Bordeaux propose que la réduction d'impôt qui permet de déduire une partie des investissements de l'impôt sur le revenu soit accrue (soit une réduction d'IR maximale de 63.000 euros), de sorte que l'aide procurée soit équivalente à l'ISF-PME (environ 500 millions d'euros).

Bien entendu, à l'instar de tous les autres candidats à la primaire, Alain Juppé insiste sur la nécessaire maîtrise des dépenses publiques et sur l'obligation pour l'Etat de se réformer. A son programme donc, une baisse de 85 à 100 milliards d'euros de la dépense publique sur cinq ans, via notamment, un retour à la suppression du nombre des fonctionnaires. Mais il compte aussi faire participer la Sécurité sociale et les collectivités locales à cet effort...

Gouverner par ordonnances

In fine, sur le fond, les propositions de l'ancien Premier ministre ne sont pas très surprenantes. Elles correspondent grosso modo aux diverses idées évoquées depuis plusieurs mois au sein du parti « Les Républicains ». En revanche, dans la méthode, Alain Juppé se démarque - même si François Fillon a émis des idées assez proches - en voulant mener les réformes au pas de charge.

S'il est élu - il assure toujours ne vouloir faire qu'un seul quinquennat -, il promet de nommer un gouvernement restreint de 12 ministres de plein exercice au maximum. Il fera immédiatement adopter par le Parlement une loi habilitant le gouvernement à procéder par ordonnance. Et, dans les six mois suivant son élection, les principales réformes seront appliquées dont... le report à 65 ans de l'âge légal de départ à la retraite.

(*) "Cinq ans pour l'emploi", Éditions JC Lattès, 270 pages, 12 euros.

Retrouvez ci-dessous la synthèse des propositions faites par Alain Juppé dans son livre:

____

>>> "Cinq ans pour l'emploi" : dans son troisième livre-programme, Alain Juppé a dévoilé son projet économique pour remettre la France sur le chemin du plein emploi. Retrouvez ici le [Replay] de son intervention devant des entrepreneurs ce mardi 10 mai au Palais des Congrès à Paris.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2016 à 14:31 :
Travailler plus pour diminuer le chômage, très bonne idée... Sinon, l'instauration d'un "cdi sécurisé" est excellente : ça permettra le "cdi insécurisé".
a écrit le 24/11/2016 à 12:55 :
beaucoup d'idees et de propositions intelligentes sur ce forum...c'est bien,c'est comme cela doit etre...prochaine etape comme le disait un intervenant on descent dans la rue
Réponse de le 26/11/2016 à 16:23 :
Si Juppé passe, le peuple finira par aller massivement dans la rue... Si vous en avez le doute souvenez vous de Juppé 1er ministre...
a écrit le 24/11/2016 à 12:36 :
RENPLACE CERTAINE CHARGE SOCIAL PAR DE LA TVA ET DEVENU UNE SOLUTION VALABLE?? SEULEMENT LA TVA ACTUEL RENPLACE EN MONTANT DEJA LA SUPRESTION D IMPOTS DIRECT FAIT PAR HOLLANDE? SI ON REMPLACE DES CHARGES SOCIAL EN LES REMPLACENT PAR LA TVA. CELA FAVORISERAS LES ENTREPRISES? MAIS PAS LES BAS REVENUES .LES RETRAITES LES INVALIDES ET LES CHOMEURS. SI CELA SE FAIT ILS FAUDRAS PREVOIR POUR EUX UN REVENUE PLUS FORT POUR COMPENSE LA DIFERENCE PERDU EN TVA?ET POURQUOI PAS UN REVENUE QUI LEURS PERMETENT DE VIVRE DESSAMENT EN Y INCLUENT LES ETUDIANTS?POUR LA RERAITE A 65ANS J AI DEJA DIT DIT QUE FINIR A 65ANS POUR UN INTELECTUEL C EST PLUS FACILE QUE POUR UN TRAVALLEUR MANUEL? POUR L ISF IL ET HONTEUX DE SUPRIME DES IMPOTS AUX RICHES POUR EN RAJOUTER AUX PAUVRES???ILS NE FAUT PRENDRE LE PEUPLE POUR DES C ???
a écrit le 16/10/2016 à 12:53 :
Chroniques d'un désastre social annoncé......ou un peu plus d'argent aux actionnaires qui vont se goinfré sans créer le moindre emploi. Ce type de politique serait bonne dans un pays ou la classe dirigeante à une conscience nationale mais pas en France. Le comportement de cette classe par rapport à l'ISF en est la preuve.
a écrit le 10/06/2016 à 15:23 :
C'est pas trop mal, par contre l'ISF c'est vraiment idiot de le supprimer. Surtout que la raison qui est avancé c'est que les entrepreneurs à succès échapperaient à l'ISF en allant en Belgique. Alors que de un "ce marché international des entrepreneurs" n'existe pas, il n'y a pas un seul Français chef d'entreprise d'une firme étrangère. De deux, la classe des riches est la seule qui est mondialisé quand la fiscalité est restée nationale ce qui leur permet d'avoir des avantages fiscaux. Mais est-ce que ça veut dire qu'il faut entrer en compétition fiscale avec nos voisins pour garder nos entrepreneurs? Bien sûr que non, il n'y a rien de plus attardé que de faire une course à l'échalote à qui va baisser le plus ses impôts pour bénéficier du dumping fiscal. Ce qu'il faut faire c'est forcer au niveau Européen à mettre fin à ce dernier. On parle de solidarité Européenne alors que jusqu'à présent tout cela semble n'être qu'une compétition économique. Il faut donc que la Belgique crée son ISF, ce n'est pas à nous de le supprimer
Réponse de le 25/09/2016 à 15:30 :
L'ISF a fait fuir la quasi totalité des gros patrimoines (+ de 10 Millions Euro hors professionnel) et fait la fortune de la Belgique...
Resultat, nous sommes le seul pays en Europe où le chomage continue de monter .car les nouvelles entreprises se créent directement en Grande Bretagne ou en Irlande .
Tous les jours!, je rencontre des jeunes sortis d'école de commerce qui montent leur start UP en GB ou Irlande .
Pourquoi prendre des risques en France quand après fiscalité , il ne reste rien ( IS, IR,ISF etc) et devoir courrir la compétition internationale avec des sabots quand les autres ont des baskets ...
Voilà une bonne partie de l'explication du chomage en France.
Cdt
Réponse de le 26/11/2016 à 16:25 :
Si'ils sont partis, ils ne reviendront pas demain... Alors pourquoi supprimer cet imôts qui ne touchent (pour une fois) que les riches?
a écrit le 14/05/2016 à 7:48 :
C'est la droite pure et dure qui préservera tous les nantis.J'en veux pas.Les gens qui trouvaient la gauche trop à droite avec FH vont apprendre à connaître Juppé si ils votent pour lui ou lui laissent l'autoroute par l'abstention massive qui risque fort de se produire.
a écrit le 13/05/2016 à 14:01 :
Pour moi c'est simple. Tant que l'on ne touche pas aux avantages des graisseux, teigneux du système. C’est à dire aussi à notre surplus d'élus cumulards (en plus) and au déficit de la fonction publique et de l'état par des mesures adéquates et radicales, certes de fait souvent impopulaires (amusant non?) ces candidats au poste suprême ne m'intéressent pas.
a écrit le 13/05/2016 à 8:12 :
Il fait parti de la nomentaclura et il ne touche surtout pas aux copains qui gérent depuis 40 ans. : supprimer 200 députés, le conseil économique et social, toutes les aides aux anciens présidents, le senat à revoir complètement et tous les passe-droits...
a écrit le 12/05/2016 à 20:05 :
Mr Alain Juppé.Avec intérêt,j'ai suivi votre temps de paroles sur TF1,journal de 20h,le 11 mai où vous soulignez l'importance de mettre en valeur l'apprentissage des jeunes,et que de nombreux professionnels manquaient d'apprentis.
Or,ma fille,2ème année du CAP vente;qu'elle passe cette semaine,ne trouve AUCUN MAÎTRE de stage,afin de poursuivre,motivée en BAC PRO VENTE.
Sans maître d'apprentissage:impossible de poursuivre!Dommage,pour un jeune impliqué dans son"devenir"!!!
Aucun contrat=aucun avenir!Donc sentiment de déception,abandon...Tout comme moi,en écoutant les politiciens!
Il y les paroles...facile à dire et les actes...à prouver!
Par le biais de ce simple message,que sans doute vous ne lirai pas,ou n'aurai réponse(vive Obama,qui s'intéresse à une enfant de 10ans qui exprime son quotidien:::,lui,au moins=action!),je souhaite néanmoins votre aide pour que ma fille puisque trouvez un maître de stage BAC PRO VENTE,sur Vesoul et alentours(7000-Haute-sâone)et ENFIN croire à un politicien,publiant 1 livre où toutes ces"bonnes intentions"sont délivrées!
Sans trop d'espoir de votre part,agréez,Monsieur mes sincères salutations....sans grandes convictions!
a écrit le 12/05/2016 à 19:35 :
MEME SALAIRE POUR TOUS QUELLE QUE SOIT LA FONCTION 3000 eur pour un temps plein de 29H Hebdo et 10 Semaines de congés payés : taxation à 100% du revenu dépensé hors territoire. Confiscation des entreprises privées mal gérées, transformées alors en Coopérative. Taxation à 100% de tout patrimoine privé dépassant 300000eur.
a écrit le 12/05/2016 à 19:17 :
J'oubliais : le retour aux 39h c'est confusant (les patrons ne demandent pas cela car payer 39h de travail de façon certaine c'est cher à moins qu'on autorise le dumping sur les salaires horaires dans chaque entreprise). Il faut cesser de parler d'une durée légale du temps de travail et par contre réaffirmer que les salaires horaires par niveau de qualification doivent relever de négociations de branche ainsi que l'écart entre la rémunération des heures sup et celle des heures contractualisées (les heures sup étant simplement les heures travaillées au delà du contrat dans une période donnée).
a écrit le 12/05/2016 à 19:08 :
Plusieurs points : repenser le CDI, il faut éviter après les réactions des français sur la loi travail (si les entreprises veulent de la flexibilité il faut leur permettre de recruter des intérimaires), par contre baisser le coût du travail entre 1 et 2 SMIC (SMIC à zéro charge) OUI mais il ne faut baisser que les CDI (et certainement pas les CDD et heures sup) comme ça ça permettra de développer le CDI interimaire (seul moyen de faire de la flexisécurité). Faire la TVA sociale OUI mais sur les produits uniquement (sur les services et le bâtiment ça ne sert à rien car il n'y a pas de concurrence internationale et la fraude est trop importante) et certainement pas pour financer la famille qui relève de la CSG...c'est évidemment la retraite de base (celle du SMIC) qu'il faut déporter vers la TVA car la retraite est bien un coût de production à la différence de la famille. Plus fondamentalement il faut transformer la sécurité sociale en unifiant les régimes avec une retraite de base financée par la TVA (et une partie du budget des administrations pour les fonctionnaires) et une retraite complémentaire payée par des cotisations différentielles au delà du SMIC basculant progressivement vers la capitalisation...et en finançant la famille, le RSA et la santé (financement d'un abonnement à une assurance) par une réforme de la fiscalité directe introduisant le revenu de base financé par une grande CSG (au lieu et place de l'IRPP et des cotisations non contributives). Il faut transformer donc la sécu d'un système bismarckien en un système beveridgien, en sortant du paritarisme, en individualisant les flux financiers devenus indépendants des familles et des corporations.
a écrit le 12/05/2016 à 18:27 :
Juppé a été condamné a combien d'inéligibilité lorsqu'il a été reconnu corrompu par la loi française?
Et il espère sincèrement qu'il y a des idiots pour voter pour lui et croire en ses mensonges? Sarkozy et Hollande nous ont déjà joué ce tour et ils n'étaient même pas (encore) reconnu coupable de corruption par la loi française.
a écrit le 12/05/2016 à 17:15 :
Moi ce qui m'amuse c'est qu'il veut modifier les contrats des gens qui intégreront la fonction publique dès 2018, une bonne façon de se mettre dans la poche ses électeurs rentiers et fonctionnaires qui ne subiront eux aucunes contraintes.
Que de clientélisme chez tous nos candidats qu'ils soient de gauche ou de droite.
Quant à vouloir baisser les charges pour le smic, c'est encourager à payer au smic, décidément l'un ne vaudra pas plus cher que l'autre.Et encore beaucoup trop de bienveillance concernant le communautarisme.Il n'aura pas ma voie.
Réponse de le 26/11/2016 à 16:31 :
Quand on voit l'état des administrations et le fait qu'il faut donner des primes pour garder le personnel, je doute que ce soit la meilleur solution pour garder l'utilité de nos administrations. Serte il y a du ménage à faire car on garde surtout les plus inutiles qui nous coûtent le plus au détriment de ceux qui nous servent et qui sont payé une misère...
a écrit le 12/05/2016 à 12:49 :
Tout cela, c'est très bien. Reste à savoir si Juppé, une fois élu, aura le courage, la ténacité et les soutiens suffisants pour mettre en place son programme. La rue, les syndicats, les juges de gauche, les fonctionnaires en surnombre, sauront lui savonner la planche. De très nombreux Français, toujours contre les réformes utiles mais pour les grèves et les manifs feront tout pour le faire échouer. Sans compter ceux qui l'auront élu puis qui retourneront leur veste dès qu'il prendra une mesure impopulaire.
Bonne chance quand même, Monsieur Juppé !
Réponse de le 12/05/2016 à 15:26 :
Nous le connaissons suffisamment pour l'avoir pratiqué en 1995 à Matignon. Idiot, Non Sens, et source de misères et de drames et de pauvreté cette retraite à 65 ans : innemployables par Public et Privé passés les 50 ans, il manquera donc ainsi, encore plus d'années pour les séniors pour avoir une retraite : misère accrue. Nous le connaissons très bien, et le ferons assurément, reculer " droit dans ses bottes " comme en 95
a écrit le 12/05/2016 à 11:18 :
ca va etre la course à l'échalotte cette primaire de droite...après les outrances mensongères en économie, ca va être au tour des Roms et des musulmans, puis corps intermediaires, puis Europe...on connaît la chanson...marre de cette Vème République qui pousse à une polarisation exacerbée, qui fait qu'avant les élections ils font fait des promesses intenables pour séduire leurs tranches électorales (soit + ou- 25% des gens qui votent, soit 25% des gens qui votent, c'est à dire pas grand monde) et déçoivent ensuite élections après élection depuis pas loin de 40 ans.
J'en viens à me dire que je préfère le système Anglais à 1 tour ou la proportionnelle allemande
a écrit le 12/05/2016 à 10:41 :
AUCUNE REFORME SUR LES DÉPENSES ET GASPILLAGES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ? JUPPE NE VEUT PAS AFFRONTER LES SYNDICATS DU PUBLICS POUR FERMER PAR EXEMPLE LES SOUS-PRÉFECTURES "SANS CLIENTS" COMME EN ALSACE OU REFORMER L'EDUCATION NATIONALE EN PLEINE DÉROUTE... JUPPE N'EST PAS LE FUTUR PRÉSIDENT PROVIDENTIEL QUE LA MAJORITÉ DES FRANÇAIS DU PRIVE ATTENDENT ! L’ÉTAT DOIT REVENIR D'URGENCE A DES FONCTIONS RÉGALIENNES ET D’ARRÊTER L'ASSISTANAT DES 6 MILLIONS DE FONCTIONNAIRES !
Réponse de le 24/11/2016 à 14:41 :
vous portez bien votre pseudo, vous! les fonctionnaires sont 5 millions et dans les cinq millions, il y a une grosse partie affectées aux fonctions régaliennes. Et la fonction publique hospitalière, elle est là pour soigner les bécassines aussi. Allez vivre dans un pays sans service public, vous aller voir s'il fait bon y vivre.
Il n'y a pas de république sans service public.
Réponse de le 26/11/2016 à 16:36 :
Vous avez raison fermont tous les CAF de france ça fera une double économie, on gagnera su les salaires de ces personnes et sur vos aides que vous ne pourrez plus demander... Abrut..
a écrit le 12/05/2016 à 10:20 :
Les années passent, les élections se succèdent avec les mêmes candidats menteurs, profiteurs, lâches, qui veulent tous s'assoir à la place du dernier calife, bref rien de nouveau sous le ciel de France. Et pourtant, qu'il serait facile de virer tout ce petit monde si on prenait enfin conscience que le pouvoir est entre nos mains. Il suffirait, oui il suffirait que 10 ou 15 millions de Français descendent dans la rue, en silence, sans aucune agressivité mais avec détermination, pour demander la fin de cette monarchie (ou oligarchie) et exiger la mise en place d'une vraie démocratie. Nous en avons la possibilité et surtout le devoir car c'est nous qui payons et c'est à nous d'écrire les règles pour ceux qui seraient appelés à gouverner. Rien ne pourra changer tant que ce système perdurera, tant que les pouvoirs seront concentrés entre les mains d'une caste ultra minoritaire qui ment pour se faire élire et qui fait ce qu'elle veut une fois aux manettes. Les Suisses y sont parvenus pourquoi pas nous ?
Réponse de le 12/05/2016 à 14:33 :
@goupil poil
Je ne suis pas loin de partager votre avis. Il est certain que les citoyens pourraient obtenir autre chose…. s’ils le voulaient vraiment. Comme conseiller municipal d’un petit village, je « fréquente » assez souvent le milieu des « petits roitelets régionaux » qui cumulent depuis 3 ou 4 mandats, depuis plusieurs années. J’ai souvent entendu ? au cours des repas officiels, des discours du genre. (Les électeurs ils gueulent mais le jour du vote ils rentrent dans le rang). Et force est de constater que c’est ce qui se passe. En restant civiquement responsable, la seule solution légale dont nous disposons, c’est voter pour autre chose que les élus des grands partis. Et j’inclus le FN dans les grands partis bien sûr.
a écrit le 12/05/2016 à 9:49 :
en gros juppe propose le retour de la TVA au taux ou il l avait mit en 95 et d autres mesures du meme type qu il aurait pu prendre alors qu il etait premier ministre il y a 20 ans. S il ne la pas fait a l epoque pourquoi le fera t il demain ?
a écrit le 12/05/2016 à 8:21 :
Suite. Cette taxe sociale sur l'énergie devra être associée à une allocation universelle dans le montant sera récupérée sur les tranches d'imposition sur l'impot sur le revenu.
Réponse de le 12/05/2016 à 15:18 :
Le carburant est insuffisamment taxé à 75%, ll faut taxer à 300% TOUTES les énergies, Electricité, Gaz, Fioul.....
Réponse de le 12/05/2016 à 19:25 :
D'accord avec Gépé et Elu Vert. L'impot sur le revenu payé par 45% des foyers fiscaux, donc une minorité aisée, doit etre Seulement Doublé. Il s'agit de Solidarité avec les moins aisés. Et l'I.S.F Doublé. Absolument Supportable tout de meme.
a écrit le 12/05/2016 à 8:09 :
Je complète mon commentaire. Cette taxe sociale sur l'énergie a fait l'objet de plusieurs tentatives ( l'impot sur l'énergie) et est appliquée en partie par plusieurs pays (Suède, Allemagne) avec efficacité. Elle est proposée dans plusieurs documents: note n°6 du CAE, fondation NH, réforme fiscale de Coe-Rexecode, taxe carbone...Il est urgent de la remettre en application.
a écrit le 12/05/2016 à 8:08 :
39 h ? beaucoup de licenciement et de fin de contrat a prévoir, 500 000 a 1 million de chomeurs en plus ! la classe moyenne va le payer fort et elle l'aura mérité !
a écrit le 12/05/2016 à 7:48 :
Il y a de bons commentaires. Je voudrais insister sur la nécessité de réformer la fiscalité, et cela est valable pour tous les candidats. Il faut basculer la fiscalité du travail (les charges sociales) sur la fiscalité énergétique (taxe sur l'énergie). Le système fiscal a évolué avec la TVA, puis la TVA sociale. Il faut un système basé sur la consommation d'énergie, et social, c'et à dire, une taxe sur l'énergie utilisé pour financer les charges sociales. Il faut le faire rapidement.
a écrit le 11/05/2016 à 23:53 :
Fera-t-il son programme !???
Tiendra til sa parole ??

Rien de moins sur

Les gauchistes qui rêvent de 30 millions de fonctionnaires pays 5000 euros par mois sont quand même dur à bouger lol
a écrit le 11/05/2016 à 23:24 :
Super le programme de Juppé. Vous travaillerez au smic toute votre vie, vous serez virez vers 50 ans car entre temps on aura voté une loi pour payer encore moins les jeunes, vous resterez jusqu a 65 ans au chômage en fin de droit et vous toucherez une retraite de misere... Par contre, tout le monde aura un travail précaire et les politiques continueront à se gaver !!!
a écrit le 11/05/2016 à 22:39 :
A ceux qui trouvent Hollande trop libéral, vous allez voir ce qu'est un gouvernement de droite.
.
La contrepartie de la suppression de l'ISF se fera sur le dos de la classe moyenne et les salariés, avec baisse du pouvoir d'achat, suppression des heures supp entre 35h et 39h, hausse de la TVA, retraite a 65 ans et CDI jetable.

C'est travailler plus pour gagner moins.
Réponse de le 12/05/2016 à 17:20 :
@patriot 9

c'est ce que je dis tout le temps, ils ne veulent pas de la gauche qu'ils ne considèrent pas assez à gauche?Ils auront la droite.
a écrit le 11/05/2016 à 21:47 :
Les éternelles recettes qui durant plus de 40 ans ont échouées...ces gens sont tellement obnubilés et si droit dans leurs bottes qu'ils s'imaginent que rien ne change , rien n'évolue, ils sont tellement à la solde de cette finance européenne que les sans dents comptent réellement peu à leur yeux ...qu'importe , seul compte d'être élu après cocagne , ils ont 5 ans pour règner et créer davantage de déficit !!!
a écrit le 11/05/2016 à 21:41 :
j'aimerais que beaucoup de gens regardent l'emission de M. Pujadas des paroles et des actes ou M.Juppe etait l'invite cela vous permettra de voir que ce M. n'a pas change .lui aussi est avide de pouvoir et malgré son passe il n'a pas de vergogne a se présenter a la présidence de la république .il preconise la retraite a 65 ans et lui en a 70
ou est l'erreur ?
a écrit le 11/05/2016 à 21:09 :
Encore 1 vieux cheval de retour il veut mettre le bordel comme en 1995 ISF supprimer
bien sur cadeau au riche retraite a 65 ans quand un patron a 55 ans a du mal a vous gardez et la TVA SOCIALE DE COMBIEN encore un coquin menteur 1 mandat bien sur
il veut être inscrit dans l'histoire de France mais a 72 ans qu'il prenne la Retraite bien qu'il soit déjà retraité PLACE AU JEUNE
a écrit le 11/05/2016 à 17:45 :
Il reprend le film là où il avait dévissé retraite à 65 ans, 35h notion inconnue pour lui, retour au 39h c'est l'avenir parait il...Le chômage des seniors explosera probablement encore plus,les 35 h mises en place dans les entreprises non sans négociations que deviennent ces accords?Les comptes RTT,les périodes hautes et basses d'activités lissées au moyen des 35h etc etc sans oublier toutes les subventions versées aux entreprises pour l'aide au passage aux 35h, le gel des salaires et l'accroissement de la productivité en France,une des meilleures d'Europe..Pour la réduction des dépenses rien que du classique par contre rien sur la diminution du nombre d'inutiles en politique maires conseillers députés sénateurs et ministres cinq fois plus nombreux en France qu'en Allemagne ....
a écrit le 11/05/2016 à 17:11 :
Des idées souvent bonnes ou utiles, mais sans doute insuffisantes. Mais c'est un bon début. Moins abrupt que Fillon, plus classique que Lemaire. Il faudrait un mix des trois !
a écrit le 11/05/2016 à 17:02 :
Juppé young leader cumule une vision européïste et atlantiste comme les autres politiques soumis à cette Europe américaine et responsables de l' état de actuel de la FRANCE.

Le clivage droite-gauche est stérile lorsque les représentants officiels de la « gauche » et de la « droite » sont soit européistes, soit alter-européistes, et qu’ils approuvent par conséquent la disparition de la souveraineté populaire, de l’indépendance nationale et de la démocratie. Comme le rappelle le slogan de l’UPR, la priorité est bien « l’union du peuple pour rétablir la démocratie ».

Pourquoi l'ensemble des intervenants tombe t-il dans le piège qui lui est tendu et avec la même régularité et sur la quasi globalité des sujets ..? Un réflexe pavlovien sans doute ..
Sans réel changement de perspective, le ballet droite/gauche accompagné du supplétif Fn a encore de beaux jours devant lui.
a écrit le 11/05/2016 à 16:47 :
Recettes connues qui pourraient venir d'une gauche sociale- démocrate. Le programme
de Juppé n'est en rien révolutionnaire. La TVA qu'il veut encore augmenter (et qui rentre de plus en plus mal) , suppression de l'ISF qui ne concerne qu'une minorité de français et
pérennisation du CICE ce qui ne changera pas grand chose. En revanche, rien sur le système sociale à bout de souffle, rien sur l'IR payé par seulement 47 % des citoyens.
Avec ce programme, la France aura toujours un état glouton et les prélèvements
sur les salariés et les retraités, ne sont pas prêts de baisser.
a écrit le 11/05/2016 à 16:24 :
Affligeant!!!! Je ne trouve pas d'autres mots. voilà quelqu'un qui était déjà premier ministre il y a maintenant plus de 20 ans et que nous propose t'il: La répétition de la politique qu'il a voulu mettre en œuvre à l'époque, diminution de la protection sociale, austérité pour rentrer dans l'Euro, baisse de la dépense publique à marche forcée etc.... politique qui a mené droit à la dissolution de l'assemblée nationale et à la défaite de la droite. Alain Juppé propose de continuer la politique de l'offre mise en œuvre actuellement ( et que par ailleurs il critique) en baissant les charges et les impots des entreprises, en supprimant les 35 heures (que deviennent les heures supplémentaires des salariés et donc leurs revenus?)etc... Mais le deuxième pilier de sa politique économique, l'offre n'est pas évoqué. Avec 100 milliards de dépense publique en moins sur 5ans sans stimuli au niveau de l'investissement et de la consommation, c'est une probable déflation et moins de croissance assurée. Pour finir, sans faire de procès d'age à Alain Juppé, comment quelqu'un qui est dans la politique depuis 40 ans, ancré dans un mode de pensée politique du siècle dernier peut-il imaginer et concevoir avec les mutations technologiques, économiques, sociales en cours la France de demain. C'est une vrai question.
a écrit le 11/05/2016 à 15:34 :
Le Figaro publie un édito dans lequel le dit Juppé est habillé pour l'hiver.
Comme il y est dit ce monsieur est droit dans ses bottes, mais il en change tout le temps, une girouette politique en somme.
a écrit le 11/05/2016 à 15:06 :
" Péjju"n'a jamais mis les pieds en entreprise, pour partager le travail il faut au contraire diminuer son temps. Ce n'est pas avec des vieilles recettes éculées qu'on change la Société. Un géronte au pouvoir cinq ans de perdus.
a écrit le 11/05/2016 à 14:53 :
On ne touche pas à l'état ni à la fonction publique malgré les dépenses et gaspillages astronomiques et le déficit ! Monsieur Juppé les caisses sont vides ? N'amène rien de neuf par contre beaucoup de blabla... idem Q Hollande, Sarkozy... Pauv'France...
a écrit le 11/05/2016 à 14:49 :
Soit il se moque des Français, soit il est idiot. Sieur Juppé a bien claironné a plein poumon qu'il fallait se diriger avec urgence vers l'Europe fédérale, vers la convergence fiscal et budgétaire ! Alors comment fera t il pour appliquer ces fumeuses promesses alors que 90% des lois françaises sont imposées, voire écrivent par le politburo bruxellois. ?
Il éructe comme un souverainiste alors qu'il est un Europeiste convaincu !
Réponse de le 12/05/2016 à 18:14 :
Il me semble que la convergence fiscale entre les 28 est contraire aux textes du traité de l'UE signé par les 28 : les 28 doivent être en situation de concurrence (voir les conférences de Asselineau sur le sujet (upr.fr).
a écrit le 11/05/2016 à 14:04 :
Aucune réforme sur les avantages et privilèges scandaleux des députés, sénateurs, ex-présidents... Juppé comme tous les parlementaires de droite comme de gauche regarde son nombril en se remplissant les poches sur le dos des contribuables français : Réforme la France d'en bas mais on ne touche pas aux privilèges d'un autre temps...
Réponse de le 11/05/2016 à 18:38 :
bien vu ! sa cécité sur le sujet lui enlève toute crédibilité dans ses propositions ; que l'exemple vienne d'en haut et on prétera un peu d'attention , mais surtout pas à lui vu son passé
a écrit le 11/05/2016 à 13:19 :
J aime pas Juppe il a rétabli le plus stupide des impôts L Isf ! Il se rend compte de sa bêtise ?
a écrit le 11/05/2016 à 13:12 :
39 h au lieu de 35, payé combien ? je veux bien donner ces 4 h a un chomeur qui a besoin de bosser pas vous ? Finalement je voterais Hollande pour son dernier mandat !
Réponse de le 11/05/2016 à 15:41 :
les coups e marteaux sur la tête , ça fait du bien quand ça s'arrête
a écrit le 11/05/2016 à 13:12 :
toujours les mêmes recettes qu 'ont jamais marché; faire de tous des esclaves corvéables à loisir; travailler jusqu'à la mort; donner aux riches etc etc Allez juppé à la retraite !!!
a écrit le 11/05/2016 à 13:08 :
25 ans de retard sur la définition des principes du salariat et de la subordination dans le travail. Mais il y a d'autres formes de travail : l'indépendant qui fournit des prestations de service aux entreprises ou aux particuliers, les fonctionnaires qui doivent être strictement subordonnés dans l'armée mais indépendants dans la justice. Juppé n'a que la vision du fonctionnaire qui privilégie la sécurité de l'emploi. La gestion des employés de l'Etat ne peut devenir le modèle universel.
a écrit le 11/05/2016 à 12:53 :
C'est vraiment le festival des conseillers en communication nunuches style Gantzer.Il faut faire du TRUMP:dénoncer ce que les gens haissent ,quitte a s'aranger plus tard.
a écrit le 11/05/2016 à 12:45 :
les jeunes n'ont pas connu le plan juppé que les gens dans la rue ont refusé ! espérons que ce sera la même chose cette fois-ci !!!
a écrit le 11/05/2016 à 12:11 :
Juppé c' est un radical-socialiste comme Chirac et un haut fonctionnaire de 72 ans. Seul Fillon à droite a un vrai programme travaillé en détail. Les autres candidats sont tous sans idée novatrices.
a écrit le 11/05/2016 à 11:16 :
Suis à la disposition de Mr Juppé pour lui expliquer la situation de la structure industrielle et de l'offre française par rapport à nos voisins. Il comprendra alors que tous cadeaux supplémentaires aux entreprises ne serviront à rien tant que les investissements ne s'orientent pas pour le développement d'un marché B to B et dans un positionnement permettant la compétitivité hors coût. La France est principalement orientée sur un marché B to C dont elle subit les fluctuations économiques de états. Le marché B to B est un marché qui peut être contrôlé si il est correctement pensé et stratégiquement défini.
a écrit le 11/05/2016 à 10:51 :
Formidable programme que celui du candidat de l'establishement. On change rien : on va créer une armée de smicards (chouette sans charge). Pas un mot sur l'innovation (normal il sort de l'ENA, l'ingénierie connait pas !)
a écrit le 11/05/2016 à 10:46 :
Foutaise, Juppé sera incapable de mettre en oeuvre un tel programme quand les syndicats bloqueront le pays avec des grèves interminables dans les transports, les aéroports, l'énergie...
Plutôt que nous détailler leurs belles mesures, les candidats à la primaire de la droite devraient plutôt nous expliquer comment ils vont surmonter la dictature syndicale qui règne en France. C'est le candidat le plus crédible sur ce point qui devrait avoir les suffrages des électeurs de droite, tout le reste n'étant qu'accessoire.
a écrit le 11/05/2016 à 10:32 :
Il serait intéressant qu'il dise ce qu'il fera et pas ce qu'il veut faire.
Les 6 premiers mois de son mandat pourraient, par exemple, compte tenu de la proximité avec la période de décision, être un train de réforme faites par ordonnances ou 49.3, si les députés élus dans la foulée ne veulent pas le suivre.
Un peu de courage politique s'il vous plaît, le but n'est pas de durer mais d'avoir fait quelque chose.
On ne va ps attendre de réduire les mandats présidentiels à 6 mois non renouvelables pour être sûrs que nos présidents feront quelque chose!
Il y a aussi la voie du référendum pour faire approuver ou non une ou des réformes avec à la clef si c'est non je démissionne.
Cela éduquerait aussi ceux qui sont gouvernés et ne pensent qu'à l'obstruction surtout quand c'est leur gagne pain.
a écrit le 11/05/2016 à 10:11 :
Je suis déçue; Je m'attendais à mieux. Là, c'est plutôt du réchauffé avec des bases d'il y a 20 ans et plus. Pas de réelles réformes.
De plus, rien concernant les droits, les obligations et le nombre d'élus et "affiliés" (obligation de présence, etc), sur la limitation des mandats, sur un allégement de leurs avantages et de leurs "indemnisations", de la fin du métier de politiciens, d'une obligation à avoir travaillé dans le privé, etc. Les temps ont changé, les pratiques doivent également changer.
Nous sommes entrées dans le 21e siècle. Pourtant, et la France fonctionne avec un système passéiste, lourd et déconnecté de la réalité, des réalités et des besoins.
Nous n'avons plus les moyens de gaspiller de l'argent, du temps et des forces vives ! A quand, le renouveau ?
a écrit le 11/05/2016 à 9:52 :
les baisses d impot pour les riches, des augmentations pour les classes moyennes rien de nouveau à l'UMP.
des avantages pour les entreprises, des inconvénients pour les salariés, rien de nouveau à l'UMP.
On vise les électeurs retraités et on se fout des jeunes et des actifs, rien de nouveau à l'UMP.
Ils ont rien compris, rien de nouveau à l'UMP, les Français sont prêts aux efforts ( y a qu'à voir nos impôts), mais il faut en face des mesures incitatives, du progrès même timide
a écrit le 11/05/2016 à 9:46 :
Juppé, encore un fonctionnaire, trop vieux, un homme du passé au passé pas très net, un apparatchik du système oligarchique UMPS, qui prône la retraite à 65 ans alors que lui est parti à 57 ans, qui n'a strictement rien fait quand il était 1er ministre, qui fera un beau cadeau aux plus riches (ISF) payé par l'augmentation de la TVA, au moins on sait pour qui il roule. Rien sur la suppression du sénat, des nombreuses administrations bidons servant à caser les copains, la baisse députés, des fonctionnaires, la création d'une caisse de retraite unique pour tous, l'arrêt de l'immigration, la renégociation des traités Européens comme l'a fait l'Angleterre, j'en passe car la liste est longue....! Rien de nouveau sous le soleil de France et vu la clique de candidats qui se profile, j'irai à la pêche...!!!
Réponse de le 11/05/2016 à 15:44 :
L'UPR avec françois Asselineau possède un vrai programme de rupture avec l'oligarchie actuelle qui nous écrase toujours plus.
Reste à savoir s'il aura les 500 parrainages nécessaires pour se présenter, ce qui est très loin d'être acquis malheureusement.
a écrit le 11/05/2016 à 9:44 :
39 heures, report de la retraite, hausse des impôts (sauf pour les riches)... Sympa le programme. Au moins il a le mérite de la franchise et de ne pas cacher son jeu. N'enterrez pas Hollande trop tôt sur la base des sondages un ou deux ans avant l'élection. A un moment de la campagne il faudra bien confronter des programmes et des bilans et je ne suis pas sûr que le mix impôts/39h/retraite/nucléaire/pesticides/schiste prôné par Juppé et Sarkozy soit très populaire.
a écrit le 11/05/2016 à 9:44 :
De toute facon, c est pas un programme fait pour etre applique mais juste pour etre elu a la primaire LR. Juppe, c est comme Chirac : des promesses qui n engagent que ceux qui les croient. Juppe a deja ete premier ministre donc on aura des augmentation d impots pour tous et qulques baisses pour les clientele electorales des LR (danc suaf si vous etes vraiment tres riche ou paysan, rien a esperer)

Surtout que dans le cas de juppe, on voit beaucoup de depenses (baisse d impots en tout genre), peu de recette (juste 1 % de TVA en plus) et aucune economies serieuses. Car si on veut par ex baisser les cotisations sociales, il faut aussi baisser les retraites (pas populaire chez les vieux) ou les remboursement de soins medicaux (pas populaire non plus chez les vieux et les professions de sante)
a écrit le 11/05/2016 à 9:17 :
Juppé ou l'incarnation de la confiscation du pouvoir par une poignée de personne.
Il aura 71 ans en 2017, il a été ministre, premier ministre, chef de parti, député, maire, il est de la catégorie des dirigeants qui ont conduit la France dans le mur au fil des années, prenant toutes les mauvaises décisions, condamné, exilé...mais on prend les mêmes et on recommence.
La fonction de président a été tellement rabaissée par Sarkozy et Hollande qu'on accepte même l'idée d'un repris de justice à l'Elysée maintenant. Et après on pleurniche que le "populisme" ne cesse de gagner du terrain ? Consternant.
a écrit le 11/05/2016 à 9:16 :
Alain Juppé énarque de formation élevé au biberon de la fonction publique sans aucune expérience valable dans le privé ne réformera pas l'état et ses administrations publiques en doublons ou sans utilités, ni sur le sureffectif démentiel du nombre de fonctionnaires (la Corée du nord fait mieux que la France) ni sur l’absentéisme anormalement élevé chez les enseignants du public... des entreprises publiques type sncf, edf, areva à la gestion calamiteuse et un gouffre financier... Alain Juppé n'a pas la carrure de chef d’État comme ses prédécesseurs par manque de courage choisissent la facilité en continuant à réformer et à taper sur la société civile.
Réponse de le 12/05/2016 à 17:31 :
Parfaitement d'accord, il baissera le froc devant les grèves de gens paresseux et disposant de beaucoup trop d'avantages, comme ses prédécesseurs et tapera inexorablement par contre sur les petits, car c'est là le plus facile.
a écrit le 11/05/2016 à 9:05 :
Ne vous fatiguez pas, Monsieur Juppé, votre programme , la"gauche" le fera, en mieux et plus vite avec le 49.3! Autre chose, les L.R se font des grâces à qui supprimera le plus de postes de fonctionnaires!C'est la cour de récréation à l'école primaire!Droite et gauche ne l'ont jamais fait; par peur de grosse colère!Il y a beaucoup de naÏveté à croire que la Droite touchera à leur statut, aux régimes spéciaux, libéralisera ou privatisera la SNCF, augmentera de 10 °/° le temps de travail des fonctionnaires comme je l'ai lu ci-après!( souvenez-vous des déboires des maires qui ont essayé de faire appliquer les 35 heures dans leur commune).Mettons tous les salariés à égalité et appliquons à la fonction publique la loi Et Khomri!Je vous promets du monde dans la rue et un bel été!
a écrit le 11/05/2016 à 9:05 :
c'est pas très sexy et vraiment pas d idée originale, rien sur la formation professionnelle, pourtant nerf de la guerre contre le chomage. Si il est élu et qu il fait ses ordonnances (ce dont je doute très très fort) c'est blocage complet du pays et plantage de la croissance 2017 direct. 2018/19 dissolution à nouveau?
a écrit le 11/05/2016 à 8:52 :
Des recettes du passé pour un homme du passé. Circulez, y a rien à voir.
a écrit le 11/05/2016 à 8:49 :
Programme d'une autre époque.

Le seul programme qui vaudrait serait de se concentrer sur les ETP PMI PME.

Le retour au 39 heures ok, seulement à part l'état les sociétés passées au 35 heures s'en accommodent très bien. D'ailleurs un retour au 39 heures sera surement contre productif dans de nombreux secteurs et surtout il faudra massivement augmenter les salaires donc les charges (les 35 heures ayants permis un gel sur 20 ans), fini les heures sup aussi et fini la souplesse de production en annualisant.

Sinon il ne faut pas oublier que Juppé est de la vieille école et que la situation actuelle est largement le fait des majorités auxquelles il a contribué. et ne parlons pas du désastreux quinquennat Sarkozy qui à la vulgarité à ajouté le marasme économique.

La volonté de se passer du parlement avec les ordonnances est à la mode mais est ce bon ? vu le niveau d'incompétences cumulés on va dans le mur.

Le mandat du président actuel n'est pas glorieux mais sur le fond il n'est pas si catastrophique.
Il y a eu des gros problèmes relevant de l'amateurisme politique mais sur 5 ans la situation n'est pas si mauvaise comparé au mandat précédent.

Après les difficultés actuelles ne sont pas gérables par notre classe politique des années 70.
Le vrai souci c'est l’obsolescence et la sclérose de la classe politique française et le refus de gouvernement techniques.
L'autre vrai problème c'est l'absence de durée.

On critique la situation actuelle mais 5 ans c'est vraiment court pour agir, et ce sera pareil pour les suivants. Les équipes actuelles plutôt jeunes on à peine eu le temps de se faire bizuter... et c'est dommage de tout jeter comme cela.
Réponse de le 12/05/2016 à 14:51 :
@benoit
Solution, revenir au mandat UNIQUE de 7 ans. Première années consacrée aux élections du parlement, des conseils régionaux, et après 6 ans pour travailler sans soucis de déviation électoraliste.
a écrit le 11/05/2016 à 8:17 :
Encore une fois, nos politiques" droite ou gauche" n'utilisent que les vieilles recettes .Encore beaucoup de manque d'imagination....leurs seules idées c'est défaire systématiquement les "recettes" de leurs prédécesseurs.
Réponse de le 11/05/2016 à 9:12 :
pour retrouver 5% de tx de chomage il suffit de defaire ce qui a été fait depuis 30ans

et d'instaurer tva sociale indispensable depuis mondialisation/globalisation
Réponse de le 11/05/2016 à 11:09 :
C'est le seul moyen qu'ils ont trouvés pour essayer de paraître crédible. Comme ça, en faisant et en défaisant, c'est comme si c'était un combat d'idées légitime.
Alors qu'il faudrait changer notre manière de faire la politique. Cette démocratie représentative a ses limites, elles sont atteintes. Quand aurons-nous d'autres choix que des vieux riches blancs?
a écrit le 11/05/2016 à 7:39 :
La maladie des politiques actuels, c'est leur immense incompétence et ignorance de la chose industrielle. Si on veut créer des jobs et des rentrées d'impôts en France, il faut recréer un tissu industriel digne de ce pays. La part industrielle dans le PIB est passée de près de 20% dans les années 90 à environ 10% aujourd'hui. Pas besoin d'aller bien loin pour comprendre pourquoi le chômage explose, car les services ne peuvent pas compenser cette perte de valeur ajoutée primaire. Mr Juppé, l'homme qui a déclaré en son temps "Thomson ça ne vaut pas 1 franc" alors que cette société, même en difficulté possédait une immense richesse technologique et un grand savoir faire avec plus de 50000 brevets dont ceux du MP3, fait partie de ces fournées de politiciens qui croient qu'il faut juste créer des conditions cadre et hop, par coup de baguette magique "le marché fera le job" pour créer les entreprises. C'est la vision de Bruxelles. L'Allemagne a bien compris avec le programme volontariste"industrie 4.0" que l'industrie est au coeur des enjeux. Mais chez nous, personne ne porte une politique industrielle courageuse, pour faire émerger les Google et Apple de demain. Alors que nous avons tous les savoir faire pour ça, et que le public pourrait servir comme courroie de transmission pour faire émerger de nouveaux usages. Les Asiatiques aussi ont bien compris les enjeux industriels, avec beaucoup de politiciens qui sont issue de filières scientifiques. Nous, on confie notre destin à l'ENA et Science PO... On continuera à avoir des Juppé qui proposent de vendre notre savoir faire pour 1 franc, ou 0,15 €.. Triste.
a écrit le 11/05/2016 à 7:37 :
Il manque une chose essentielle, c'est le rapport entre le cout du travail et le prix de l'énergie. Il faut basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, c'est à dire réduire le cout du travail en augmentant le prix de l'énergie. On en reparlera surement!
a écrit le 11/05/2016 à 6:49 :
Pourquoi n'a-t-il rien fait en 40 ans de carrière politique? ON A DEJA DONNÉ. Non merci.
a écrit le 11/05/2016 à 1:44 :
Suppression de l'ISF et baisse des impots pour les plus riches d'un coté, augmentation de la TVA, report de l'age de la retraite a 65 ans, suppression des 35 h, baisse des prestations sociales de l'autre.
C'est encore le MATRAQUAGE de la classe moyenne qui bosse pour prendre soin de la rente..
Réponse de le 11/05/2016 à 9:10 :
les plus riche ne paient pas d'isf

l'age de la retraite pour un chomeur de banlieue c'est 25ans payée le rsa

si la tva sociale n'augmente pas c'est 25% de chomage garanti
a écrit le 11/05/2016 à 0:19 :
Ce qui est certain c'est que cela va faire reculer le bien être des millions de Français (ceux qui travaillent pas ceux qui passent leur journées à boursicoter!) .

Ce programme est une défaite, c'est se faire mal avant d'avoir mal, c'est se rendre sans combattre!

Il est ou le progrès?
a écrit le 11/05/2016 à 0:13 :
Ben mon gars il veut nous saigner celui là! c'est qu'on va être obligé de voter encore pour Hollande ! Juppé sera le dernier des néolibéraux , 100 milliards par an de fraude fiscale et il n'en dit rien ,il tape encore et encore sur les petits et sur les retraités . No pasaran !
a écrit le 11/05/2016 à 0:06 :
Si on doit revenir à la situation qui prévalait avant 98 il faut aussi supprimer l'annualisation de temps de travail ! Parce que sinon avec le retour aux 39 heures on va s'en manger des semaine à 46 heures !
a écrit le 10/05/2016 à 23:35 :
Ce n'est pas parfait mais c'est déjà plus motivant que ce que nous supportons actuellement... C'est à dire sous couvert d'une politique soit disant de gauche une paupérisation et un nivellement vers le bas de l'ensemble des français !
Libérons le travail, libérons les forces vives du pays et les français par leur travail, leur courage et leur compétence redresseront le pays
Vivement 2017 !!!!
Réponse de le 11/05/2016 à 7:38 :
"Paupérisation de l'ensemble des (F)rançais"? On attend vos explications chiffrées... "Le nivellement par le bas"? Formule creuse, FH a le charisme d'une huître, certes, mais il a réussi à ne pas faire imploser le système social, en opérant par petites touches, sans vision certes, mais en préservant l'essentiel du socle de solidarité hérité du CNR, en cela il est plus gaulliste que Sarkozy. "Ce que nous supportons"? Allez voir un peu ce qui se passe ailleurs, y compris en Allemagne, et souvenez-vous de la France de Chirac après 2002 dont nous supportons encore l'absence d'une politique ambitieuse qu'autorisait sa victoire écrasante. Quant à la libération du travail, etc, on se demande où vous étiez pendant les 10 ans que la droite a été aux commandes et pendant lesquels elle a démontré son manque de courage. Et il faudrait faire confiance à Juppé?
Réponse de le 11/05/2016 à 9:01 :
@AD68
"Libérons le travail"...ça veut dire quoi? La libération du travail cela va toujours dans le même sens, précarité, baisses des salaires, augmentation des horaires, travail 7/7 jours, baisse de la protection sociale...
"libération du travail"= "aliénation au travail", un avatar du STO.
a écrit le 10/05/2016 à 22:37 :
D'un seul coup, il apparaît beaucoup moins de "centre gauche "...
a écrit le 10/05/2016 à 22:31 :
très très vague sur la réduction des dépenses....
a écrit le 10/05/2016 à 22:28 :
Ce programme aurait été idéal il y a ...10 ans lors du quinquennat de Sarko.
Malheureusement la situation actuelle impose d'aller beaucoup plus loin et ce n'est certainement pas un septuagénaire qui aura l'audace pour cela
Réponse de le 11/05/2016 à 8:01 :
oui
a écrit le 10/05/2016 à 21:51 :
Je ne sais pas si M.Juppé l'a évoqué dans son programme, mais je pense qu'il faut élargir l'assiette de l'impôt sur le revenu. Quitte à faire payer des sommes dérisoires aux plus démunis, mais que ce soit pour les finances publiques ou pour la pérennité du consentement à l'impôt c'est important. En France trop peu de monde le paye (moins de la moitié des contribuables), et le reste a l'impression (à juste titre) d'être pressé comme un citron pour compenser.
Réponse de le 11/05/2016 à 0:33 :
Cette polémique récurrente est stupide. Si la somme est dérisoire, à quoi cela servira-t-il? Surtout, TOUTE la population participe au financement de la dépense publique, au moins en payant cette taxe de plus en plus importante et qui le sera plus encore demain : la TVA...
Réponse de le 11/05/2016 à 2:22 :
A quoi cela servira-t-il ?

-les petits ruisseaux font les grands fleuves: 50 ou 100 euros multipliés par le nombre de ceux qui échappent actuellement à l'impôt sur le revenu, ça fait au final une somme tout sauf dérisoire pour un pays ayant plus de 2000 milliards de dettes.

-il s'agit d'une forme de contribution active à l'effort national, incomparable à "l'indolore" TVA. Rappeler en quelque sorte que la République c'est des droits et des devoirs. Responsabiliser. En Suisse l'assiette de l'impôt sur le revenu est à 67%. Sans même parler de l'équilibre des finances publiques, admirez le civisme qui y règne !
Réponse de le 11/05/2016 à 9:07 :
Et la TVA ?

A quoi cela sert il de prendre un impôt sur le revenu de gens qui en ont peu ou pas.
A part couter plus que ça ne rapporte...

Les gens qui ne payent pas d’impôt dans la majorité des cas n'ont pas des revenus conséquents.

Après il y a l'optimisation fiscale de certains mais c'est autre chose.

Si l’impôt est prélevé à la source seul les salariés seront saignés, ce sera mieux que rien mais le plus simple serait de supprimer l’impôt sur le revenus.... qui ne représente pas grande chose dans le budget de l'Etat et se trouve être un énorme centre de coût.
Réponse de le 11/05/2016 à 11:02 :
Un chiffre pour aller dans le sens de @Clairvoyant :
Seuls 46% des ménages français payent l'impôt sur le revenu, alors que 100% profitent des services publiques.
J'aime l'idée que chacun contribue au service publique à la hauteur de ses revenu, en rappelant, et je vous suis là-dessus aussi, qu'effectivement le service publique est un droit en France, mais que cela s'accompagne aussi de devoirs (ce qui assez largement oublié).
Réponse de le 12/05/2016 à 17:26 :
On parle de supprimer l'isf et de faire participer les plus démunis qui survivent, du grand n'importe quoi.Le problème bien français est je ne pense qu'à ma gueule, plus j'en ai et plus il m'en faut.
a écrit le 10/05/2016 à 21:03 :
avec le taux de chomage actuelle, comment fait il en fesant travailler plus ceux qui bossent tout en creant des emplois???? c'est du n'importe quoi!!! comment fait il pour que les francais depense plus en travaillant plus pour gagner moins? par contre pour offrir du fric aux riches sa c'est bien expliquer!!! ah lala la droite le grand n'importe quoi!!!!
Réponse de le 10/05/2016 à 22:25 :
"le taux de chomage actuelle, comment fait il en fesant travailler plus ceux qui bossent tout en creant des emplois???? "
Avec quelques notions d'économie (un niveau bac +2 suffit) cela vous paraîtrait évident
Mais a défaut de comprendre les mécanisme il suffit d'observer ce qui se passe ailleurs, les pays de l'OCDE qui voit leur chômage baisser ont tous des durée légales supérieures à la notre
Réponse de le 10/05/2016 à 23:51 :
réponse à Flo 13 mais ces pays de l'OCDE ont aussi beaucoup plus de salariés à temps partiel qu'en France. Si bien que le nombre global d'heures travaillée dans ces pays n'est pas plus élevé qu'en France, voir moins élevé. Ils ont tout simplement fait du partage du temps de travail en recourant massivement au travail partiel avec des salariés aux revenus trop faibles pour vivre correctement et les premières victime en sont les femmes et les jeunes. Quand au fait de supprimer les 35heures, il s'agit de supprimer le seuil à partir duquel se déclenche les heures supplémentaires. Plus de seuil, plus d'heures supplémentaires et donc une baisse de salaire pour les salariés. Dans la course à la compétitivité intra-européenne on arrive bien à ce que dit jolieplante: Travailler plus pour gagner moins. En fait, Juppé propose un véritable programme de droite. Une baisse d'impôt massive pour les plus riches (l'ISF), des baisses d’impôts massives pour les entreprises, et pour les citoyens, la précarité, les petits boulots et un age de la retraite qui s'éloigne de plus en plus. Merci a l'homme qui parait-il était droit dans ses bottes.
Réponse de le 11/05/2016 à 1:01 :
"Mais a défaut de comprendre les mécanisme il suffit d'observer ce qui se passe ailleurs, les pays de l'OCDE qui voit leur chômage baisser ont tous des durée légales supérieures à la notre " : Et en regardant les temps de travail effectif (i.e. avec les temps partiel), il y a de si grandes différences? 0 heures, c'est en dessous de 35 non (et quelle croissance : 8 millions d'anglais qui peinent à se nourrir!!!)?
Vous avez une spécialité "endoctrinement" dans votre formation d'économie pour nous expliquer comment on peut faire travailler plus les ouvriers à l'heure de l'automatisation et de la délocalisation? Rubrique : Si jamais il venait à y avoir du plein emploi, plus de modération salariale (c'est assez simple à comprendre aussi ça non?)
Réponse de le 12/05/2016 à 13:39 :
C'est bizarre, avec un bac plus 4 en économie, monnaies et finance, cela ne me semble pas évident. Cela ne semble pas non plus évident à tous les autres économistes hétérodoxes d'ailleurs... En fait, cela ne semble évident que pour ceux qui n'y connaissent rien ou qui confondent certains enseignements d'une école de pensée économique avec une religion.
Réponse de le 13/05/2016 à 11:32 :
pourquoi faire obligatoirement travailler plus ceux qui travaille deja pour gagner moins alors que la solution travailler moin pour gagner autant est bien plus intelligent surtout pour les travailleur?? je reste sur ma position c'est une vue idiote et qui n'est faite que pour arranger les patrons sans prendre en compte ce qu'en pense ceux qui bosse dur!!!!
a écrit le 10/05/2016 à 21:01 :
Bravo Alain ! Moi Sarkozyste, ton programme inspirée par Fillon me surprend agréablement.Si vraiment tu appliques ton programme à la lettre, alors la France dépassera à nouveau la Grande Bretagne , place qu'elle a perdu en 2014, surtout si il y a BREXIT, et si tu es rééllu, avec ce programme très libéral, on peut dépasser l'Allemagne d'ici 10 ans qui sera engluée par une démographie en berne malgré ses migrants et des tas de problèmes d'intégration( cf l'attentat au couteau à Munich aujourd'hui).
a écrit le 10/05/2016 à 21:01 :
En gros, les salariés vont se faire... Enfin vous m'aurez compris !
a écrit le 10/05/2016 à 20:20 :
"Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent."
Henri Queuille
a écrit le 10/05/2016 à 20:03 :
Et c'est reparti pour un tour.
Non la reprise n'est pas la seule solution, ce n'est que de la poudre aux yeux. Y en a marre de trimer pour une société de surconsommation qui s'en fiche de l'humain pour mieux enrichir les dirigeants.
Merci à la génération précédente de laisser une politique fermée remplie d'incompétents (ils s'en moquent, ils s'en mettent plein les poches et ça passe), une pollution record, une écologie dévastée et une reconnaissance sociale en lambeaux où le seul moyen d'être bien vu c'est de réussir au travail.
Mais la retraite va arriver pour cette génération, et ça va chouiner un peu quand ils vont vraiment réaliser qu'un système de retraite ne peut pas marcher de la même manière lorsque 10 personnes paient la retraite de 5 que lorsque 10 personnes paient la retraite de 10. Ce ne sont pas les riches que ça va gêner, à croire qu'ils ne défendent pas nos intérêts.
Bon courage à la génération suivante de corriger ça, c'est cadeau de la part de vos parents.
a écrit le 10/05/2016 à 19:51 :
1) Il serait tout à fait anormal qu'un type condamé pour abous de biens sociaux, c'est-à-dire vol d'argent public, soit élu au plus haute function du pays. 2) Cela dit, retour aux 39 heures légales veut dire rétropédalage, instauration d'un CDI "sécurisé" est une mesure populiste dans la mesure où l'entreprise ne peut rien sécuriser, transfert du financement de la protection sociale vers la TVA veut dire augmentation de la TVA, baisse de l’impôt sur les sociétés et suppression de l'ISF sont des cadeaux aux riches. Une partie de la solution passe par la libération de l'esprit d'entreprise en permettant aux gens de devenir indépendants au lieu d'être soumis, asservis et humiliés sans aucun autre recous que l'assistanat permanent pour s'en sortir. Il faut un système horizontal plutôt que vertical en France, à savoir qu'un quidam incompétent ne doit pas diriger uniquement parce qu'il est le copain du copain. L'espoir, ce sont les ressources humaines de la France, pas les connections politiques d'incapables qui pensent qu'ils sont de droit divin !!!
Réponse de le 10/05/2016 à 21:07 :
Vous râlez mais je suis sûr que vous avez pesté contre Hollande pendant 4 ans, et si la droite prend des mesures dures, car on y sera obligé cette fois, mais serez une nouvelle fois le premier à râler.
Vous voulez tout en gros : moins d'impôts, la retraite à 60 ans, pas de réformes de la fonction publique, pas de réformes des régimes spéciaux ni de libéralisation de la SNCF et encore moins sa privatisation etc..

Moi je suis cohérent, car je suis de droite. Si vous voulez continuer à couler avec les socialistes, libre à vous. Moi j'ai déjà choisis !
Réponse de le 10/05/2016 à 21:47 :
Les 35 heures ayant sonné le glas de la compétitivité française (le commerce extérieur a plongé dans le rouge très peu de temps après leur mise en application) le rétropédalage est une nécessité... mais il est néanmons improbable que ce retour en arrière permette de rattraper les dégâts irrémédiables causés par 15 ans de 35 heures (l'industrie perdue ne reviendra pas hélas). La France est l'un des rares pays d'Europe à avoir encore un ISF, qui mérite amplement son surnom d'Incitation à Sortir de France. Coûteux à recouvrer, largement arbitraire quant à la détermination de son assiette (il frappe essentiellement de l'immobilier, dont la valeur n'est connue précisément... qu'une fois qu'il a été vendu), profondément antiéconomique et passablement injuste (son assiette a déjà été imposée soit par l'impôt sur le revenu et la CSG, soit par la taxation des successions). Rien ne justifie son maintien. Clairement, Chirac aurait dû supprimer les 35 heures dès sa réélection en 2002 et Sarkozy supprimer définitivement l'ISF dès 2007 plutôt que de bricoler le bouclier fiscal. Au fait , j'espère qu'on en profitera pour remonter le temps de travail dans toutes les fonctions publiques dans les mêmes proportions (environ +10%).
Réponse de le 11/05/2016 à 13:11 :
@chris: lis-tu mes commentaires pour dire de telles âneries ?
Réponse de le 11/05/2016 à 15:56 :
@bruno : la destruction de l'indfustrie française n'est pas due aux 35h (le phénomène est bien plus ancien) mais plutôt à cause de l'élimination progressive depuis plusieurs décennies des mesures protectrices empêchant délocalisations, dumping social, fraude fiscale, concurrence déloyale.... ainsi que la haute trahison de nos oligarques qui bradent nos fleurons pour des cacahuètes aux américains en particulier.

Quant à l'ISF, sa suppression sera financée par l'augmentation de la TVA, un impôt bien plus injuste en réalité puisqu'il ne prend pas en compte les revenus ou le patrimoine.
a écrit le 10/05/2016 à 19:41 :
La meilleure des recettes ;
c'est de mettre tous les vieux de plus de 70 ans à la retraite .
Remember décembre 1995 .
Réponse de le 11/05/2016 à 6:54 :
Pas à 70 ans, a 62 comme tous le monde! Et par ordonnance.
a écrit le 10/05/2016 à 19:35 :
Bon, rien de bien révolutionnaire , des recettes connues. Reste a espérer une baisse
significative de l'impôt sur le revenu qui n'est payé que par 47 % des français.
Réponse de le 10/05/2016 à 21:12 :
Rien de révolutionnaire, si en France si il va au bout ça le sera, car le libéralisme on ne l'a jamais essayé sauf entre 86 et 88.
Je doute malgré tout connaissant Juppé qu'il puisse aller jusqu'au bout, à cause d'une population française inculte en économie et des syndicats politisés ringards qui se crispent comme la CGT car ils perdent du pouvoir au sein des entreprises.

Ma crainte outre les syndicats, c'est une énorme crise financière type 2008 qui se profile d'ici 2017. Et là Juppé ou un autre, va avoir du mal à baisser les impôts à moins de faire au moins 300 milliards d'économie en 5 ans en taillant dans le vif de la fonction publique.
Réponse de le 10/05/2016 à 21:51 :
Une vraie réforme serait de le replacer par un impôt à taux plat de l'ordre de 15 à 17% sans aucune niche fiscale ou sociale payé par tous.
a écrit le 10/05/2016 à 19:17 :
Dépense dépense dépense, aucune rentrée d'argent M. Jupé, faut il s'attendre a une explosion des déficits et de la dette France ou comment faites vous ?
a écrit le 10/05/2016 à 19:09 :
Si j'ai bien tout compris ! En gros on peut être virer sans motif valable et bosser 39h payer entre 35h et 37h après négociation avec moins de pouvoir pour les syndicats pour négocier !
Réponse de le 11/05/2016 à 7:10 :
Comme la passage aux 35 heures n'a pas donné lieu à baisses de salaires (et c'est bien ça qui les a rendues ravageuses pour la compétitivité donc au final pour l'emploi) il est inexact d'affirmer que le retour aux 39 heures sans hausse de salaire serait payé 35 ou 37h. Ce serait simplement le retour aux 39h payées 39h.
Réponse de le 11/05/2016 à 8:59 :
Ben les 35 heures on gelé les salaires sur 15 ans

De plus les entreprises restés à 39 heures étaient censées payer une surprime ce qui en réalité n'est jamais le cas.

Donc le retour aux 39 heures ne servira qu'à plomber l'industrie qui ne pourra plus jouer sur la souplesse des cadences.

Pour les PME leurs salariés à 39 heures se la font mettre bien profond.
Pour ceux à 35 heures ils perdent les heures supp si on leur payaient.

Le seul problème des 35 heures est dans la fonction publique où cette réforme n'aurait jamais du avoir lieu !
Donc suppression des 35 heures dans la FP ok à salaire constant par contre pour les autres il faudra négocier comme dans les autres pays.
Réponse de le 11/05/2016 à 10:40 :
Bien sûr que ce sera une perte de salaire. Jusqu'à 4 heures supplémentaires par mois supprimées. Dans mon cas je vais y perdre beaucoup !
Et pour ceux qui ont des enfants en bas âge il va falloir payer plus de frais de garde. C'est encore mon cas. Travailler plus pour gagner moins mais dépenser plus et payer plus d'impôts. Bon courage pour vendre le concept aux français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :