Ehpad : "un nouveau confinement ne serait plus toléré" selon la ministre de l’Autonomie

Brigitte Bourguignon, la ministre chargée de l'Autonomie, préconise un confinement "ciblé" plutôt que général dans les Ehpad si nécessaire en cas de recrudescence de cas positifs.
(Crédits : REGIS DUVIGNAU)

Difficile d'oublier l'hécatombe survenue dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en plein confinement. Selon les dernières données de Santé publique France, 14.000 sur les plus de 30.000 décès liés au Covid-19 en France étaient des résidents de ces structures.

Alors qu'une vingtaine d'Ehpad partout dans le pays a de nouveau interdit les visites ces dernières semaines suite à des cas de contaminations détectés en leur sein, « un nouveau confinement ne serait plus toléré ni par les résidents ni par les familles ni même par le personnel qui a très mal vécu les choses parfois », a déclaré la ministre déléguée chargée de l'Autonomie Brigitte Bourguignon sur LCI jeudi 20 août. L'interdiction totale des visites dès le 11 mars, puis leur retour progressif depuis le 20 avril « a été nécessaire, parce qu'il y a eu un temps de sidération, où il a fallu s'adapter (et) réagir », a-t-elle rappelé.

Lire aussi : Lits «à la demande», Ehpad, télémédecine: les engagements du Ségur de la santé

Un confinement au cas par cas ?

La ministre a toutefois ajouté que « le confinement peut être envisagé de manière très ciblée » sur un résident d'Ehpad « de manière à l'isoler des autres ». Des propos qui viennent confirmer ceux tenus la veille par Florence Arnaiz-Maumé, la représentante du syndicat des Ehpad privés. « Le confinement individuel et calibré est maintenant une technique qu'on maîtrise », a-t-elle déclaré au micro d'Europe 1. Ce grâce au fait que les établissements sont équipés en tests, utilisés sur les résidents et personnels dès qu'il y a un cas suspect de fière, toux ou grande fatigue.

« On n'a pas besoin d'aller sur un confinement général », considère Florence Arnaiz-Maumé. Et d'ajouter : « Nous sommes en mesure de provoquer une campagne de tests sur un Ehpad en moins de 48 heures. Ça change complètement la donne ! En mars, on ne pouvait faire que trois tests par Ehpad, et encore, c'était une sinécure pour avoir les écouvillons, les transférer vers les centres Covid qui nous communiquaient les résultats cinq à dix jours plus tard ».

Lire aussi : Avec le confinement, les inégalités ont été exacerbées

Les Ehpad « prêts »

Comme le précise un communique de l'ARS Île-de-France publié le 17 août dernier, les directions des Ehpad doivent « anticiper la survenue d'un cas et la prise en charge à réaliser ». Parmi les mesures préconisées : la constitution du stock d'équipements de protection (masques notamment), l'actualisation des protocoles soignants, les procédures de bionettoyage et de dépistage. « La préparation d'une unité dédiée aux personnes atteintes de Covid-19 est encouragée », est-il précisé. Brigitte Bourguignon l'a en tout cas assuré : aujourd'hui « les établissements sont prêts » et disposent de stocks suffisants d'équipements de protection contre le Covid-19. « Vous n'entendrez plus d'établissement vous parler de moyens matériels », a-t-elle avancé.

Selon la ministre, « le dépistage doit être systématique », familles et résidant devant « admettre qu'un dépistage, lorsqu'on revient de vacances et qu'on veut rendre visite à sa famille, c'est quelque chose de normal ». Le dépistage doit également concerner « les professionnels de retour de congés et les nouveaux intervenants », souligne l'ARS Île-de-France. D'après les chiffres communiqués par l'organisme, le virus circule activement dans 35 Ehpad sur les 700 de la région. De façon générale, la France a enregistré 3.776 cas confirmés supplémentaires de contamination par le nouveau coronavirus en 24 heures, a annoncé mercredi 19 août l'agence Santé publique France. Soit le chiffre quotidien le plus élevé depuis la fin du confinement généralisé en mai.

Lire aussi : Covid-19 : le point sur la pandémie en France, en Europe et dans le monde

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 21/08/2020 à 10:14
Signaler
Et combien de mort de tristesse pour ne plus pouvoir voir ces enfants et petits enfants; se laisser glisser comme disent élégamment le personnel des EPHAD? L'etat a laissé le privé géré la crise en EPHAD et maintenant? pourquoi ne pas remettre sous...

le 21/08/2020 à 12:59
Signaler
Monsieur, reprennez les a la maison. Plus de probleme de tristesse. Plus de probleme de paiement ce ces vautours de prives. Plus serieusement, le pire c'est que l'etat se prepare a organiser la colecte des fonds (n-ieme branche de la secu avec nouve...

à écrit le 21/08/2020 à 9:43
Signaler
Classement des propriétaires d’exploitants d’EHPAD privés en France : - 99ème fortune de France: Jean François GOBERTIER de GDP Vendôme avec une fortune estimée à 530 millions d’euros. Il possède 50% du gestionnaire d’EHPAD Domus Vi, dont le chiff...

le 21/08/2020 à 10:31
Signaler
Les pub abondent pour appeler les épargnants à s'y placer, pour un rendement très élevé. Misère et restrictions pour les personnes agées pour Une Seule fin : le profit

à écrit le 21/08/2020 à 8:23
Signaler
La plupart de nos migrants venus vivre et travailler en France sont choqués par les ephad, ces mouroirs, disant que chez eux les vieux on les garde à la maison jusqu'à la fin s'ils ne peuvent plus être autonomes. Mais travailler pour engraisser...

à écrit le 21/08/2020 à 0:27
Signaler
Et si la famille récupéra ses vieux à la maison et le garder en dignité ? Pas les laisser à la charge de la société. Et en plus on veut nous faire croire qu'il faut une nouvelle branche de la secu pour financer des marnes de ces sociétés qui se nourr...

le 21/08/2020 à 2:06
Signaler
ORPEA et KORIAN n'ont qu'UNE " éthique " : des profits énormes : la personne agée désespérée, n'y est qu'un bétail à fric : 3500 eur/mois.

le 21/08/2020 à 9:38
Signaler
pas si simple. 1) les enfants vivent souvent loin de leurs parents car difficile de trouver du travail 2) les enfants sont souvent moins riche que leurs parents et donc vivent plus a l etroit. Surtout s ils doivent haboter dans une grande ville...

le 21/08/2020 à 13:07
Signaler
Reponse pour cd 1. Les enfants heritent de leurs parents. Il y a de quoi faire pour les ramener aupre d'eux. Le taux de pauvrete est de 6% aujourd'hui. 2. Les enfants ont le choix de vivre ou ils souhaitent. Vous le savez bien. 3. Je sais pas vo...

le 21/08/2020 à 16:47
Signaler
@Sandrine Ou va l'argent de mémé ? Actionnaires de Korian : - Predica SA :24,4% - Malakoff Médéric Assurances SA :7,68% - The Public Sector Pension Investment Board: 6,53% - Norges Bank Investment Management :2,34% - Sycomore Asset Manag...

à écrit le 20/08/2020 à 22:12
Signaler
Pauvres personnes âgées dépendantes Franchement ça craint

à écrit le 20/08/2020 à 20:57
Signaler
Les Ephad sont en général des lieux où le personnel est dévoué, ce qui n'empêche pas que ce sont des lieux de souffrance pour les pensionnaires et les soignants. Finir sa vie dans un Ephad est la pire chose qui puisse arriver à un être humain, pour ...

à écrit le 20/08/2020 à 20:00
Signaler
Humiliations, incontinence provoquée, cachets détruisant le cerveau, " nourriture " infame 4.50eur au total/Jour maxi matin midi soir. Tarif : public 2200 eur/mois Korian-Orpéa cachés sous jolis noms 3500eur/Mois LE GOULAG FRANCAIS.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.